Recherche avancée       Liste groupes



      
LE LIVE TANT ATTENDU  |  LIVE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Tom Petty & The Heartbreakers, John Mellencamp , Bob Seger
- Membre : Little Steven

Bruce SPRINGSTEEN - Live 75/85 (1986)
Par BAYOU le 21 Avril 2018          Consultée 438 fois

Quatre centième chronique sur Forces Parallèles. Il faut choisir un truc complètement inconnu ou bien un des albums qui ont marqué l’histoire.

Un jour de 1975, je découvre Born to Run de Bruce SPRINGSTEEN. La grosse claque, amplifiée encore au début de l’été 1978 par l’arrivée de Darkness of the Edge of the Town, mon album préféré. Puis, un grand moment, le concert à St Ouen en avril 1981 pour la tournée du superbe double album The River sorti en fin d’année 1980.
Aussi incroyable que cela puisse être, SPRINGSTEEN n’a pas encore sorti d’album live officiel à cette époque, alors que tous les concerts sont enregistrés, répertoriés. Des bandes pirates circulent, souvent de mauvaise qualité, et la rumeur raconte que, sur scène, c’est de la folie furieuse alimentée et amplifiée par la diffusion du clip de Rosalita dans l’émission Chorus d’Antoine de Caunes sur Antenne 2.
Pourtant, c’est seulement en 1986 que le fameux coffret Live 1975-85 sort. Des années d’attente, un Bruce et un Landau qui passent, des journées à écouter, sélectionner les titres qui proviennent de plusieurs concerts différents.
Avec plus de 1,5 million d'exemplaires en pré-commande, l'album entre directement à la première place au classement du Billboard.
Quarante titres sur 3CD ou 5LP avec des inédits en pagaille, le résultat est à la hauteur de l’interminable attente.

Le E Street Band est au sommet de son art : Professor Roy Bittan et ses intros de piano, Danny Federici avec son orgue discret mais efficace, Gary Tallent qui soutient toute la charpente sonore avec sa basse, l’infatigable Max Weinberg derrière ses fûts, Steve Van Zandt puis Nils Lofgren aux guitares et puis, incontournable, énorme, gigantesque, THE BIG MAN, Clarence Clemons au saxophone. Le faire-valoir de SPRINGSTEEN sur scène, lui, dont le son de sax nous envoie directement dans les rues chaudes de Harlem, l’homme sans qui SPRINGSTEEN n’aurait jamais été le Boss. Son décès en 2011 marque nettement et fortement la fin de la grand époque du groupe. Big Man n’était pas qu’un musicien, c’était la conscience, l’âme du groupe, celui qui détenait les clefs de la maison.
On remarque également la présence des joyeux lurons, Flo and Eddie (Howard Kaylan et Mark Volman), sur « Hungry Heart », les trublions des TURTLES, et (hélas) celle de Patti Scalfia sur les titres de 1984.
Chacun a ses titres préférés. Pour moi, « Candy’s Room », tant elle est urgente dans son tempo, « Independence Day » où SPRINGSTEEN chante d’un ton triste presque désabusé qui contraste avec l’enthousiasme de The River » et puis celles moins connues, le fabuleux « Johnny 99 » et le « Jersey Girl » de Tom WAITS. Certes, les gros titres bien rock comme « Rosalita », « Born in the U.S.A » ou « Cadillac Ranch » sont indispensables pour la montée en puissance du show, mais que l’enchaînement « Darkness on the Edge of Town » / « Racing in the Street » / « This Land Is Your Land » est magnifique.

Pourtant, passée l’immense euphorie engendrée par la sortie de ce monument, quelques réserves peuvent être émises. Déjà, une grande absente, criarde, la grande chanson de Born to Run, « Jungleland ». L’hymne à la rue, à l’asphalte, le sax bouillant du Big Man, le piano magique du Professor, pourquoi avoir zappé un tel monument ? Et puis, c’est presque trop parfait, trop produit. A force de vouloir faire trop beau, Landau et Bruce gomment une partie de l’énergie brute qui se dégage pendant les concerts. Ainsi, le Live in New York City de 2001, qui pourtant est inférieur musicalement, dégage une unité très forte, sublimée par la dramaturgie portée par American Skin (41 Shots).
J’avoue, maintenant, que j’écoute plus volontiers des concerts complets de la grande époque comme le Winterland du 15/12/1978 ou A night for Vietnam Veterans du 20/08/1981 de Los Angeles, d’autant que Bruce, qui a oublié d’être un philanthrope, a autorisé la publication de certains de ces anciens shows.

Ce triple album live marque aussi la fin d’une époque, car après un très pâle Tunnel of Love, il congédie par courrier et avec un chèque de 1 million de dollars son groupe pour se lancer dans une improbable deuxième partie de carrière qui, in fine, amène la réunion de l’E.S.B. avec The Rising en 2002.

Incontestablement, le Boss et son gang des rues ont marqué profondément l’Amérique et les concerts ont toujours été (même après les grandes années) des moments inoubliables pour les spectateurs. A l’heure où notre homme cachetonne à Broadway, il est bon de se souvenir que les envolées de l’E.S.B. sont gravées à jamais dans l’histoire.

A lire aussi en ROCK par BAYOU :


Neil YOUNG
Roxy : Tonight's The Night Live (2018)
Au bout de la nuit




Christophe MARQUILLY
Absurde (2013)
Un grand monsieur du rock en France


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Bruce Springsteen (chant, guitare)
- Roy Bittan (piano)
- Danny Federici Claviers)
- Gary Tallent (basse)
- Max Weinberg (batterie)
- Steve Van Zandt (guitares)
- Nils Lofgren (guitares)
- Clarence Clemons (saxophone)
- Howard Kaylan (chant)
- Mark Volman (chant)
- Patti Scalfia (chant, guitare)


1. Cd1
2. Thunder Road
3. Adam Raised A Cain
4. Spirit In The Night
5. 4th Of July, Asbury Park (sandy)
6. Paradise By The "c"
7. Fire
8. Growin' Up
9. It's Hard To Be A Saint In The City
10. Backstreets
11. Rosalita (come Out Tonight)
12. Raise Your Hand
13. Hungry Heart
14. Two Hearts
15. Cd2
16. Cadillac Ranch
17. You Can Look (you Better Not Touch)
18. Independance Day
19. Badlands
20. Because The Night
21. Candy's Room
22. Darkness On The Edge Of Town
23. Racing In The Street
24. This Land Is Your Land
25. Nebraska
26. Johnny 99
27. Reason To Believe
28. Born In The Usa
29. Seeds
30. Cd3
31. The River
32. War
33. Darlington County
34. Working On The Highway
35. The Promised Land
36. Cover Me
37. I'm On Fire
38. Bobby Jean
39. My Hometown
40. Born To Run
41. No Surrender
42. Tenth Avenue Freeze-out
43. Jersey Girl



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod