Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



INDOCHINE - Indochine Au Zenith (1986)
Par RICHARD le 23 Octobre 2018          Consultée 171 fois

En 1986, année de sortie du premier album live d'INDOCHINE, si vous ne viviez pas sur une île déserte ou enterré profondément dans une grotte, il était impossible de passer à travers l'indomania qui sévissait alors furieusement dans tout l'hexagone. Que ce soit à la télévision, à la radio, dans la presse jeune très souvent et un peu moins dans la presse rock, les frangins Sirkis ainsi que Dominik Nicolas et Dimitri Bodianski étaient partout. Au risque d'une rapide overdose, ce trop plein n'étant pas nécessairement que musical. Les Indochinois étaient en effet devenus le quatuor à aduler ou à détester. C'était au choix depuis le succès de «l'Aventurier», hit façon bande dessinée de l'été 1983.

1986, c'est aussi l'année qui marque la première tournée d'envergure pour le groupe depuis sa création. Qu'elles sont bien loin les premières prestations emplies de fraîcheur et de naïveté devant une dizaine de personnes dans la petite boîte parisienne du ROSE BONBON en septembre 1981 ! Porté par le raz-de-marée phénoménal de l'album 3 et de ses singles « Canary Bay » et surtout « Troisième Sexe » qui deviendra l'hymne d'une génération, INDOCHINE est devenu incontournable. Le succès est tel que la bande des quatre qui devait initialement jouer une seule soirée au ZENITH de PARIS en a joué tout compte fait trois de plus à la fin du mois de mars et ce sont ces moments qui sont gravés sur ce disque.

C'est donc un quatuor en pleine possession de ses moyens et confiant qui foule la scène parisienne. Un brin revanchard aussi car si la tournée se nomme « Indochine joue », c'est juste pour souligner avec une douce ironie ceux qui les accusent d'utiliser des bandes préprogrammées et des play-back durant les concerts. Pour cette tournée, INDOCHINE s'adjoint les services d'Arnaud Devos, percussionniste talentueux déjà présent sur 3 qui apporte indéniablement au groupe une dynamique bienvenue et permet aux morceaux de développer une sensation plus chaude, plus accueillante. Rétrospectivement, ce live a tout d'un best-of indochinois première période. Celle de l'ascension fulgurante.

De fait, sans reprendre un seul instant son souffle, on est plongé dans les morceaux phares des trois premiers albums. Des débuts hésitants des Parisiens avec le sautillant « Dizzidence Politik » à « L'Opportuniste » la reprise de Jacques DUTRONC, en passant par le beau et combatif « Kao Bang » ou le cinématographique « Miss Paramount », tout déboule à un rythme effréné. La quasi totalité des titres du dernier album sont joués. On peut sourire ou être embarrassés des fameuses introductions de Nicolas Sirkis sur le revendicatif « Troisième Sexe » (« Si demain, si demain dans ta rue...») ou le sensuel « Salômbo »... mais l'essentiel n'est sûrement pas là. Il est déjà dans cette ferveur juvénile, cette foi capable de déplacer des montagnes, un peu à l'image du survolté « A l'Assaut ».

L'essentiel se trouve également certainement dans l'émotion qui se dégage de « Tes Yeux Noirs » (morceau clippé par Serge GAINSBOURG) ou dans la communion déjà très forte existant entre INDOCHINE et son public. Les réfractaires au leader ne changeront sans doute pas d'avis avec ce live. Entre la voix pas toujours juste et les iéeeeee sirkisiens à la fin de chaque mot, ils pourront rester de marbre et s'énerver seuls dans leur coin, pour rien. Les autres goûteront avec un plaisir non dissimulé sans doute plus l'énergie débordante, les superbes titres légèrement remaniés, variés et subtils, émanant du très doué compositeur Dominik Nicolas épaulé par sa légendaire Fender Mustang.


Indochine au Zénith est un parfait instantané de cette époque. S'il est sans réelle surprise, il permet d'entendre une période clé du groupe originel et surtout de constater la folie qui existait autour des Indochinois, sensation que le groupe ou plutôt Nicolas Sirkis ne connaîtra de nouveau qu'en 2002...

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


INDOCHINE
Dancetaria (1999)
Diamant noir.




HUMAN TETRIS
Memorabilia (2018)
Bons baisers de Russie.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Nicolas Sirchis (voix, synthétiseurs)
- Dominik Nicolas (guitares)
- Stéphane Sirchis (guitares,synthétiseurs)
- Dimitri Bodianski (saxophone, synthétiseurs)
- Arnaud Devos (percussions, batterie)


- Indochine Au Zenith
1. Ouverture (la Conquête De L'ouest)
2. A L'assaut (des Ombres Sur L'Ô)
3. Canary Bay
4. L'opportuniste
5. 3ème Sexe
6. L'aventurier
7. A L'est De Java
8. Salômbo
9. Miss Paramount
10. 3 Nuits Par Semaine
11. Kao Bang
12. Dizzidence Politik
13. Tes Yeux Noirs



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod