Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ / POP-ROCK  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

Vladimir COSMA - La Moutarde Me Monte Au Nez / La Course à L'échalote (1974)
Par AIGLE BLANC le 15 Février 2021          Consultée 336 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Rival de Gérard Oury dans le registre de la comédie populaire française "à grand succès", Claude Zidi ne jouit pas pourtant de la même notoriété que son illustre confrère. Malgré sa suprématie au cours des 70's et jusqu'aux 90's, la presse cinématographique ne l'a que fort peu porté dans son coeur. Que la critique hexagonale considère suspect un film au vaste succès populaire ne suffit pas à expliquer le désamour récurent de Claude Zidi par les Cahiers du Cinéma et autres revues de l'intelligentsia du 7ème art.
Il est vrai que le cinéaste s'est fait connaître par sa série de films mettant en scène le groupe de musiciens / humoristes Les Charlot (Les Bidasses en Folie-1971, Les fous du Stade-1972, Le Grand Bazar-1973 et Les Bidasses s'en Vont en Guerre-1974), autant de longs-métrages d'un burlesque franco-français pas des plus subtils, convenons-en, et dont le scénario, prétexte à des gags plus ou moins réussis, ne dépasse souvent pas le ras-des-pâquerettes.

Il est vrai également qu'on lui doit le diptyque des Sous-doués (Les Sous-doués passent le bac -1980 et Les Sous-doués en vacances -1982) que Daniel Auteuil aujourd'hui doit préférer oublier.
Reconnaissons également à ces films une réalisation souvent indigente, ce qui peut surprendre de la part d'un diplômé de l'école technique de photographie et de cinématographie (future école Louis-Lumière) ayant débuté dans la profession comme assistant opérateur et cameraman au service de grands cinéastes confirmés tels Marc Allégret, Claude Autant-Lara, George Franju, René Clément, Jean-Pierre Mocky ou Claude Chabrol. Ses compétences en terme de cadrage lui ont même valu de tenir la caméra dans des superproductions hollywoodiennes dont le tournage se déroulait en France comme Charade de Stanley Donen et surtout l'historique Le Jour le plus Long, célèbre film sur le débarquement en Normandie.
Pourtant, en 30 ans de carrière, Claude Zidi a connu quelques jolies réussites parmi lesquelles Les Ripoux, qui le réconcilie auprès de la critique, et La Totale dont James Cameron signera le remake américain avec Arnold Schwarzenegger et Jamie Lee-Curtis (excusez du peu).
Comme artisan dévoué de la comédie populaire française, il en a dirigé les plus grands interprètes, de Louis de Funès, Annie Girardot à Pierre Richard, de Philippe Noiret, Coluche à Jacques Villeret, de Josiane Balasko et Christian Clavier à Thierry Lhermitte...

Les deux films qu'il a tournés avec Pierre Richard, La moutarde me monte au nez (1974) et La course à l'échalote (1975), à l'époque où la carrière du comédien connaissait un bel essor depuis le succès inattendu du Grand Blond avec une chaussure noire (1972), comptent parmi les comédies populaires les plus réussies des années 70. Sans figurer dans la liste des références incontournables du genre, ils remplissent leur rôle au-delà du minimum grâce au talent comique de l'acteur, dont les gaffes toujours plus inventives provoquent les zygomatiques du public, et grâce à un élément discret auquel il serait injuste de ne pas accorder toute l'attention qu'il mérite : leur musique, toutes deux signées de Vladimir COSMA.
Richard/COSMA, voici une association d'une rare cohérence promise à une non moins rare fidélité. Les cinéastes Yves Robert, Francis Véber et Gérard Oury l'ont bien compris, qui ont fait appel simultanément au compositeur et au comédien, au point qu'on puisse se demander s'ils ne forment pas une paire indivisible, le choix de l'un impliquant celui de l'autre. Association rare car unique, me semble-t-il, dans le milieu cinématographique où celle-ci s'établit le plus souvent entre un cinéaste et son compositeur attitré (Sergio Leone/ Ennio MORRICONE, Federico Fellini/Nino ROTA, David Lynch/Angelo BADALAMENTI).
L'oeuvre de Vladimir COSMA, riche de près de 200 films, a abordé le territoire de Pierre Richard à 16 reprises, offrant au musicien le défi de sans cesse se renouveler tout en assurant une cohérence que le spectateur reconnaît dès les premières notes de ses thèmes principaux.

Les B.O de La moutarde me monte au nez et de La course à l'échalote éditées en 1995 par le label Pomme Music, 23ème et dernier volume de l'excellente série Cosma Cinéma Collection, sont associées aux musiques du Jouet (Francis Veber) et du Coup du parapluie (Gérard Oury) afin de compléter un programme fort généreux en exploitant au mieux la capacité d'informations du format CD (environ 80 minutes de musique). Pour plus de clarté et de cohérence, cette chronique fait le choix de se pencher exclusivement sur les deux films de Claude Zidi et de réserver à une chronique ultérieure l'analyse de la B.O du Coup du parapluie qui a fait l'objet également d'une édition alternative, et plus complète, chez Larghetto Music parue en 2016.
Si La moutarde me monte au nez et La course à l'échalote constituent à n'en point douter d'excellentes comédies, la réussite déteint également sur leurs partitions musicales, toutes deux de fort bonne facture. Le compositeur d'origine roumaine y déploie une verve sans faille, souvent mâtinée d'une grande drôlerie, que parfait une exécution virtuose démontrant si besoin était le talent de directeur d'orchestre de Vladimir COSMA.
Comme à son habitude, il offre à ces deux films un thème principal qui leur sied idéalement. Celui de "La moutarde...", dans un registre jazzy où brille de nouveau le saxophone soprano, exécute une mélodie irrésistible de fantaisie, cousine spirituelle des thèmes du "Distrait" et des "Malheurs d'Alfred", et troisième variation réussie autour du personnage de gaffeur distrait qu'incarne si bien Pierre Richard. Celui de "La course..." plonge avec une énergie débridée dans le style carnavalesque avec sa fanfare survoltée déployant une ambiance festive absolument grandiose servant au mieux les aventures rocambolesques du héros entraîné, malgré lui, pour une sombre affaire de malette volée, dans le sillage de la tournée de la troupe de l'Alcazar.
Selon les besoins d'une séquence précise, Vladimir COSMA ose s'aventurer sur le terrain du western quand le héros de La moutarde... vient déranger par inadvertance une équipe de cinéma tournant un film de cowboys, ce qui donne l'incroyable parodie morriconienne des "Appaches en folie 1 et 2" à coups d'orchestre lyrique et de trompettes mexicaines, d'autant plus réussie que les deux plages ne tombent jamais dans le travers du pastiche mécanique au point que le fan du Maestro pourrait s'y tromper. Quant à la veine américaine du western, ne manquez pas le délirant "Indian Flip" où un banjo là encore survolté survole une composition au rythme hallucinant proche du délire des Looney Toons de Chuck JONES.
Le motif de la course-poursuite lui offre l'occasion de démontrer son art de la concision dans l'élaboration de miniatures au suspens très convaincant. C'est ainsi que les cordes et la basse construisent une ambiance anxiogène dans "La malette" et, surtout, "Le coffre", autant de titres qui en font l'égal, ou presque, de Lalo SCHIFRIN.
Lorsqu'il s'agit d'accompagner les scènes sentimentales, apartés bienvenus comme autant d'îlots de paix au coeur de la tourmente, le compositeur n'a pas non plus son pareil pour proposer des pièces au kitsch assumé et, par conséquent, irrésistible, comme "Pierre et Jackie" ou "S.E.N.X" qui rappellent qu'il est aussi l'auteur du slow millésimé "Reality" extrait de "La Boom 1".

Ces 2 B.O révèlent un compositeur en pleine possession de son art et qui peut, par conséquent, tout se permettre avec une réussite insolente. A déguster sans modération.

N.B : La tracklist, dans un souci d'honnêteté, mentionne toutes les pistes de l'album, y compris celles qui ont été écartées de la chronique.

A lire aussi en JAZZ par AIGLE BLANC :


Nana MOUSKOURI
Couleur Gospel (1990)
Un grand disque de gospel... français




Ennio MORRICONE
Gli Occhi Freddi Della Paura (1971)
Il était une fois le morricone expérimental


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Vladimir Cosma (composition et direction orchestrale)
- Saxophone Soprano (non crédité)
- Trompettes (non créditées)
- Synthétiseurs (non crédité)
- Basses (non créditées)
- Guitare Wah-wah (non créditée)
- Guitare électrique (non créditée)
- Percussions (non créditées)
- Piano Fender (non crédité)
- Banjo (non crédité)


- la Course à L'échalote (1974)
1. La Course à L'échalote
2. S.e.n.x
3. Music-hall
4. Alcazar
5. La Mallette
6. Le Coffre
7. Chou-fleur
- la Moutarde Me Monte Au Nez (1975)
8. La Moutarde Me Monte Au Nez (générique)
9. Pierre Et Jackie
10. Les Apaches En Folie 1
11. Echange De Clichés
12. Le Prof
13. Minou Attaque
14. Shampooing De Star
15. Cheveux Roses
16. Les Apaches En Folie 2
- le Jouet (1976)
17. Le Jouet (générique)
18. Les Jouets Du Président
19. Je Veux ça
- le Coup Du Parapluie (1980)
20. Le Coup Du Parapluie
21. Attentat Sur La Corniche
22. Rio De Janeiro
23. Les Byblos à Las Vegas
24. Le Baleine Ii
25. Pierre Et Bunny
26. Charleston
27. Shimmy
28. Marchin'
29. Stomp
30. Swinging Bunny
31. Black & White Bottom
32. Dixie Rag



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod