Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Alpha BLONDY - Yitzhak Rabin (1998)
Par NESTOR le 11 Janvier 2021          Consultée 135 fois

Pour l’enregistrement de Yitzhak Rabin, son onzième album, Alpha BLONDY renoue avec la Jamaïque.
Et, comme cela fut le cas douze années plus tôt pour Jérusalem, il s’installe aux mythiques studios Tuff Gong de Kingston. Il y retrouve certains des musiciens qui avaient participé à l’enregistrement de Cocody Rock (1984), et notamment le guitariste Earl "Chinna" SMITH. Et il s’offre les services des I-THREES, le trio vocal mythique qui accompagne Bob MARLEY suite au départ de Peter TOSH et Bunny WAILER en 1973. Et qui est encore composé à cette époque de deux de ses membres historiques, Judy MOWATT, et surtout Rita MARLEY, la femme de l’icône Rasta.

Au-delà de la caution (légèrement marketing) qu’apporte la présence des I-THREES, il y a lieu de reconnaître que les chœurs sont particulièrement efficaces. Très harmonieux, judicieusement placés ils contribuent grandement à assurer à ce Yitzhak Rabin un équilibre de bon aloi. Il en va de même pour l’orchestration, très professionnelle et posée, qui participe également grandement à faire de cet album une réussite.

Ce retour aux sources du Reggae est à l’origine d’un album massif et solide dans lequel Alpha BLONDY prône comme à son habitude, à la fois l’amour et la tolérance entre les humains, et l’émancipation des africains. Certains titres sortent immédiatement du lot, à l’image d’un "Saraka" magnifié par des chœurs et des cuivres fort à propos. Ou bien de la doublette "Les Imbéciles", "Armée française", deux titres chantés en français au travers desquels Alpha BLONDY exhorte les africains a reprendre leur destin en mains. Loin des facilités de Dieu (1994), les paroles sont ici travaillées, sur ce soit en termes de sonorités que de sens.

On peut également citer le plus intimiste et surprenant "Les larmes de Thérèse" sur lequel la voix d’Alpha est mixée très en avant. Ou encore "Guerre civile" et son rythme chaloupé du meilleur effet. Et, si tous les morceaux ne sont pas de cet acabit, il y a toutefois pas réellement de titre dispensables à déplorer. Ce qui, au regard de leur nombre, est une bonne surprise. L'album rend hommage au premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, assassiné en 1995. Ce qui n’est guère surprenant lorsque l’on connait l’ouverture sur toutes les religions dont a toujours fait preuve Alpha, ainsi que son attachement à l’état d’Israël qui lui a donné matière à plusieurs titres.

Un Alpha BLONDY que l’on n’avait pas vu dans une forme aussi tranquille et sereine de bout en bout d’un album depuis longtemps. Une sérénité qui va de paire avec une implication qui transpire de chacun des titres présentés ici. Rien de très clinquant ne ressort de ce Yitzhak Rabin, qui n’en demeure pas moins un des très bon albums d’Alpha BLONDY.

A lire aussi en REGGAE par NESTOR :


PIERPOLJAK
Chapeau De Paille (2017)
Riche et lumineux, de la très bonne variété reggae




Alpha BLONDY
Jah Glory ! (1982)
Une naissance retentissante


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Wayne Armond (guitare, chœurs)
- Christopher Birch (basse, claviers)
- Alpha Blondy (chant)
- Jacques Bolognesi (trombone)
- Glen Browne (basse)
- Wayne 'g-sharp' Clark (batterie)
- Grub Cooper, Sharon Forrester, Pam Hall, (chœurs)
- Dean Fraser (saxophone)
- Alain Hatot (saxophone)
- Clive Hunt (basse)
- I-threes (rita marley, judy mowatt, billy mystic )
- Abou Ouatt (percussions)
- Scully (batterie)
- Phillipe Slominski (trompette)
- Earl 'chinna' Smith (guitare)


1. New Dawn
2. Yitzhak Rabin
3. Assinie Mafia
4. Les Imbéciles
5. Armée Française
6. Hypocrites
7. Guerre Civile
8. Saraka
9. Les Larmes De Thérèse
10. Lalogo
11. Maïmouna
12. Bakôrôni



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod