Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mika, Billy Joel
- Membre : Angelo Branduardi
 

 The Illustrated Elton John Discography (1284)

Elton JOHN - 17-11-70 (1971)
Par MARCO STIVELL le 31 Août 2011          Consultée 2388 fois

En 1971, alors qu'il n'a que trois albums à son actif dont un passé inaperçu, Elton JOHN est déjà une superstar. Son deuxième et Tumbleweed Connection l'ont présenté comme l'un des meilleurs espoirs des années 70 auprès du grand public, et la suite ne fera que nous le confirmer. Pour l'heure, il tient à battre le fer tant qu'il est encore chaud et fait paraître ce disque live, en réalité une décision du producteur Gus Dudgeon pour profiter du franc succès que le bootleg sorti un peu avant avait reçu. 17-11-70 sera donc le nouveau carton, faisant d'Elton le premier artiste à connaître un tel succès depuis les Beatles !

Comme son nom l'indique, ce concert a été enregistré le 17 novembre 1970, soit quelques jours après la sortie de Tumbleweed Connection, aux studios A&R à New York. Il est orné d'une pochette encore plus sobre que celle de l'album Elton John en termes de tons, mais qui en signifie long sur le contenu. En effet, on pourrait croire que ça ne paie pas de mine, en parlant aussi de la pochette, du titre, tout comme de ces crédits assez... intimistes : Elton n'est alors accompagné que de deux (nouveaux) musiciens, le bassiste Dee Murray et le batteur Nigel Olsson. On peut dire qu'il se rattrapera pour Madman Across the Water, sur la forme. Mais les trois musiciens vont nous prouver que petit nombre ne rime pas avec aseptisation musicale.

En témoignent tous les morceaux présents, car évidemment le concert n'est pas complet (pas comme le fameux bootleg), pas plus que dans le bon ordre d'ailleurs. Murray et Olsson sont des musiciens rêvés pour une telle musique, et on les retrouvera encore pas mal de temps auprès d'Elton. Déjà là, en plus de leurs instruments, ils lui assurent un soutien vocal des plus enthousiasmants. Il y a une ambiance très chaleureuse pour tous ces titres, dont plus de la moitié sonnent très rock de bar. "Amoreena", "Take Me to the Pilot", la face B "Bad Side of the Moon", "Can I Put You On" et la reprise des Rolling Stones "Honky Tonk Women" sont ainsi liées par la même force : rythmique implacable et chœurs conviviaux, avec l'impression pour nous en raison d'un petit public d'avoir toujours affaire à un concert au coin d'un troquet, avec le joueur de bastringue qui mène la danse. Les titres se ressemblent en apportant tous leurs moments forts, notamment "Can I Put You On" et sa fin très dense, sonnant parfois mieux que sur album ("Take Me to the Pilot").

Les morceaux les plus séduisants restent tout de même ceux que je n'ai pas encore cités. "Sixty Years On" perd sa moelle orchestrale, mais conserve ici une intensité à couper le souffle. Murray et Olsson y sont impériaux. Et que dire alors de "Burn Down the Mission" ? Certes, quand on sait que l'original frôle déjà la perfection, j'aurais tendance à trouver que pour les décollages instrumentaux, ces départs sur les chapeaux de roue sont un tantinet trop brusques. Qu'est-ce que ça aurait été si Elton avait préféré négocier une savante accélération ? Ne boudons pas notre plaisir, cette folie relâchée, très proche de la country, reste un vrai bonheur à entendre. La chanson étant étirée sur plus de dix-huit minutes, on peut imaginer pour ceux qui n'auraient pas encore écouté l'état de fièvre dans lequel sont les musiciens (et nous par la même occasion). Le piano s'enflamme bien sûr (d'ailleurs, Elton a réussi à s'égratigner la main, et à la fin du concert, le piano était plein de sang), et le groupe passe par la case "medley", citant joyeusement le bluesman du Delta Arthur "Big Boy" Crudup ("My Baby Left Me") et forcément les Beatles tout juste séparés ("Get Back"). Jubilatoire !

Pour son premier album live, Elton nous offre un grand moment de rock sans autre fioriture que la force d'un trio qui, plus tard enrichi de Davey Johnstone et Ray Cooper, se révèlera être l'un des groupes les plus passionnants des années 70, avec que des preuves en chanson. Après ce témoignage concert solide, Elton peut embrayer sans crainte sur un album plus soft !

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


Bruce SPRINGSTEEN
Chapter And Verse (2016)
Le boss. le seul, l'unique.

(+ 1 kro-express)



SANTANA
Oneness : Silver Dreams, Golden Reality (1979)
Très bon, mais...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Elton John (chant, piano)
- Dee Murray (basse)
- Nigel Olsson (batterie)


1. Bad Side Of The Moon
2. Amoreena
3. Take Me To The Pilot
4. Sixty Years On
5. Honky Tonk Women
6. Can I Put You On
7. Burn Down The Mission
8. (my Baby Left Me)
9. (get Back)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod