Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Beatles , The Move , Electric Light Orchestra
- Membre : Bun E. Carlos
- Style + Membre : Robin Zander

CHEAP TRICK - Busted (1990)
Par JASPER LEE POP le 28 Septembre 2016          Consultée 344 fois

On ne change pas une équipe qui gagne. Du fric. Beaucoup de fric. Pensez donc, après des années à se chercher, CHEAP TRICK décrochait enfin leur premier numéro un avec « The Flame » sur l'album précédent. Dès lors, il n'est pas question pour Epic avec qui le groupe est en guerre depuis une décennie de lui permettre de s'écarter un tant soit peu de la recette de Lap Of Luxury. On prend les mêmes et on recommence et d'abord avec Richie Zito derrière les manettes. Vas-y Richie, refais-nous cette mélasse insipide de rock AOR nimbé de claviers qui brille de partout et qui ne fait pas peur à la ménagère américaine responsable des achats. Parce que c'est désormais à elle que les Tricksters doivent plaire, telle est la malédiction de « The Flame ».

Même son donc. Et même format. On commence avec deux titres relativement pêchus dont le Stonien « Back'n Blue » dans lequel Zander, l'homme aux 1000 voix, fait sa meilleure imitation de JAGGER pendant que Nielsen fait son RICHARDS. Un tel pastiche pour débuter un album met quelque peu mal à l'aise mais bon, passons, ça s'écoute. Tant qu'à passer, faisons-le carrément sur « I Can't Understand It », morceau façonné en usine sans intérêt pour arriver comme il se doit en troisième plage sur la power ballad de l'album. Elle s'appelle « Wherever Would I Be » et nous vient des tiroirs de Dianne Warren, la faiseuse de tubes à qui l'on devait déjà le sirupeux « Ghost Town » sur l'opus précédent. Que dire si ce n'est que cette guimauve nous rappelle finalement par comparaison à quel point « The Flame » était loin d'être mauvaise. Et Zander peut faire semblant d'y croire, là on ne marche plus, c'est la nausée, trop c'est trop.

« If You Need Me ». Que peut-on attendre d'une chanson avec un pareil titre éculé ? Pas grand chose évidemment et de fait, on n'est pas déçu. Le morceau est co-écrit par Mick Jones et bingo, on se dit qu'effectivement CHEAP TRICK s'est transformé depuis deux albums en clone du FOREIGNER d'à partir d'Agent Provocateur, ce qui n'est pas sous ma plume le meilleur de compliments. Friands d'autres titres usés jusqu'à la corde ? Il y en a à revendre sur Busted. « Can't Stop Fallin' Into Love » par exemple. Zander avait quasiment réussi à le refiler à ROD STEWART et il n'aurait absolument pas fait tâche sur Out Of Order ou Vagabond Heart. Et non, là encore ça n'est pas un compliment. « Busted » nous redonne quelques secondes espoir. C'est enjoué, on se remet à taper du pied jusqu'à ces nappes de synthé sur le refrain qui viennent désamorcer toute véritable agression. Il faut ménager la ménagère, vous dis-je ! Aaaaaarrggh !!!

Chrissie Hynde vient faire les chœurs sur « Walk Away »*, la première chanson sincère de ce produit manufacturé bien falot et Russell Mael des SPARKS vient faire des Yeah Yeah et des Ooh Ooh sur un « You Drive, I'll Steer » convaincant qui remonte le moral. Sous le vernis de Zito, perce enfin le groupe qu'on a autrefois aimé. Pas trop tôt. Le répit sera de courte durée puisque déboule « When You Need Someone » (je vous jure, ça n'est pas une blague), une ballade signée Nick Graham, la moitié du duo responsable du retour de Flame. Il faudrait savoir ne pas exagérer quand même, les gars. Zander & co essaient de se souvenir qu'ils sont avant tout des fans des BEATLES sur « Had To Make You Mine ». Bof. On termine avec « Rock'n'Roll Tonight » une reprise bien envoyée de WIZZARD composée par leur héros de toujours Roy Wood. Pas de claviers, pas de fioritures, Carlos bastonne, Nielsen triture ses cordes comme un beau diable. On l'avait oublié, CHEAP TRICK est un groupe rock. Amen.

Le trop calibré et fade Busted ne rééditera pas le hold-up réalisé par son prédécesseur et Epic décidera de laisser partir le groupe préférant boucler les obligations contractuelles qui les lient encore pour un album en sortant un Greatest Hits toujours lucratif. C'est la fin d'une longue collaboration houleuse qui malgré les cimes atteintes aura beaucoup nui sur le long terme au groupe de Rockford.

* Le clip est un must see pour tous les fans de vestes à épaulettes surdimensionnées aux couleurs improbables.

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


CHEAP TRICK
Sgt. Pepper Live (2009)
Hommage en fanfare.




Richie KOTZEN
Live (2015)
Le secret le mieux gardé du rock.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Robin Zander (chant, guitare rythmique)
- Rick Nielsen (guitares)
- Tom Petersson (basse)
- Bun. E Carlos (batterie)
- +
- Chrissie Hynde (chœurs)
- Russell Mael (chœurs)


1. Back'n Blue
2. I Can't Understand It
3. Wherever Would I Be
4. If You Need Me
5. Can't Stop Fallin' Into Love
6. Busted
7. Walk Away
8. You Drive, I'll Steer
9. When You Need Someone
10. Had To Make You Mine
11. Rock'n'roll Tonight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod