Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Agitation Free, Electric Sandwich
- Membre : Franz Ferdinand, Guru Guru, Xhol Caravan
- Style + Membre : Amon DÜÜl Ii, Dissidenten

EMBRYO - Steig Aus (1972)
Par WALTERSMOKE le 14 Juin 2014          Consultée 837 fois

Parmi les différences notables entre vinyle et CD, en plus de l'éternel laïus « gna gna gna le son d'un vinyle est forcément meilleur que celui du CD », c'est la taille de la pochette, bien sûr. Le rapport de taille est assez conséquent, et fait clairement pencher la balance pour le vinyle lorsque l'artwork, ambassadeur par excellence de la musique, est beau. A l'inverse, mieux vaut avoir une version CD lorsqu'une tentative d'attentat visuel est intenté aux yeux. Ayons une pensée émue pour le premier King Crimson, l'unique Blind Faith (qui en plus est de mauvais goût) ou encore Steig Aus d'EMBRYO, dont il est question ici.

Steig Aus, quatrième album du combo germanique, se présente comme une petite déception par rapport à ses prédécesseurs. Et pourtant, il y avait de quoi espérer un nouvel opus de très grande facture. Jugez un peu : autour du duo Burchard-Hofmann se greffent Roman Bunka, qui revient chez EMBRYO, un saz sous le bras, et surtout deux pointures du jazz US, à savoir l'organiste Jimmy Jackson et le pianiste Mal Waldron. Autant dire que niveau talent, le line-up de Steig Aus envoie du lourd.
Surprise, cette somme de talents qui resplendit sur le papier aveugle dans les faits tellement elle brille, du moins sur le premier morceau. "Radio Marrakesh" montre bien comment Burchard et ses hommes ont été influencés par les cultures orientales, en particulier la culture arabe ici. Le saz de Bunka fait doucement planer, avant de laisser progressivement la place aux autres instruments, qui entrainent immédiatement dans "Orient Express", soit un pur moment de bonheur pour qui aime la fusion. Les claviers de Jackson et Waldron, en particulier, se chevauchent et se frottent à des guitares et basses terriblement groovy et survoltées. Assurément, "Radio Marrakesh/Orient Express" fait résolument partie des meilleurs morceaux de la première partie de carrière d'EMBRYO, rien que ça.

Mais que dire des deux autres morceaux, si ce n'est qu'ils ne sont pas aussi réussis, au mieux ? En effet, alors qu'EMBRYO avait jusque là composé des morceaux moyennement longs, il bat son record ici avec une seule plage de plus d'un quart d'heure en face B, tandis que la face A est meublée pour tenir le maximum de temps possible. Dans l'absolu, cela se tient parfaitement, et ce d'autant plus que bien des groupes de krautrock savent comment réaliser un long morceau sans s'engouffrer dans les abysses de l'ennui. Dans l'absolu, il n'y a rien de honteux non plus à faire du recyclage : "Dreaming Girls" reprend la ligne de basse de Forgotten Sea, présent sur le précédent album, tandis que "Call" est une version longue et « remixée » d'un morceau situé sur Opal, le premier album du groupe. Concrètement, c'est moyennement réussi. "Dreaming Girls" n'est pas aussi trippant qu'espéré, même si son potentiel est grand. "Call", quant à lui, n'a vraiment plus grand-chose de commun avec sa première version, ce qui n'est ni positif ni négatif, ou si peu. En revanche, s'il ne manque pas d'énergie et de dynamisme, il pèche par un manque d'éléments accrocheurs. Pourtant, l'envie de planer, de laisser son corps tester de nouvelles poses et gestuelles ne manque pas. Las, "Call" permet à la rigueur de se laisser aller pépère, d'apprécier le violon virtuose de Hofmann et puis c'est tout.

Pour un inconditionnel de la fusion rock/oriental, Steig Aus est un indispensable, à mettre entre toutes les oreilles réceptives. Ce n'est pas faux, mais il faut savoir écouter ce cru de la maison EMBRYO en sachant que le groupe a fait mieux, aussi bien avant que par la suite – et quelle suite !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


Mike OLDFIELD
Elements Box (1993)
L'idéal pour découvrir Oldfield ?




ELOY
Ocean 2: The Answer (1998)
Ce qui est rare est-il bon ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Christian Burchard (batterie, percussions)
- Edgar Hofmann (violon)
- Jimmy Jackson (orgue, mellotron)
- Mal Waldron (piano électrique)
- Roman Bunka (guitare, saz)
- Dave King (basse)
- Jörg Evers (basse)


1. Radio Marrakesh/orient Express
2. Dreaming Girls
3. Call



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod