Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ FUSION/GUITAR JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Pat MARTINO - Starbright (1976)
Par DERWIJES le 4 Septembre 2020          Consultée 72 fois

Nouvel album, nouveaux collègues et nouveau label pour Pat MARTINO qui passe de Muse à la Warner Bros. Côté équipe, nous retrouvons Gil GOLDSTEIN de retour des sessions de We’ll Be Together Again au piano électrique, Al REGNI à la flûte, Will LEE à la basse, Joe D’ONOFRIO au violon, Charles COLLINS et Michael CARVIN à la batterie, Mike MAINERI et Warren BERNHARDT aux synthétiseurs, et enfin Alyrio LOMA COVA aux percussions.

Musicalement, le virage n’est pas tout à fait complet. Que s’est-il passé en studio ? Manque de temps, pression des producteurs ou choix délibéré ? Toujours est-il que c’est comme s'il y avait deux moitiés d’albums différents en un seul : d’un côté, des morceaux semblables à ceux de We’ll Be Together, que l’on pourrait définir comme du bop romantique, sobres et indémodables, et de l’autre, des morceaux qui n’auraient pas dépareillé chez WEATHER REPORT ou Herbie HANCOCK, du jazz fusion aux rythmes groovy.
Mais il y a surtout beaucoup de morceaux ! Avec des interludes d’à peine une minute, on pourrait presque croire à un album concept. Cette oscillation entre des moments acoustiques relaxés et des envolées jazz-funk sonne bien sur le papier, mais ne donne pas le résultat escompté. C’est principalement la faute aux interludes déjà cités qui brisent la fluidité de l’écoute, et aussi parce que les morceaux sont justes trop courts, comme tronqués de l’improvisation qui fait la sève du jazz. Reprendre "Fall" de Wayne SHORTER et "Nefertiti" de Miles DAVIS –un excellent morceau de l’un de ses meilleur disques pré-Bitches Brew- sans s’offrir une divagation dessus, c’est presque un crime de lèse-majesté. Il existe certainement plein d’exemples de jazzmen (et jazzwomen, et de jazzpersons, et de jazzcats, et de jazzwhales...) qui font des morceaux courts privés d’improvisations, mais c’est comme un groupe de punk qui ferait un morceau de 10 minutes, ça va à l’encontre du genre.
De toute manière, il n’y a pas grand-chose à retenir de l’ensemble. Quelques bonnes idées ci et là, comme "Deeds" ou "Masquerada", mais c'est tout. Il y a peu à se mettre sous la dent, et c’est bien dommage. Mais personne n’est parfait, et puis soyons honnête : pour du Pat Martino, c’est bof, mais du Pat Martino bof c’est du génie pour n’importe qui d’autre.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Miles: The New Miles Davis Quintet (1956)
La rencontre de tous les possibles




Pat MARTINO
El Hombre (1967)
Nouveau venu.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Pat Martino (guitare, synthétiseur)
- Al Regni (flûte)
- Joe D'onofrio (violon)
- Gil Goldstein (claviers)
- Mike Mainieri, Warren Bernhardt (synthétiseurs)
- Will Lee (basse)
- Charles Collins, Michael Carvin (batterie)
- Alyrio Lima Cova (percussions)


1. Starbright
2. Eyes
3. Law
4. Fall
5. Deeda
6. Starbright Epilogue
7. Masquerada
8. Nefertiti
9. Blue Macaw
10. City Lights
11. Prelude
12. Epilogue



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod