Recherche avancée       Liste groupes



      
BOP / POST-BOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Pat MARTINO - Interchange (1994)
Par DERWIJES le 7 Septembre 2020          Consultée 84 fois

Après avoir sorti la tête de l’eau une première fois avec The Return en 1987, Pat MARTINO fit son véritable retour en 1994 avec cet Interchange.
Il signe pour l’occasion sur le label Muse, spécialisé dans les « seconds couteaux » du jazz et ayant enregistré quelques grands noms plus méconnus du grand public comme Hank MOBLEY, Kenny BURRELL et Shirley SCOTT ainsi que quelques bluesmen plus renommés comme Muddy WATERS et John LEE HOOKER. Muse Records fut racheté en 1996 par 32.Jazz, un plus gros poisson qui profita de l’extension de son catalogue pour proposer des ressorties de Pat MARTINO en CD. Si vous cherchez aujourd’hui à acquérir Interchange, vous avez plus de chance de le trouver couplé avec son petit frère Nightwings sous le titre de Mission Accomplished !.

Avec lui dans le studio, se trouvent James RIDL au piano, Marc JOHNSON à la basse (collègue de Pat METHENY, Stan GETZ et John ABERCROMBIE) et Sherman FERGUSON à la batterie (batteur pour Pharoah SANDERS et Benny CARTER, il connaît bien MARTINO pour avoir travaillé avec lui l'époque de Desperado, de Consciousness et de Live !). Une fine équipe, et pour une fois, on ne peut pas dire qu’ils sont là pour faire de la figuration.
Presque tous les titres sont composés par MARTINO, à l’exception bien sûr du "Blue in Green" de Miles DAVIS. Une excellente reprise qui rend tout aussi bien à la guitare qu’à la trompette avec un côté plus « ballade nocturne romantique » que « errements nocturnes ». Ses compositions inédites ne s’éloignent pas du bop de ses origines, avec au cœur de l’album le trio successif "Black Glass", "Interchange" et "Just for Then". Passé le morceau d’échauffement "Catch", ils commencent ce marathon en donnant le meilleur d’eux-mêmes, avec une mention spéciale pour James Ridl qui a le droit de se lancer dans de longs solos volant presque la vedette au patron. Mais pas de rancune entre eux, cette équipe a un excellent feeling – comme tous les grands leaders, MARTINO sait s’entourer de musiciens capables de le challenger plutôt que de le suivre simplement. Il semble avoir gagné en sagesse depuis son accident, ayant appris à rester plus souvent à l’écart pour laisser parler les autres. Tant mieux car cela donne encore plus de poids à ses interventions qui procurent toujours un plaisir aux oreilles et offrent de quoi faire rêver tous les amoureux de guitare, de quelque horizon qu'ils viennent. Jazzeux, métalleux, folkeux, Pat MARTINO est le Père-Noël en cela qu’il a quelque chose pour tout le monde !

Le dernier morceau de l’album "Recollection" est tellement plus discret que ses prédécesseurs qu’on en oublierait presque de l’écouter, même si, légèrement trop long, il aurait gagné à être raccourci d’une minute ou d’un ou deux solo pour être plus digeste. Mais impossible de ne pas en vouloir plus lorsque le disque se termine. Comment 45 minutes peuvent-elles passer en à peine vingt minutes ?

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Kamasi WASHINGTON
The Epic (2015)
Buffet à volonté !




Miles DAVIS
E.sp. (1965)
Bijou bien caché.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Pat Martino (guitare)
- James Ridl (piano)
- Marc Johnson (basse)
- Sherman Ferguson (batterie)


1. Catch
2. Black Glass
3. Interchange
4. Just For Then
5. Blue In Green
6. Recollection



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod