Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen I
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
  Live At The Rainbow '74 ...
  Live At The Rainbow '74 ...
1975 A Night At The Opera
  A Night At The Odeon [20...
  A Night At The Odeon [20...
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1981 Greatest Hits
  Rock Montreal [2007]
  Rock Montreal [2007]
1982 We Will Rock You
  On Fire - Live At The Bo...
  On Fire - Live At The Bo...
  Hot Space
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley '86 [199...
  Live At Wembley Stadium ...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Live Magic
1989 The Miracle
  At The Beeb
1991 Innuendo
  Greatest Hits Ii
1992 Classic Queen
  The Freddie Mercury Trib...
1995 Made In Heaven
1996 In Nuce
1997 Rocks
2014 Queen Forever
2016 On Air
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses
- Membre : Freddie Mercury , Brian May , Roger Taylor , Free, Tony Iommi , Bad Company
 

 Queenrock : Le Site Sur Queen (2913)

QUEEN - The Game (1980)
Par MR. AMEFORGEE le 27 Avril 2005          Consultée 13050 fois

Le Jeu, huitième enfant terrible de la famille royale, est né un 30 juin. Son règne sera bien ancré dans son époque et ralliera les suffrages, de par une certaine forme de simplicité que n’avaient pas ses prédécesseurs et surtout un sens du rythme certain. Sa politique internationale sera couronnée de succès, offrant à ses géniteurs l’un de leur plus gros succès commercial.

Ainsi, comme je l’ai dit précédemment, de manière un peu obscurcie par les ornementations superfétatoires de mon Verbe dégoulinant d’arrogance, Queen passe le cap de la décade en se modernisant quelque peu, en ajoutant pour la première fois de son histoire un synthétiseur à son arsenal (un Oberheim OBX) et en flirtant avec une sphère plus pop, funky, rock’n’roll, bref plus entraînante. The Game est donc plutôt facile d’accès, avec un lot de titres sympathiques, qui donnent doucement envie de remuer la tête.
Autre remarque d’une importance cruciale : c’est le premier album où l’on peut admirer la célèbre moustache de Freddie Mercury (mais pas sur la pochette…).

Plus sérieusement, The Game est plutôt accrocheur, proposant des morceaux qui surfent sur une vague pop-rock un peu rétro, comme en témoigne les sympathiques Need Your Loving Tonight, Rock It ou Coming Soon, avec leurs riffs rock’n’roll. Rock It commence par une intro ridiculement emphatique de Freddie Mercury (c’est kitsch, il faut le prendre au second degré), avant que la chanson ne prenne son envol plus rythmé, agrémentée de quelques effets aux synthé assez cheaps et menée par le chant à la Rod Stewart de Roger Taylor. Celui-ci est plutôt convaincant pour une fois.
Aux extrémités, on a le droit à deux ballades, Play The Game, qui ouvre le bal, avec un son plutôt moderne (pour l’époque !) souligné par quelques effets électroniques, moyennement intéressant, et Save Me, qui le referme, ballade à l’ancienne, avec piano intimiste, chant élégiaque, montée en puissance et déferlement électrique qui fait du bien par où ça passe, et qui constitue de fait une très bonne conclusion.
En outre, l’album offre une place de choix à John Deacon, dont l’instrument est particulièrement mise en avant, comme sur les délicieusement groovy Dragon Attack, qui prépare le terrain, et, bien entendu, Another One Bites the Dust. Deacon signe ici l’un des morceaux les plus célèbres du groupe, avec une ligne de basse plutôt simple, mais irrésistible et reconnaissable entre mille (le morceau possède quand même quelques accointances avec le titre Good Times de Chics). Le titre est également célèbre pour le message caché que l’on pourrait entendre en passant le refrain à l’envers, mais bon, il faut sans doute pas mal fumer de l’herbe à clown pour y croire, je pense. Pas de quoi nous pondre un Da Vinci Code en tout cas.
Pour autant notre petit tour d’horizon n’est pas terminé : on appréciera aussi le mélancolique Sail Away Sweet Sister, chanté sur un mode plaintif par Brian May, l’un des seuls titres qui travaille l’atmosphère plutôt que le rythme, avec un très bon jeu de guitare tout en finesse. Il me fait penser un peu au Queen de la première époque. Evoquons aussi le fameux Crazy Little Thing Called Love, petit joyau rockabilly où Freddie s’amuse à imiter Elvis Presley, forcément sympathique. Le seul titre qui m’ennuie un peu passé plusieurs écoutes, c’est Don’t Try Suicide, avec son rythme cassé un peu difficile à digérer : une partie très épurée, ligne de basse et clappements de mains dans la veine funky, puis une partie très entraînante, plus libérée, à forte connotation rock’n’roll (surtout au niveau du piano). Hmm...

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un album assez plaisant, qui porte déjà en lui les germes du très controversé Hot Space. Toutefois, et c’est finalement le revers de la médaille en quelque sorte, sa légèreté l’empêche de me convaincre totalement. Davantage ancré dans son époque, il a peut-être un peu perdu de son attrait originel. Mais malgré tout, vous pouvez jouer le jeu, celui-ci demeure tout à fait recommandable.

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


Bob DYLAN
Blonde On Blonde (1966)
Une pierre de plus à la légende




The SMASHING PUMPKINS
Mellon Collie And The Infinite Sadness (1995)
Quand les citrouilles sortent le grand jeu

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MASTCARD

 
   (2 chroniques)



- Freddie Mercury (chant, piano)
- Brian May (guitare, chant)
- John Deacon (basse)
- Roger Taylor (batterie, chant)


1. Play The Game
2. Dragon Attack
3. Another One Bites The Dust
4. Need Your Loving Tonight
5. Crazy Little Thing Called Love
6. Rock It (prime Jive)
7. Don't Try Suicide
8. Sail Away Sweet Sister
9. Coming Soon
10. Save Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod