Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



INDOCHINE - Wax (1996)
Par ERWIN le 8 Mars 2015          Consultée 1770 fois

Le départ de Dominique Nicolas a sonné le glas de l'époque dorée au sein d'INDOCHINE. Il faut rebondir et ce n'est pas simple. Le recrutement d'Alexandre Azaria a pour but de maintenir à flot le groupe niveau composition. En effet, Dom était le patron du son et des mélodies, impossible pur Nicolas et Stéphane de s'improviser chef compositeur du jour au lendemain, même si leur maîtrise des instruments est maintenant correcte. Mais il faut avancer, les années 90 ne peuvent pas sonner la fin du groupe, il faut rebondir... Rapidement !

La preuve de l'implication du chanteur, c'est cette belle rythmique de guitare - qui deviendra à l'avenir presque une signature du chanteur à la mèche rebelle - sur "Drugstar", son refrain entêtant et une belle ambiance pour un premier titre composé "tout seul" de bout en bout. Le petit coté BD si cher à Nicolas est bien là, on reconnaît INDO et ça fait plaisir ! Mais c'est "Kissing my song", une chanson d'Alexandre qui sera le héraut de l'opus en tout premier lieu. On sent le petit infléchissement sur le style, le chant est d'ailleurs plus posé, plus "classique". Un titre donc plutôt réussi et qui est prometteur pour l'avenir. On sent que le guitariste et le chanteur vont parvenir à collaborer. C'est le cas du troisième single "Je n'embrasse pas", ou on retrouve les habituels gimmicks du groupe, on pourra certes reprocher quelques maladresses, mais l'ensemble à une allure correcte. L'amateur du groupe sera cependant surpris par l'aspect du dernier single : le très rock "Satellite", pas désagréable, mais tellement loin de ce à quoi nous étions habitués... Bilan, tout ça est fort boudé par les fans du groupe, qui se sentent quelque peu perdus, et si vous ajoutez l'ignorance des médias... Voila qui crée une belle traversée du désert dont on sait qu'elle débute à peine pour Nicolas.

On remarque l'implication croissante de Stéphane, qu'on retrouve sur plusieurs titres : "Les silences de Juliette", à l'atmosphère éthérée, refrain sympa, cool. Il y a la lancinante "Ce soir le ciel".. On a l'impression d'y retrouver les djeuns de l'époque du premier album, c'est maladroit et ado, mais pas si mal. Enfin, "Mire" est sa dernière contribution à Wax, à nouveau, on jurerait une compo des débuts du groupe, sur un sujet grave malgré tout... De quoi regretter l'absence de Stéphane pour les albums suivants, nul doute qu'il aurait affiné son écriture et aurait pu vraiment entrer en collaboration avec son jumeau et les autres membres du groupe.

"L'amoureuse", une adaptation très "ambiancée" par Alexandre d'une compo de John BARRY, est très chouette, sans doute le meilleur morceau de l'album. On peut aussi signaler les sympas "Unisexe" et "Révolution" -toujours les même rengaines tout de même, sacré Nicolas !-, le rythme psychiatrique de "Coma coma coma", la belle guitare folk et les harmonies de "Echo ruby". Peu de points faibles au final.

Bah que voulez-vous, cet album n'avait pas la moindre chance de s'en sortir. Il n'est pourtant pas désagréable du tout, et en particulier meilleur que son prédécesseur. Pourtant, il ne va pas se vendre et constituera la moins bonne performance de la carrière du groupe. Les années difficiles continuent pour Nicolas, le décès de Stéphane, les doutes sur l'avenir, puis l'improbable lointaine résurrection avec "Paradise"... Quel destin !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


LEVEL 42
Running In The Family (1987)
Top level




Robert PALMER
Riptide (1985)
Fusion géniale


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Unisexe
2. Revolution
3. Drugstar
4. Je N'embrasse Pas
5. Coma Coma Coma
6. Echo Ruby
7. Les Silences De Juliette
8. Satellitte
9. Mire Live
10. Ce Soir Le Ciel
11. Kissing My Song
12. L'amoureuse
13. Peter Pan



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod