Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi
- Membre : Little Steven

Bruce SPRINGSTEEN - Magic (2007)
Par SUNTORY TIME le 9 Mars 2012          Consultée 1981 fois

Ils ne sont d'abord que quelques silhouettes lointaines, dans quelque désert du Grand Ouest. Il fait chaud et sec ... un vent mauvais déplace poussières et tumbleweed. Un air d'harmonica chantonne dans le lointain ... Les silhouettes se rapprochent, imposantes, menaçantes même.
D'où viennent-il ? Que veulent-il ? Sont-ils armés ?

Oui, ils sont armés ... et d'armes redoutables. Et là où ils passeront, ils vont faire des ravages.
Mais pas de panique ! Ces armes là brisent les murs, sans pour autant tuer qui que ce soit. Leurs armes sont des guitares, des basses, des cuivres, des claviers et des caisses de batterie. Après 5 ans d'absence, isolés dans le désert ou les grandes plaines, la Bande de la Rue E est de retour. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils veulent en découdre.

A la tête de cette bande tant redoutée, Bruce Frederick SPRINGSTEEN, que tout le monde appelle le BOSS, le "Patron" (même s'il n'a jamais aimé ce surnom...). Lui, on l'avait perdu de vue depuis moins longtemps, à peine plus de 2 ans. Il s'était ramené seul, en ville, avec sa guitare folk, pour nous chanter des ballades graves et touchantes. Mais là, son équipe est au grand complet. Sortez les amplis, branchez le courants, volume à fond, ça va dépoter !

Dés "Radio Nowhere", premier single explosif, court et surpuissant, on sait à quoi s'en tenir. Le E Street Band est en pleine forme ! Mais cette énergie déployée est bien plus contrôlée que ce que "Radio Nowhere" veut nous faire croire. Car ce nouvel opus sobrement intitulé Magic n'est pas qu'un album rock testostéroné. L'époque de Born in the USA est bien révolue, même si le titre "Magic" peut porter à confusion. Par "Magique", SPRINGSTEEN entend "Illusion". Magique n'a rien d'un album optimiste à la lecture des textes. C'est un grave constat que le Boss et sa bande nous livrent là. Les années Bush sont encore plus calamiteuses que ce que l'ont peut imaginer. On pensait que l'on ne reprendrait plus SPRINGSTEEN à se mêler de politique après son fervent soutient à John Kerry en 2004, avec le succès que l'on sait ... Mais il n'en démord pas, il ne supporte plus que son pays qu'il a tant chanté soit autant ridiculisé par Bush et sa clique de milliardaires va-t-en guerre !

Pourtant, à la simple écoute de ce disque, cette rage ne parait pas aussi présente. C'est toute l'intelligence de SPRINGSTEEN que de ne pas faire du gros bruit de bourrin pour dire qu'il est pas content. Car on alterne chansons rock et urgentes ("Radio Nowhere", "Gypsy Biker", ...) et perles pop comme la très belle "Girls in Their Summer Clothes". Dans ce registre pop, SPRINGSTEEN évite d'être trop sirupeux; la production de Brendan O'Brien est encore efficace sans faire un abus de guimauve (ce qui ne sera pas le cas de l'album suivant).
Cependant certaines chansons pop marchent moins bien que d'autres; comme "Your Own Worst Ennemy" ou "I'll Work For Your Love" qui s'oublient rapidement, sans être désagréables pour autant.

C'est au niveau des envolées rock que ça fonctionne le mieux, que ce soit l'inévitable "Radio Nowhere", ou encore l'excellent "Gypsy Biker" et son harmonica aux accents moriconiens. Cette chanson relate la trop sinistre routine des GI's mort en Irak, et qui retournent aux USA entre quatre planches. Rien de larmoyant dans la musique; l'harmonica et les guitares déchaînées donnent à ce titre une dimension épique et en font une des pièces maîtresses de Magic. Et que dire de ce "Livin' in the Future", qui fleure bon les "Hungry Heart" et autres chansons dansantes de la grande époque des 80's ? Des chansons comme ça, c'est un remède contre toute morosité ambiante !

Il n'empêche, c'est dans les chansons plus calmes, ni rock ni vraiment pop, que le Boss est le plus inspiré. En cela, la petite chanson titre est une vrai perle. Le magicien du texte est un illusionniste, tout comme Bush et son administration qui ont fait croire aux américains des mensonges grossiers pour envahir un pays sans raison. Tout est imagé, mais la critique est acerbe, dure, aussi dure que le regard de l'ami Bruce sur la pochette. Grave aussi sont les derniers titres. Le magnifique "Devil's Arcade" est un excellent final (enfin, presque ...), avec ces violons et violoncelle dramatiques et ce crescendo final ... grandiose. Plus intimement, le morceau caché "Terry's Song" est une belle ballade folk en hommage à Terry McGovern, fidèle compagnon de route du Boss, décédé peu de temps avant. SPRINGSTEEN sait rendre hommage à ses amis avec une finesse fabuleuse.

Magic est un très bon disque dans son genre, pas aussi génial et poignant que The Rising, mais il se défend plus que bien. Il est d'autant plus marquant que c'est le dernier album où le E Street Band joue dans son entier. La triste hécatombe n'a pas encore commencé...

A lire aussi en ROCK par SUNTORY TIME :


JERONIMO
Mélodies Démolies (2008)
Et si l'avenir du rock français... était belge ?




Neil YOUNG
Ragged Glory (1990)
Affreux, sale et méchant ... mais que c'est bon !


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Bruce Springsteen (chant, guitares, harmonica)
- Roy Bittan (clavier)
- Clarence Clemons (saxophone)
- Danny Federici (claviers, accordéon)
- Nils Logfren (choeurs, guitares)
- Garry Talent (basse)
- Steven Van Zandt (choeurs, guitares)
- Max Weinberg (batterie)
- Patti Scialfa (choeurs)
- Soozie Tyrell (violon)
- Jeremy Chatsky (basse sur 'magic')
- Daniel Laufer (violoncelle sur 'devil's arcade')
- Patrick Warren (piano, chamberlin)
- + Orchestre De Cordes


1. Radio Nowhere
2. You'll Be Coming Down
3. Living In The Future
4. Your Own Worst Ennemy
5. Gypsy Biker
6. Girls In Their Summer Clothes
7. I'll Work For Your Love
8. Magic
9. Last To Die
10. Long Walk Home
11. Devil's Arcade
12. Terry's Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod