Recherche avancée       Liste groupes



      
WORLD MUSIC  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Agitation Free, Electric Sandwich
- Membre : Franz Ferdinand, Guru Guru, Xhol Caravan
- Style + Membre : Amon DÜÜl Ii, Dissidenten

EMBRYO - Embryo's Reise (1979)
Par WALTERSMOKE le 11 Août 2014          Consultée 857 fois

Les dernières réalisations d'EMBRYO n'étaient pas franchement folichonnes. Après avoir atteint des sommets, le groupe de jazz/fusion/world s'était ensuite assoupi, délivrant une musique certes pas forcément horripilante, mais ennuyeuse et peu durable. Et puis ensuite, une révélation surgit dans la tête de Christian Burchard : EMBRYO s'est détourné vers des sentiers maudits où les mots « commercial » et « paresse » luisent comme des poissons lanternes au fond d'une fosse. Quoi, EMBRYO serait à deux doigts de couler ? Hors de question pour son leader, qui décide de prendre le taureau par les cornes. La solution, pour lui, est relativement simple : un road trip massif en Asie, pour tout le monde ! Et c'est ainsi que les membres d'EMBRYO et leurs proches respectifs parcoururent l'Asie, et plus précisément l'Inde, afin de découvrir du pays, s'enrichir culturellement, et bien sûr d'en faire profiter leur musique.

Le résultat des courses est donné en 1979, avec Embryo's Reise. La première chose à remarquer, c'est qu'il s'agit, pour la première fois dans l'histoire du groupe, d'un double album, rien que ça. Cela signifie à coup sûr deux choses : le risque de remplissage est très fort, et EMBRYO a eu beaucoup de choses à dire. Sur le premier point, quelques passages de l'album ne sont pas forcément passionnants, mais il s'agit d'un point à relativiser. Le plus important est le second. Tout au long de leur voyage, nos musiciens allemands ont donc rencontré bien des musiciens, et surtout joué et enregistré des heures de musique en leur compagnie – ce ne serait d'ailleurs pas du tout étonnant que Reise n'en contienne qu'une mineure partie.

Le résultat est bluffant, et explose dès le premier morceau, le jouissif "Straße nach Asia". Enfin, enfin on retrouve l'EMBRYO des grands jours ! Le côté jazz est évacué au profit d'un rock progressif dynamique et puissant, aux motifs musicaux et riffs inspirés. Il ne s'agit là que du début cependant, car la suite, en plus d'être au moins aussi bonne, intègre avec bonheur les musiques orientales, et en particulier la musique indienne. Les amateurs de cette dernière seront même particulièrement heureux de voir des morceaux relevant entièrement de cette dernière ("Chan Delawar Khan", "Rog de Quadamuna Achna"), et faisant honneur au patrimoine musical du pays de Gandhi.
Là où EMBRYO excelle encore plus, c'est bien évidemment dans la fusion, le métissage des genres. Le deuxième pavé de l'album, à savoir "Farid", fait se croiser les basses teutonnes et les percussions en tous genres, qu'elles soient indiennes (dhorak) ou occidentales (vibraphone). Ailleurs, ce sont les guitares électriques et les claviers qui dominent ("Far East", "Kurdistan"), avec toujours ce même souci de croiser, fusionner, afin de sortir la meilleure musique possible. Aussi, il est impossible de parler de Embryo's Reise sans évoquer "Eis Ist, Wie's Ist", véritable synopsis de l'aventure du groupe.

Certains points ne manqueront pas de provoquer au mieux quelques légitimes interrogations, comme la présence du chant de Roman Bunka, ou encore "Hymalaya Radio", qui sonne de manière un peu anecdotique. On ne peut les passer outre, c'est vrai, mais il s'agit là de détails prouvant que Embryo's Reise n'est pas l'album ultime, sans pour autant remettre en cause sa grande qualité globale.
Voilà donc ce qu'il manquait à EMBRYO : un sérieux coup de pied au derrière, qui n'a pas manqué de faire son effet. Le groupe, en plus de bien terminer les années 70, affirme son leadership dans le monde de la fusion et de la world music, rien que ça. Et ce n'est pas près de s'arrêter.

A lire aussi en WORLD MUSIC par WALTERSMOKE :


DISSIDENTEN
Sahara Elektrik (1984)
On fout le dawa dans ton souk, mon frère !




GURU GURU
2000 Gurus (2000)
Le Guru de l'an 2000


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Christian Burchard (batterie, percussions, claviers, chant)
- Roman Bunka (chant, guitares, piano)
- Uwe Müllrich (basse, guitares, percussions)
- Michael Wehmeyer (orgue, piano, harmonium)
- Edgar Hofmann (vents)
- Remigius Drexler (guitares)
- +
- Abdul Jabar (tula)
- Friedemann Josh (flute)
- Abdul Madjid (tambur)
- Schamsdin Masrur (dotar)
- Mrs. Ramamani (chant)
- Mr. Chandramouli (kanjira)
- Mr. Chandrasekhar (khol)
- Mr. Gopalakrishna (tabla)
- Mr. Rajagopal (dhol)
- Mr. Ramesh (ghatam)
- Mr. Ramesh Shotam (tavil)
- Mr. Ravi (dolki)
- Mr. Sashikumar (mridangam)
- Mr. Sampath Kumar (morsing)
- Mr. Satyakumar (dholka)
- Mr. Ts Mani (mridangam)
- Malang Negrabi (zerbagali)
- Ustad Mohamed Omar (rubab)
- Machin Abdul Raschid (saranda)
- Ashok Roy (sarod)
- Ustad Salim (dilruba)
- Ubekannter Zirkusansager (chant)
- Unknown Musician (tabla)
- Bahul Jazz Group Of Calcutta (tam-tam, flute, violon, chant)


1. Straße Nach Asia
2. Lost Scooters
3. Anar Anar
4. Eis Ist, Wie's Ist
5. Kurdistan
6. Far East
7. Chan Delawar Khan
8. Farid
9. Cello Cello
10. Rog De Quadamuna Achna
11. Hymalaya Radio



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod