Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 ...>...>>... 651
Comment poster un commentaire ?


NINE INCH NAILS
THE DOWNWARD SPIRAL


Le 30 Mars 2005 par MARCO


L'un des albums les plus malsains que je connaisse. On est littérallement emporté dans la folie et le mal-être de Trent Reznor. Les paroles sont lourdes de sens, de même que la musique.
L'album est plus varié: on a du lourd (Reptile), du speed (March of The Pigs), de la pure brutalité (Man With A Big Gun), un instrumental plutôt doux (A Warm Place) ou de la douceur (le magnifique Hurt qui conclut l album) mais l'album est homogène par ce coté sombre et malsain qui est présent sur toute les chansons.
Bref 14 titres et 14 perles pour un classique que tout le monde se doit d'avoir dans sa discothèque.





Mark KNOPFLER
SAILING TO PHILADELPHIA


Le 30 Mars 2005 par FREDOUILLE


Indiscutablement le meilleur album du Monsieur! Superbe tout simplement!





MUSE
ABSOLUTION


Le 29 Mars 2005 par SOPHIE


J’ai découvert ce groupe relativement récemment et ils m’ont fait un effet incroyable.
J ai commencé par Absolution et je n’ai pas accroché tout de suite…du moins c’est ce que je croyais.
En fait, je me suis rendue compte à la deuxième écoute, que j’avais pratiquement assimilé les principales mélodies de l’album. Je trouve ces musiciens à la fois influencés ou inspirés par des pointures du type ELO, U2, et Supertramp, et en même temps très innovants usant de sonorités qui déchirent. Ils savent mêler mélodies acrobatiques soutenues par la voix haut perchée du chanteur Mattew Bellany, rocks énergiques voire énergétiques et envolées lyriques qui relèveraient presque de la musique classique.

Des textes emprunts de fatalisme et de pessimisme qui ne contaminent pourtant pas le dynamisme de la musique.
Progressivité des morceaux, Sing for Absolution démarre relativement lentement, s’envole très progressivement pour s’éclater littéralement pour le dernier refrain puis s’éteindre tranquillement comme emporté dans le cosmos.
Voix à la limite du point de rupture qui m’épate à chaque instant sans tout à fait me séduire, Matt dégage une énorme énergie. La voix de Matt ne me séduit pas tout à fait car ma préférence va généralement aux voix graves ou rauques, la sienne est plutôt ténue, mais il me laisse quand même admirative, d’autant qu’à l’écoute de leur live, il semble très fiable, ce qui n’est pas la moindre difficulté vu l’ampleur de leur répertoire.

Quant à l’orchestration : grosses sonorités de guitare et batteur plutôt fabuleux, j’adore le final batterie/guitare de « Stockholm Syndrome ».
Des idées de son particulières, inventives, du sursaturé parfois.
D’autres morceaux très doux comme « Falling away with you », mais toujours bien construits : couplets avec guitare sèche, notes très basses et refrain avec des sonorités de guitare à la The Edge et des notes très hautes, un zeste de rythme décalé façon reggae.

Après un « Interlude » vient Hysteria, chanson très musclée, mais très bien construite, on pense écouter une démonstration de grosse artillerie, mais c’est de la musique sophistiquée à souhait. On est alors surpris par un morceau des plus reposants, Black Out, des sonorités de mandoline dans le lointain, des violons, du lyrisme.
Butterflies and hurricanes : c’est encore une chanson tout en nuance, à la fois très douce et très musclée avec en plein milieu un morceau de bravoure au piano classique, magistral.
Et tout l’album est construit comme ça, alternance de chansons speed et d’autres dramatiques comme le superbe final « Ruled by Secracy », virtuosité vocale accompagnée au piano, qui me fait penser à la belle époque de supertramp (Crime of the Century).

Cet album donne du punch pour aller bosser, un bémol cependant, car passé l’extase de la découverte, j’ai écouté Origin of symmetry et Showbizz, dans le désordre, mais bon, on se demande quand même comment ils vont pouvoir aborder le prochain album sans se répéter. A eux de nous surprendre…





IQ
DARK MATTER


Le 28 Mars 2005 par TARJY


Comme d'habitude avec IQ post-Ever, on est rarement déçu... Peu de révolution, IQ fait du IQ et le fait bien, ce Dark Matter bien qu'un peu plus sombre que son prédecesseur est tout aussi intéressant. Mention spéciale bien sûr pour Harvest Of Souls, qui malgré ses 24 minutes ne laisse jamais la moindre place à l'ennui... Du très bon IQ en somme !





The AMBER LIGHT
GOODBYE TO DUSK, FAREWELL TO DAWN


Le 28 Mars 2005 par TARJY


Oui, un bon premier album, mais il va falloir s'affranchir de l'influence des islandais de Sigur Ros qui est tellement évidente sur certains morceaux (The Drowning Man In My Hands par exemple) que cela en devient un peu embêtant. Sachant que les islandais sont de toute façon imbattables dans leur domaine, un sous Sigur Ros nettement moins grandiose ne présente pas un intérêt considérable... Sinon, à part quelques maladresses typiques d'un premier album et quelques menues longueurs, on tient là un album fort prometteur d'un groupe à suivre de près. J'attends la suite avec impatience...





John FOGERTY
DéJà VU ALL OVER AGAIN


Le 28 Mars 2005 par LIONSKULL


Hé hé, n'est-ce pas que le père Fogerty peu encore nous sortir des albums intemporels comme il l'avait fait à maintes reprises avec Creedence ? Sans aucuns doutes cher ami ! L'alligator de San Francisco n'a pas encore tout dit, et il le prouve avec ce délicieux "Déjà Vu", préparer avec amour et patience.
En tout cas, si vous avez l'occasion d'assister à une des dates de la tournée qui se déroule en ce moment, n'hésitez pas, foncez !!
Car, je peux vous le dire, sur scène, c'est monstrueux ! Jamais vu un gars avec une pèche pareille. Et pourtant Offenbach c'est pas une grande salle. Au Grand Rex, ça devait donner...





CAMEL
HARBOUR OF TEARS


Le 27 Mars 2005 par TARJY


Sans aucun doute l'oeuvre la plus touchante de ce fantastique groupe qu'est Camel. Le concept, inspiré de la mort du pere d'Andrew Latimer, nous permet de vivre un difficile mais merveilleux périple dans les souvenirs d'un homme retournant vers ses racines les plus profondes... Très Fortement conseillé comme 90% de la riche discographie Camelienne d'un groupe pourtant injustement méconnu... Au passage, je te salue mon ptit Jeremy (si tu me reconnais, euh et même si tu me reconnais pas d'ailleurs...) ;-)





COHEED AND CAMBRIA
IN KEEPING SECRETS OF SILENT EARTH 3


Le 26 Mars 2005 par CHIPSTOUILLE

Je suis en train d'écouter ça, c'est fort sympa...Le coté un peu poussif du chant ne me déplait pas alors que d'habitude c'est un point qui a tendance à me déranger...
C'est bien varié, j'ai pas l'impression de m'embêter...
Bon, ce n'est qu'une première écoute après tout :)

En fait, la vrai raison de mon commentaire (avant que j'oublie) c'est que je cherchais depuis la première seconde à quoi ça me fait penser, et en fait je viens de retrouver, ce sont aux passages en chant clair de Buried in oblivion du groupe into eternity (du bon death métal progressif...Oui oui :) )

Sinon, pour continuer avec ma question précédente, est-ce que Skunk Anansie, Alanis Morissette et les Cranberries peuvent être rangés en rock Emo? (parceque ça m'y fais légèrement penser dans le style, aussi :) )





SAEZ
GOD BLESSE


Le 26 Mars 2005 par RENAUD STRATO


Les singles de Jours étranges ne m'avaient pas complétement enthousiasmé à cause de textes certes intéressants mais encore un peu immatures.
Et puis le titre de ce second album m'avait interpellé (et je ne trouve pas que ce dernier soit cette fois si cliché mais au contraire un bon jeu de mots et plein de sens).Et un double album d'un artiste français avec que des inédits c'est pas commun (qui plus est bien rempli).
En fait j'aime de temps à autres m'écouter des textes en français (marre de l'anglais) touchants et que l'on aurait aimé écrire.Malheureusement c'est un art bien délicat:trop de jeunes groupes de la scéne française s'y essaient mais le résultat est trop rarement probant car on "tape" directement dans le commun et le faussement rebelle. Et je ne parle pas de toute cette variété française d'aujourd'hui qui me fait vraiment honte (même si les voix et interprétations sont parfois de qualité).

Tout ça pour dire que God blesse était classé dans les 100 meilleurs albums de l'année du magasine Rolling Stones et sa bonne place m'avait donc motivé à l'acheter.
Achat que je ne regrette pas même si les défauts sont bien présents et ce surtout sur le premier Cd plus "éléctrique".Le trés bon cotoie le mauvais (trois, quatre compos que l'on zappe comme effectivement "Sexe").Et que dire de ce trés bel hommage adressé au génie qu'était Jacques Brel sur "St Petersbourg" (même si évidemment la chanson n'atteint pas l'intensité l'oeuvre de cet ariste à jamais gravé au panthéon de la musique).
En fait c'est le second Cd qui m'a particuliérement interloqué.On peut parler ici d'originalité.En effet, j'ai rarement entendu une galette française d'une telle noirceur.Aucun titre n'est optimiste (ou si peu) et les arrangements y sont tous pratiquement intégralement acoustiques et d'une beauté vraiment touchante.

Au final, si l'on enléve quelques morceaux expérimentaux vraiment dispensables, cet album est plus que plaisant et contribue un peu à sa maniére à élever la qualité d'une scéne française en perte de vitesse depuis quelques années et qui ne va vraiment pas en s'arrangeant (ou alors il vous faut me conseiller des artistes de qualité dont les médias ne parlent jamais).

Note : 3.75/4





ANGE
PAR LES FILS DE MANDRIN


Le 26 Mars 2005 par ANONYME

le cimetière des Arlequins me semble bien être le 2ème album d'Ange
l'album live vinyl dont vous parlez doit être "inédits 1970-1971" qui en fait a été publié en 1978 en même temps que l'album "guet apens".
Le son de cet album est effectivement inaudible sur 2 pistes. Par contre les titres Atôme et prophetie laisse bien deviner ce qu'Ange allait devenir le groupe français le plus jouissif du moment





PINK FLOYD
ANIMALS


Le 26 Mars 2005 par AMJAN


animals finit la deuxieme periode grandiose de floyd...
sombre, poétique, profond... tout les morceaux s'enchainent a merveille... ce disque est un chef-d'oeuvre..... mais comme beaucoup d'albums de floyd : ummagumma, atom heart mother, meddle, dark side.., whish you.., animals, the wall, et final cut... puis ensuite 2 albums magnifiques et trop méconnus de waters prendront la releve d'un floyd en mal d'inspiration... (normal, waters etant partis !)...
tout ces albums ont leur particularite propre, leur magie, leur atmosphère,... pink floyd est un des plus grands groupes de l'histoire de la musique...alors dire que l'un des albums est meilleur que l'autre.... bof !! tout est une question d'instant !





MIKE OLDFIELD
TUBULAR BELLS


Le 24 Mars 2005 par GUEHLYN


Un album magnifique qui marqua son temps. L'explosion du génie.

Sublime





DAFT PUNK
HUMAN AFTER ALL


Le 24 Mars 2005 par CHIPSTOUILLE

Depuis la rédaction de cette chronique, j'ai pu découvrir que la boucle de Robot Rock provenait du titre Release the beast du groupe Breakwater...
Le 'travail' de Daft Punk sur le riff d'intro de ce titre est très (trop) discret...

Je dirai même que c'est abusé.





PORCUPINE TREE
THE SKY MOVES SIDEWAYS


Le 21 Mars 2005 par LE ROUQUIN MALIN


Cet album, quatrième bébé du génial Steven WILSON, fût longuement accouché (comme d'habitude), entre Juin 1993 et Juillet 1994.
Comme le fait remarquer SEOSAMH, avec cet album PORCUPINE TREE devient un véritable groupe et non l'oeuvre d'un seul homme. Enfin, 3 titres sur 6 sont quand même entièrement interprétés par WILSON.

En revanche, même si l'album repose sur les deux parties du morceau éponyme, il ne faut pas mettre de côté les autres titres, de grande qualité.
Tout d'abord deux titres très typiques du PORCUPINE TREE des débuts : "The Moon Touches Your Shoulder" avec sa très belle guitare et sa petite montée en puissance sur la fin, "Dislocated Day" et son rythme entêtant. Enfin "Moonloop", qui n'est absolument pas un morceau d'ascenseur (rrrggghhh), mais montre plutôt la diversité musicale de Steven WILSON, qui est un grand amateur d'ambient (cf. ses autres projets et en particulier BASS COMMUNION). "Moonloop" en est la preuve, très calme avec de sublimes parties de guitares très aériennes.

Un album qui marque un peu la fin d'une première ère, très expérimentale. Mais PORCUPINE TREE n'a pas fini de nous surprendre...





Arno ALYVAN
LA HORDE DU CONTREVENT


Le 21 Mars 2005 par YU NO-WAT


Bravo pour cette chronique, elle correspond presque exactement à ce que j'ai ressenti, en écoutant aussi la musique d'abord. Il y a pas mal d'idées, mais elles sont peu développées et question mélodies c'est vraiment très faible et décousu... Le bouquin es très original, vraiment fabuleux, mais il m'a fallu un peu m'accrocher au début, disons les 50 premières pages. La B.O. avec le bouquin, ça passe très bien, mais du coup ça reste une B.O. !





Nobuo UEMATSU
FINAL FANTASY VI GRAND FINALE


Le 21 Mars 2005 par CHIPSTOUILLE

Alors, voici les passages sonnant faux que j'ai pu répertorier:

Opening Theme: de 3:28 à 3:40, l'ensemble des cuivres est réellement dissonant, en particulier les cors qui n'ont rien à faire là...

Gau: à 0:49 ou à 3:33, c'est très succint, et c'est suportable, ça semble plus être un problème de justesse des violonistes, c'est vraiment sur la tangeante à plusieurs moments.

Troops march on: C'est plus discret, mais parfois (dès 0:18 par exemple) un des cuivres n'est pas dedans.

Et bien sûr...Milan de chocobo :(

Je pense qu'en effet, le fait que je connaisse les versions originales (sans accords bien souvent) me fait peut-être plus tilter au niveau de la justesse...Mais ça me fait sourciller à chaque fois que je l'écoute, et je ne peux pas m'empècher de penser que c'est réellement du gâchis.





GREEN DAY
AMERICAN IDIOT


Le 21 Mars 2005 par ZIGGY


Très bon petit album de punk moderne, alternant avec bonheur les petites perles et les longues enfilades fort réussies (on est pas dans The Decline de NoFX, mais il y a déjà pas mal d’idées). Un (tout) petit peut trop long, mais captivant, entraînant, entêtant, et plein d’adjectif du même goût qui vont bien à Green Day.





Nobuo UEMATSU
FINAL FANTASY VI GRAND FINALE


Le 19 Mars 2005 par SEOSAMH


J'ai eu beau réécouter plusieurs fois l'album depuis la parution de cette chronique, je n'ai toujours pas remarqué ce que tu appelles "faux accords".
Pour moi, tout passe naturellement, rien ne choque l'oreille.
La seule fois où ca cloche est effectivement pendant "Milan de Chocobo", et encore, ce n'est pas sur toute le morceau, juste pendant le thème principal.





A PERFECT CIRCLE
MER DE NOMS


Le 18 Mars 2005 par LE ROUQUIN MALIN


Tout à fait d'accord avec ta chronique. Personnellement, après cette première moitié d'album explosive, j'ai plutôt tendance à m'endormir sur la deuxième moitié, légèrement blasé en fin de compte. Je me réveille à peine pour "Breña" et son joli petit solo tout doux... Etant fan de TOOL et du 'sieur Maynard, je suis légèrement déçu par cette prestation plutôt moyenne. Tout le monde (enfin Maynard et Billy on va dire) a voulu y mettre ses influences et au final, l'ensemble manque d'homogénéité. Bon premier album, heureusement le "presque sans faute" sera atteint trois longues années plus tard...
Mentions spéciales pour : "The Hollow", "Judith" et "Orestes"





KING CRIMSON
IN THE COURT OF THE CRIMSON KING


Le 17 Mars 2005 par LIONSKULL


Peu nombreux sont les groupes qui peuvent se vanter d'avoir sorti un premier album de cette trempe. Ce disque est beau, souvent magnifique, mais, il faut le dire, parfois ennuyeux (certains passages expérimentaux). Qu'importe ! La majeure partie de l'album est on ne peut plus réussi, les morceaux d'anthologie s'enchainent, et il constitue une parfaite porte d'entrée dans le monde de la musique progressive. Leur meileur album (avec "Red").







Commentaires :  1 ...<<...<... 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 ...>...>>... 651






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod