Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK/FUSION  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Agitation Free, Electric Sandwich
- Membre : Franz Ferdinand, Guru Guru, Xhol Caravan
- Style + Membre : Amon DÜÜl Ii, Dissidenten

EMBRYO - Father Son And Holy Ghosts (1972)
Par WALTERSMOKE le 9 Juin 2014          Consultée 1396 fois

La folle cavalcade d'EMBRYO dans le monde musical continue. Après deux albums aux qualités évidentes, l'instable formation de Christian Burchard sévit une troisième fois et sort en 1972 un nouvel opus au nom à consonance religieuse, Father Son and Holy Ghosts (Amen). Si je dis « instable », c'est bien parce que le groupe n'arrive pas à garder un line-up stable pour au moins deux albums. Ainsi, exit tout le monde, excepté Burchard lui-même, et son fidèle bras droit Edgar Hofmann. A l'inverse, bonjour David King (basse, vents) et Sigi Schwab (guitares), qui font donc d'EMBRYO un quatuor.

Concrètement, que dire de cet album ? Hé bien, pour faire court, on peut dire qu'il est extraordinaire, implacablement jouissif, et que sa présence dans sa discothèque est au moins très fortement conseillée. Pour faire long, Father (on va faire court) est un album bourré de qualités, et interprété par quatre musiciens au sommet de leur art. En particulier, celui qui frappe le plus n'est ni plus ni moins que David King, le bassiste. Dire qu'il laisse son empreinte est un euphémisme tellement son instrument résonne presque partout, sans compter qu'il est aidé par le mixage. Mais là où d'autres se contenteraient de jouer sans aucune finesse, King accompagne ses compères avec brio et transcende des morceaux déjà superbes. La guitare de Schwab, si elle semble plus discrète, n'est pas en reste et ses interventions ponctuées d'effets sonnent toujours de manière pertinentes ("The Special Trip", "King Insano"), tandis que Burchard maitrise ses percussions et Hofmann ses vents et violons.

Mis ensemble dans un chaudron magique (que l'on appelle aussi studio d'enregistrement), cela donne des compositions qui frappent juste. Father démarre d'ailleurs in media res avec "The Special Trip", avec donc cette fameuse basse qui donne le la. Il s'agit là d'une bonne entrée en matière, qui semble dire « ça va dépoter sec ici, mais on vous montre pas tout ». C'est le cas de le dire : plus loin, c'est le magistral et bien nommé "King Insano" qui s'impose d'emblée comme le meilleur morceau de l'album. Commençant doucement et tranquillement, "King Insano" semble bien parti pour s'apprécier dans le calme... et puis BOUM ! Burchard, qui s'était montré silencieux jusque là, débarque et le rythme s'emballe pour aboutir sur une musique terriblement dansante et jouissive. "The Sun Song", pour sa part, joue sur les terres orientales/tribales, dans une optique de transe musicale, et pour le coup, c'est réussi. En particulier, le saxophone de Hofmann fait ici des merveilles. "Forgotten Sea" troque cet aspect pour quelque chose de plus terre-à-terre et jazz, ce qui toutefois ne le rend pas moins bon.

Father Son and Holy Ghosts est donc un album qui ne contiendrait que de bons morceaux. Du moins, c'est ce qu'on aimerait croire jusqu'à l'écoute de "Free". Bon sang, la différence qualitative avec le reste est beaucoup trop grande ! A lui tout seul, "Free" symbolise la notion de remplissage : rien d'intéressant à se mettre sous la dent, rien de mémorable, et une présence qui se justifie par la nécessité de boucher les trous. Même les deux interludes ("Nightmares" et "Marimbaroos") sont plus intéressants à écouter, c'est dire.

EMBRYO était donc à ça de réussir un album vraiment quasi-parfait de bout en bout, mais c'est encore raté. Tant pis, sachons apprécier Father pour ce qu'il est, à savoir une valeur plus que sûre du rock allemand, rien de plus, rien de moins.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
Puzzle (1971)
Berger a fait du prog. Z'étiez pas au courant ?




NOVALIS
Brandung (1977)
Fini le prog (?)


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Christian Burchard (batterie, percussions, voix)
- Edgar Hofmann (violon, saxophone)
- David King (basse, flute, voix, marimbas)
- Sigi Schwab (guitares)


1. The Special Trip
2. Nightmares
3. King Insano
4. Free
5. The Sun Song
6. Marimbaroos
7. Forgotten Sea



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod