Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Spoon Can (1006)

CAN - Landed (1975)
Par ONCLE VIANDE le 11 Décembre 2006          Consultée 4989 fois

« Landed » s’inscrit dans la démarche de « Soon over babaluma » en proposant un nouveau patchwork musical déconcertant. Néanmoins, cette nouvelle livraison fera montre d’un tout autre visage ; solaire et coloré. Le groupe s’équipe enfin d’une console 8 pistes et abandonne l’artisanat musical auquel il nous avait habitué jusque là. Cette nouvelle technologie va permettre à Can de soigner sa production et d’accéder à un son plus présentable. Cet éclat nouveau va permettre à sa musique d’installer les contrastes qui manquaient cruellement à l’album précédent. Pour un groupe qui parvenait à réaliser des joyaux dans des conditions techniques rudimentaires, l’acquisition d’un matériel plus performant aura un impact surprenant. Ce n’est pas seulement le son qui fait un bond prodigieux en avant, mais toute la méthodologie du groupe qui est remise en question. Jusque là, Can improvisait des heures en studio et fabriquait ses disques par montage. Il enregistre désormais sa musique comme la plupart des autres groupes, réalisant autant de prises que nécessaire et consacrant beaucoup de temps au mixage. Ce changement de stratégie chamboulera considérablement sa musique, la rendant certes plus léchée, plus ronde et plus ciselée, mais moins intense aussi, ce que lui reprocheront beaucoup de ses suiveurs.

Avec cet album lumineux, Can s’engouffre dans une voix délibérément plus extravertie, plus joyeuse aussi, accordant une place grandissante aux musiques du monde. Le travail sur les sons reste la ligne de force du disque et influencera Brian Eno, Talking heads et toute la génération indus et électro qui ne manquera pas de lui rendre hommage avec la compilation « Sacrilege » en 1997.

« Landed » rend compte de l’éclectisme remarquable dont le groupe est encore capable au bout de sept disques et défie toute entreprise d’étiquetage. A ce stade de son évolution, il devient impossible de classer cette musique qui ne possède plus de référence évidente… ou en possède trop. Can a pulvérisé ses racines pour devenir un groupe métissé et cosmopolite : rock’n roll (« Full moon on the highway »), afro beat (« Half past one »), pop vitaminée (« Hunters and collectors »), transe électrique (« Vernal equinoxe »), fusion improbable de musique ethnique et de jazz (« Red hot indians »), et longue plainte électronique (« Unfinished »). Cette dernière plage fait basculer un disque plutôt énergique et enjoué dans une sorte d’état méditatif, presque clinique. Elle témoigne encore d’un penchant pour les climats planants et désincarnés ; une spécificité germanique qu’on ne retrouvera plus.

L’album opte pour des formats plus ramassés, et sépare une bonne fois pour toute le travail studio des prestations publiques. L’année 1975 marque aussi l’arrivée de Can chez Virgin, jeune label britannique qui rafle alors tout en matière de rock expérimental. Tous ces éléments concourent à faire de « Landed » un nouveau départ (il sera d’ailleurs le premier album du groupe à être édité en CD), néanmoins, à cette première impression de renaissance se mêlera bien vite un parfum de déclin, hélas confirmé par la production suivante.

« Le groupe le plus talentueux et le plus constant d’Europe, bien en avance sur toutes les phalanges britanniques » dira le Melody Maker, décidément peu avare en déclarations enflammées. Il ne fait aucun doute que Can possède alors l’éventail stylistique le plus varié du rock européen, et son optique musicale lorgne déjà sur les années 80 ou 90 ; le son toujours très actuel de ce septième album en témoigne.

Qu’il soit en avance ou non, Can reste résolument en marge de son époque, et à l’écoute des productions stagnantes qui fleurirent en cette année 1975 (année de transition s’il en est), « Landed », à défaut d’être un chef d’œuvre, apparaît comme une véritable bouffée d’oxygène.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ONCLE VIANDE :


GENESIS
Nursery Cryme (1971)
élixir de genèse

(+ 3 kros-express)



KING CRIMSON
Discipline (1981)
Le King Crimson nouveau est arrivé

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Holger Czukay (basse, voix sur 1)
- Irmin Schmidt (claviers, alpha 77, voix sur 1)
- Michael Karoli (guitare, violon, chant)
- Jaki Liebezeit (batterie, percussions, instruments à vent)
- Avec :
- Olaf Kübler (saxophone ténor sur 5)


1. Full Moon On The Highway
2. Half Past One
3. Hunters And Collectors
4. Vernal Equinox
5. Red Hot Indians
6. Unfinished



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod