Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-COLD WAVE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Siouxsie And The Banshees

The CURE - Bloodflowers (2000)
Par BUDDY le 19 Février 2006          Consultée 6161 fois

La formation a beau évoluer avec le temps, le capitaine du vaisseau « The Cure » est l’indétrônable Robert Smith. Toujours maître à bord de son bateau, la star emblématique adulée par des millions de fans new wave, avec son légendaire eye-liner et ses longs cheveux collés à la bière, refait surface après quatre longues années d’apnée (à peine entrecoupées de quelques compilations en tous genres) juste après la sortie du décevant « Wild Mood Swings » en 1996. Les mauvaises langues se demandent encore comment un quadragénaire ventripotent, pourrait continuer à incarner le spleen et le mal de vivre d'une génération. Ils devront se taire.

L’album « Bloodflowers » pérennise à merveille la trilogie imaginée par Robert Smith qui avait pour prologue « Pornography », suivi de « Disintegration », et tout cela dans une continuité mélancolique, où le leader de « The Cure » a désormais balayé de son chemin la moindre parcelle de terre pop. « Bloodflowers », c’est enfin le come-back d’un groupe à la musique nostalgique et envoûtante qui peut vous arracher des larmes, tellement elle est belle. « Bloodflowers », c’est aussi un album annoncé comme étant le dernier, et qui témoigne de vingt ans de carrière peinte à coups de grandes envolées lyriques et musicales. « Bloodflowers », baigne à nouveau, dans un univers glauque et sombre, en étant simplement illuminé du seul timbre désillusionné de la voix de Smith. On peut noter par ailleurs que Robert Smith a ressorti sa vieille guitare acoustique, qui n’avait plus vu le jour depuis « Seventeen Seconds ».

« Out of this world » nous introduit doucement dans la tonalité de cet album. Dans le style typiquement « The Cure », ce titre fait preuve d’une étrange impudeur en guise de bienvenue. En effet, cette chanson est dénuée d’effets et est réduite au strict minimum instrumental. Puis déboule « Watching me fall », doté d’une longue errance nocturne. Mais la chanson est malheureusement trop longue (11 min) et perd du coup son efficacité. Assez lassant. Puis c’est au tour de «Where the Birds Always Sing» et de « The Last Day of Summer» de se parer d’habits de spleen. Une vague impression de déjà-vu pointe à l’horizon, mais on se laisse doucement bercer par ces sonorités transcendentales de guitare. « Maybe someday », qui est certainement la chanson de l’album la plus facile d’accès, met bien en évidence le vieillissement de « The Cure ». Un titre qui rame, qui a du mal à décoller, comme si l’ami Robert avait du mal à suivre ses comparses. Juste après « There is no if… » un titre acoustique et dépouillé, débarque le très « hard » « The loudest sound ». Un titre qui donne ici tout son sens à cet album et l’inonde de lumière. Nous sommes en présence certainement d’une des meilleures compositions du groupe, et ce depuis fort longtemps.

Cet opus se termine sur une touche sombre, un peu inopportune par rapport au reste de l’album. Par contre, il est indubitable, que Robert Smith a remis le groupe sur les rails et c’est plutôt une bonne nouvelle pour les fans. Mais que nous réserve Mr. Smith après avoir annoncé le décès de ce groupe qui perdure quand même depuis plus de 30 ans ? Réponse dans la chronique suivante de Mr. Ludo.

A lire aussi en POP par BUDDY :


Phil COLLINS
Face Value (1981)
Un album qui va permettre au batteur de genesis...

(+ 1 kro-express)



Phil COLLINS
No Jacket Required (1985)
L’album de la consécration pour phil collins....

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- Robert Smith. (guitare.chant)
- Perry Bamonte. (guitare)
- Simon Gallup. (basse)
- Roger O'donnell. (claviers)
- Jason Cooper. (batterie)


1. Out Of This World
2. Watching Me Fall
3. Where The Birds Always Sing
4. Maybe Someday
5. The Last Day Of Summer
6. There Is No If...
7. The Loudest Sound
8. 39
9. Bloodflowers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod