Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Agitation Free, Electric Sandwich
- Membre : Franz Ferdinand, Guru Guru, Xhol Caravan
- Style + Membre : Amon DÜÜl Ii, Dissidenten

EMBRYO - Live (1976)
Par WALTERSMOKE le 1er Août 2014          Consultée 715 fois

En observant la discographie d'EMBRYO entre 1969 et 1976, force est de constater qu'il manque un type de disque au groupe : l'album live. En effet, EMBRYO a donné depuis sa création bon nombre de concerts, et nul doute que ces derniers devaient être incroyables. En studio déjà, Christian Burchard et cie pouvaient clairement tout dévaster sur leur passage, mais sur scène l'explosion était sans doute encore plus forte. Entre des relectures de Rache et Rocksession et des impros à gogo, un concert d'EMBRYO devait valoir le coup.
Bonne nouvelle : en 1976, EMBRYO sort son premier compte-rendu de concert, simplement nommé Live. Première mauvaise nouvelle : il rassemble des morceaux tirés entre autres de Surfin' et Bad Heads and Bad Cats. Pour un live de 1972, par exemple, on repassera. Ceci étant, c'est assez relatif, puisque sur les 9 morceaux de l'album, les deux tiers sont des inédits, ce qui paraît logique et même comme étant le minimum.

Deuxième mauvaise nouvelle : ils ne sont pas bons. Ou plutôt, ils ne sont pas mauvais mais répondent mal à l'idée qu'on peut s'être fait d'EMBRYO. Le groupe joue un jazz qui se réoriente vers l'ethnique, et s'écoute facilement. Encore faut-il que cette facilité s'accompagne d'une qualité remarquable, ce qui n'est pas le cas. Les morceaux s'enchainent et meublent le silence, mais c'est bien tout ce qu'ils peuvent faire.
Autre chose, Live est un album simple, ce qui implique donc des morceaux relativement courts (exception faite de "You Can Turn Me On"). Il est permis d'espérer que ce soit dû à des contraintes financières et non un choix artistique délibéré, car bien des morceaux vont décevoir sur le plan temporel. En effet, "Road Song" et "After the Rain", par exemple, donnent vraiment la désagréable sensation de s'arrêter en plein vol alors qu'il reste encore des choses à dire.

Deux morceaux sauvent la mise du Live. En premier lieu, la version de "You Can Turn Me On" parvient à devenir complètement méconnaissable par rapport à son modèle original, et s'impose sans forcer comme le centre névralgique de l'album. Ensuite, étant donné qu'il s'agit du morceau jouant le plus la carte ethnique, "Bambule" ne rencontre aucun problème pour devenir le meilleur morceau de l'album. Et pourtant, il ne pèse pas vraiment lourd dans la discographie d'EMBRYO, ce qui laisse songeur.

Pour un premier album live, EMBRYO déçoit une fois de plus. Le milieu des années 70 n'est décidément pas favorable au groupe, qui devra se remettre en question pour ne pas sombrer dans une musique banale et inintéressante. Ce n'est pas demain la veille.

A lire aussi en JAZZ par WALTERSMOKE :


EMBRYO
Opal (1970)
Spécial semaine boîte à demandes !




EMBRYO
Rocksession (1973)
Embryo au sommet, acte i


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Christian Burchard (batterie, percussions, chant)
- Roman Bunka (chant, guitares, percussions)
- Charlie Mariano (vents)
- Uwe Müllrich (basse, dilruba, percussions)
- Dieter Miekautsch (piano électrique)
- Maria Archer (chant, percussions)


1. Bamboo Railways
2. You Can Turn Me On
3. Tiflis
4. Roadsong
5. After The Rain
6. Bambule
7. No More Love
8. Ho Do Ima
9. The Orange Man



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod