Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Tom Petty & The Heartbreakers
- Membre : Little Steven

Bruce SPRINGSTEEN - Devils & Dust (2005)
Par MARCO STIVELL le 18 Décembre 2011          Consultée 2988 fois

Après le grand choc du retour du E Street Band à la toute fin des années 90, puis la preuve parfaite que l'unité du groupe allait de nouveau s'inscrire de manière durable (le fabuleux The Rising et sa tournée), Bruce SPRINGSTEEN ressent la subite envie de faire une pause. Compréhensible et en même temps frustrant : les fans n'attendent qu'une chose, c'est qu'il embraye sur un autre chef-d'oeuvre avec son groupe mythique ! Hé bien non, il faudra attendre messieurs dames. Pour l'heure, le Boss est plus enclin à prendre un tabouret, sa guitare acoustique, et à nous raconter des histoires, difficiles certes, mas émouvantes.

Devils & Dust s'inscrit ainsi dans la lignée folk des grands Nebraska et The Ghost of Tom Joad. Il se fait plus proche de ce dernier pour un choix de localisation des thèmes (grand Ouest américain, vie des communautés notamment hispaniques à la Frontière), mas aussi pour une réalisation musicale diversifiée, plus encore que sur l'album de 95. Celle-ci a été décrite comme assez étonnante par les spécialistes, car des titres comme "All the Way Home" (écrit au moment de Lucky Town) et "Long Time Comin'" auraient été enregistrés à l'époque de The Ghost of Tom Joad en configuration caractéristique (Marty Rifkin à la pedal-steel guitare, Danny Federici aux claviers, Soozie Tyrell au violon), et auraient bénéficié de l'ajout des parties de Steve Jordan et Brendan O'Brien beaucoup plus tard, ce qui leur donne un son particulier. D'ailleurs, la production de O'Brien s'était déjà faite remarquable sur The Rising, et l'on remarque que Devils & Dust bénéficie des mêmes atouts.

Un autre élément sonore parfaitement notable sur Devils & Dust : l'emploi systématique de la guitare acoustique noire de marque Takamine par Bruce, une de celles qui possèdent le plus grand relief. Cet instrument se fait roi tout le long de l'oeuvre, la musique repose entièrement sur elle, même dans les moments les plus électriques. Car oui, Devils & Dust est le premier disque folk de Bruce comportant quelques énervements, à l'image de l'enthousiasmant "All the Way Home", et de son déferlement d'instruments hindous (sitar, tamboura et sarangi par Brendan O'Brien, une première !). La guitare éléctrique est aussi présente en fond sonore sur "Devils & Dust", le morceau, donnant ainsi un caractère plus mordant, à forte raison puisque le texte parle de la guerre en Irak, de l'arrivée du spectre de la mort pour le soldat qui "ne sait à qui se fier" au milieu du sable et de la poussière. O'Brien, très présent dans la réalisation, a su trouver pour ce morceau l'équilibre parfait entre la ballade acoustique et l'intensité instrumentale, croissante au fil de son avancée. L'harmonica, entre autres, est vibrant.

D'autres textes de l'album parlent de la mort, comme notamment les superbes "Silver Palomino", rendant hommage à Fiona Chappel, une amie de Bruce et Patti décédée à 30 ans et laissant derrière elle deux jeunes enfants ; ainsi que "Matamoros Banks" qui fait écho au "Across the Border" de The Ghost of Tom Joad. Ces deux titres à l'ambiance feutrée sont magnifiés par la présence des cordes de Nashville String Machine. Celles-ci sont rejointes par des cuivres très doux pour les épiques et également très sombres "Black Cowboys" et "The Hitter", de même que pour le plus langoureux "Reno". Cette chanson s'est vue apposée le seau "Parental Advisory" (sous controle parental) car dépeint une scène d'amour-sexe entre un homme et une prostituée. C'est l'un des meilleurs morceaux du disque. Enfin pour ce "Jesus Was an Only Son" où Bruce tient tous les instruments, celui-ci s'est un moment intéressé, en temps que père de famille protecteur de ses enfants, à la relation Marie-Jésus.

"Long Time Comin'" perpétue la tradition désormais lointaine pour Bruce des chansons écrites en réflexion sur ses propres rapports avec son père, sur un tempo country égayant. "Maria's Bed" fait aussi tout bien, et le Boss n'a pas hésité pour l'écrire à recycler certains de ses textes (en l'occurence "Further on (up the Road)" sur The Rising). Le bluesy "All I'm Thinkin' About" et "Leah" sont les plus légères de l'ensemble. Cette dernière est assez savoureuse non seulement pour son ambiance à la Morricone lors de l'intervention de la trompette, mais aussi pour son texte dans lequel Bruce laisse momentanément sa "red headed woman" et parle d'une jeune serveuse franchement belle qu'il a rencontrée un soir dans un bar.

Un disque assez riche, peut-être le plus sombre de Bruce malgré ces quelques marques de gaieté. Objectivement, Devils & Dust ne mérite peut-être pas cinq, ni même le rang de chef-d'oeuvre. Il semble avoir été réalisé en hâte, c'est remarquable en particulier sur "Reno", pour la guitare slide, ou encore sur "All I'm Thinkin' About" pour la partie vocale en falsetto, sans parler des quelques bizarreries dans les réalisations de "Silver Palomino" et "The Hitter". En outre, certains fans du Boss trouvent que c'est "l'album de plus", contenant des chansons que comprennent mal les amateurs de "Dancing in the Dark" aussi bien que ceux de "Rosalita" ou de "Radio Nowhere", pour faire un anachronisme.

Mais Devils & Dust est mon album préféré de Bruce, et cela peut s'expliquer par ses chansons (textes, mélodies, instrumentations, ambiances), les images qu'il évoque, et d'autres raisons que je ne dévoilerai pas ici. Simplement je puis dire que cet album m'a "sauvé la vie" à une époque, et rien que cela, ça vaut plus, beaucoup plus qu'une simple appréciation de chroniqueur.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


STEELEYE SPAN
All Around My Hat (1975)
Le virage pop.




CLANNAD
Nádúr (2013)
Le grand retour


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bruce Springsteen (chant, guitares, harmonica, claviers, piano, basse)
- Brendan O'brien (basse, sitar, tamboura, sarangi électrique)
- Steve Jordan (batterie, percussions)
- Marty Rifkin (pedal-steel guitare)
- Chuck Plotkin (piano)
- Danny Federici (claviers)
- Patti Scialfa (choeurs)
- Lisa Lowell (choeurs)
- Soozie Tyrell (violon, choeurs)
- Mark Pender (trompette)
- Nashville String Machine (cordes)
- Susan Welty, Thomas Witte, Donald Strand (cuivres)


1. Devils & Dust
2. All The Way Home
3. Reno
4. Long Time Comin'
5. Black Cowboys
6. Maria's Bed
7. Silver Palomino
8. Jesus Was An Only Son
9. Leah
10. The Hitter
11. All I'm Thinkin' About
12. Matamoros Banks



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod