Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Beatles , The Move , Electric Light Orchestra
- Membre : Bun E. Carlos
- Style + Membre : Robin Zander

CHEAP TRICK - Lap Of Luxury (1988)
Par JASPER LEE POP le 23 Septembre 2016          Consultée 395 fois

Lap Of Luxury ou l'album du come-back. Mouais... Encore faut-il s'accorder sur la nature du come-back en question. Come-back commercial ? Assurément. Le groupe décroche en effet son premier numéro un dans les hit-parades avec « The Flame » qui tourne en heavy rotation comme on disait sur MTV, à savoir une fois par heure, un vrai matraquage. Les pontes de chez Epic retrouvent enfin le sourire. Il faut dire que les gens du marketing étaient confiants : Tom Petersson, le bassiste historique du groupe, a décidé de revenir au bercail après les égarements musicaux sans lendemain avec son mannequin d'épouse. C'est bon pour le moral ça parce que mine de rien, CHEAP TRICK avait entamé sa longue dégringolade au lendemain du départ du bassiste à la douze cordes. Du coup, tous les espoirs sont permis. Et puis ça permet de reprendre les vieilles recettes. Regardez-moi cette pochette, ça vous évoque quelque chose ? Mais oui, bien sûr, on reprend les mêmes et on recommence ! Les deux beaux gosses devant et les deux clowns derrière. Seules différences : les brushings et les costards à épaulettes millésimés Eighties.

« The Flame » donc. La chanson qui va remettre le quartet de Rockford sur les rails n'a pas été écrite par le groupe, c’eût été trop beau. Non, elle est signée du duo de compositeurs britanniques Bob Mitchell et Nick Graham (LAURA BRANIGAN, CERRONE... du lourd) qui la propose d'abord à la chanteuse ELKIE BROOKS qui passe son tour. Le vice-président d'Epic convoque Zander et sa bande et leur explique en substance qu'il a dans son tiroir deux numéros un en puissance , « The Flame » et « Look Away » et que le groupe a la primeur de choisir. Devant la guimauve dégoulinante de « Look Away »*, le choix est vite fait. La légende veut que Nielsen aurait alors éjecté la cassette du lecteur pour l'écrabouiller sous le talon de sa botte.

On a dit beaucoup de choses sur « The Flame » et certains affirmeront ici que la chanson est tout aussi sirupeuse que « Look Away ». N'allons pas jusque là. « The Flame » est typique de ce qu'on appelle alors les power ballads, ces slows joués par des groupes de hard rock et qui plaisent bien aux filles. On les trouve à cette époque généralement en plage trois de la première face et c'est sans surprise le cas de cette ballade sur Lap Of Luxury, c'est dire si tout ça est formaté. Beaucoup de fans des Tricksters les ont accusés de haute trahison alors que le groupe collaborait déjà depuis longtemps avec des song doctors. La chanson n'est pas honteuse et peut même réellement s'apprécier en premier lieu grâce à la performance habitée de Robin Zander. C'est même l'astuce qui a permis d'emballer l'affaire : en studio, on a demandé à Zander d'enregistrer en premier sur une démo instrumentale. À l'écoute du résultat, les réticences des trois autres s'envolaient. Bénédiction autant que boulet à traîner, la chanson a surtout permis au groupe de toucher un nouveau public plus large qui n'était pas forcément le sien, ce qui n'irait pas sans problèmes. « The Flame » a longtemps disparu des setlists de CHEAP TRICK agacé par son succès pour finalement la réintégrer depuis quelques années.

Come-back commercial encore avec la reprise de « Don't Be Cruel » assez délicatement arrangée et interprétée et la deuxième ballade « Ghost Town » (là, non, je passe mon tour, merci) qui vont atteindre de hautes marches dans les charts. Trois compos qui ne doivent pas grand chose au groupe donc (Zander cosigne « Ghost Town »).

Pour le comeback artistique, il faudra repasser en revanche. Lap Of Luxury rassure d'entrée de jeu avec « Let Go », un morceau pêchu pas trop défiguré par une production encore trop clinquante. Mais on revient de tellement loin avec The Doctor qu'on est vraiment content de retrouver un groupe rock. On retiendra éventuellement « Never Had A Lot To Lose » et « All Wound Up » mais ensuite c'est faiblard de chez faiblard. La prolifique Holly Knight signe le très mauvais « Space » et quand la dame nous dit sur son site perso** qu'il s'agit là de sa chanson préférée, on se demande si on a entendu la même (notamment au regard de son CV). Non vraiment, on est encore bien loin du compte mais on se satisfera à minima de ce retour en grâce inespéré sans lequel le groupe n'aurait sans doute pas pu poursuivre sa route jusqu'à aujourd'hui.



*C'est le groupe CHICAGO qui héritera de la chanson décrochant un numéro un dans les charts pendant deux semaines comme quoi le vice-président d'Epic avait le nez creux.

**http://www.hollyknight.com/ La dame est responsable de tubes interplanétaires pour TINA TURNER, PAT BENATAR, AEROSMITH et une tripotée d'autres.

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


FFF
Blast Culture (1991)
Ça groove en France




Richie KOTZEN
Salting Earth (2017)
La croisière Kotzen


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Robin Zander (chant, guitare rythmique)
- Rick Nielsen (guitares)
- Tom Petersson (basse)
- Bun E. Carlos (batterie)


1. Let Go
2. No Mercy
3. The Flame
4. Space
5. Never Had A Lot To Lose
6. Don't Be Cruel
7. Wrong Side Of Love
8. All We Need Is A Dream
9. Ghost Town
10. All Wound Up



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod