Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY POP  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Pretties For You
1970 Easy Action
1971 Love It To Death
  Killer
1972 School's Out
1973 Billion Dollar Babies
  Muscle Of Love
1974 Greatest Hits
1975 Welcome To My Nightma...
1976 Alice Cooper Goes To ...
1977 Lace And Whiskey
  The Alice Cooper Show
1978 From The Inside
1980 Flush The Fashion
1981 Special Forces
1982 Zipper Catches Skin
1983 Dada
1986 Constrictor
1987 Raise Your Fist And Y...
  The Nightmare Returns
1989 The Beast Of Alice Coope...
  Trash
1990 Trashes The World
1991 Hey Stoopid
1994 The Last Temptation
  The Last Temptation
1997 A Fistful Of Alice
1999 The Life And Crimes Of A...
  Welcome To The Nightmare...
2000 Brutal Planet
  Brutally Live
2001 Dragontown
  The Definitive Alice Coo...
2003 The Eyes Of Alice Coo...
2005 Dirty Diamonds
2006 Live At Montreux 2005
2008 Along Came A Spider
2009 Keepin' Halloween Alive
2010 Theatre Of Death : Live ...
2011 Welcome 2 My Nightmar...
2014 Raise The Dead: Live Fro...
2017 Paranormal
 

- Style : Aerosmith
- Membre : Black Star Riders, Suicidal Tendencies
 

 Site Officiel (450)

ALICE COOPER - Paranormal (2017)
Par LONG JOHN SILVER le 14 Octobre 2017          Consultée 968 fois

On n’est pas obligé d’avaler tout cru le baratin publié dans les magazines et davantage sur les encarts promo à chaque sortie d’album, notamment lorsqu’on évoque les grands anciens. « Retour aux sources », au « Rock basique des débuts » et tout le tintouin. Voilà – grosso modo – ce à quoi on a eu droit s’agissant du nouvel album de notre ami le Coop. J’avoue exprimer une forme de lassitude dès que je tombe sur pareille prose. Concernant Paranormal, son dernier méfait, cela n’est ni exact ni totalement erroné et d’ailleurs c’est à se demander si tous les braves gens en charge de la communication ne font pas des « copier/coller » depuis Along Came A Spider publié en 2008. C’est comme ça désormais, aussitôt qu’ALICE pond un opus : « Retour au blablabla ». Super les gars, ça nous aide ! Déjà j’aimerais savoir quel disque du ALICE COOPER Group* peut être affublé de la mention « Rock basique », hein ? Et puis on met en exergue les quelques titres enregistrés en compagnie dudit ALICE COOPER Group** originel, woaouh ! Bah on n’y avait déjà eu droit sur Welcome 2 My Nightmare en 2011. Passons, cela vaut mieux, car toutes ces sentences se mordent la queue et ont pour effet d’imprimer le scepticisme dans les esprits, avant même la première écoute. Lançons la chose !

C’est quoi cette chanson ?!? « Paranormal » initie l’album, alors on se frotte les yeux et on court se récurer les oreilles, c’est moche de vieillir. Écoutez-moi ce jeune godelureau qui empoigne le micro, c’est pas ALICE !!! Ah si. On finit par le reconnaître le bougre ! Parfois on dirait bien que c’est Papa Emeritus au chant, même le solo de guitare sonne comme du GHOST. Par ailleurs on va retrouver quelques passages où la voix du Coop est truffée d’effets de très mauvais goût, on se souvient de l’autotune utilisé sur « I Am Made Of You » dès l’entame de l’opus 2011. Ceci a pour résultat d’induire une forme de malaise, soit l’effet désiré par ALICE et son complice de producteur historique Bob Ezrin. Prenons « Fireball » qui sonne également vraiment comme du (très) bon GHOST et faisons le écouter à tout un chacun en blind test, il est quasiment impossible de citer le nom de l’interprète. Une excellente chanson donc, un tube potentiel, mêlant puissance heavy et lignes de chant bordée de chœurs aériens dans la plus pure tradition pop/rock. Le Single « Paranoiac Personnality » repose sur des bases équivalentes, la voix du Coop semble terriblement rajeunie, son groove évoque « Go To Hell », mais laisse quelque peu perplexe là où les deux chansons précitées font plus que le job. Autre point notable, la présence derrière les fûts de Larry Mullen Jr, le batteur de U2, musicien au jeu atypique présent sur presque tous les morceaux, qui apporte un style qui s’éloigne des conventions du heavy rock. Ç’aurait pu être foireux or cela fonctionne admirablement. À son sujet le Coop rapporte que le gaillard, loin de se fier aux lignes de basse comme c’est l’usage, adapte son jeu en fonction des textes des chansons ! Quoiqu’il en soit son boulot fait mouche, accentue la facette pop de l’ouvrage.

L’album, loin d’atteindre les sommets de la carrière de son auteur, reste de bonne qualité sur sa globalité, quelques titres sont passables tels « Private Public Breakdown » ou « The Sound Of A » qui clôture l’ensemble, d’autres sont franchement roboratifs, notamment « Holy Water », ornée de cuivre emballants, sans oublier les interventions à la gratte solo signées par Steve Hunter, probablement la meilleure chanson du disque, qui fait fichtrement songer à AEROSMITH période Permanent Vacation/Pump. « Rats » - LE titre joué par le ALICE COOPER Group, donc – est également fichtrement entrainant, un léger cran en dessous du précédent mais tout de même bien marrant. Entre deux se nichent « Dead Flies », « Fallen In Love » où s’illustre – reconnaissable entre mille – le révérend GIBBONS himself ou « Dynamite Road », soit des morceaux de remplissage bien torchés sans être géniaux, qui font le job.

Après quoi l’ami ALICE s’est fendu pour l’occase d’un CD bonus contenant deux chansons enregistrées avec les anciens du ACG, « Genuine American Girl » et « You And All Of Your Friends ». Mouais. Passe pour la première, dont la mélodie s’inscrit immédiatement dans les cortex, la seconde s’évanouit aussitôt la dernière mesure achevée. S’ensuivent six titres en live, interprétés par le backing band live du monsieur. Évidemment ça joue grave bien, Nita Strauss succède dans difficulté à Orianthi dans le rôle de la shreddeuse. On se demande d’ailleurs pourquoi – hormis Tommy Henriksen qui joue sur tous les morceaux et suit ALICE jusqu’au sein des Hollywood Vampires*** - le Coop ne le fait pas jouer en studio. Sans quoi chacun de ces six titres figure sur quasiment tous les Live du monsieur, on garde en souvenir le disque enregistré au Wacken en 2014 avec quasiment la même équipe aussi on se demande pourquoi une énième version de « Billion Dollar Babies », « Under My Wheels » et autre « School’s Out » ? C’est comme ça, ALICE nous refile du bonus en concert et on aurait aimé qu’il y glisse des choses un peu plus aventureuses tout en sachant que sur scène ses set-lists sont occupées par une majorité de titres immuables du fait que le public s’est déplacé pour les écouter.

Au bout du bout, on finit par s’habituer à ce disque bancal et à ses partis pris qui naviguent entre tradition et modernité. ALICE tient tout de même une forme olympique à presque 70 balais, c’est assez remarquable même si sa cure de jouvence traficotée en studio peut laisser pantois.

* Rappelons que les 7 premiers disques de ALICE COOPER sont l’œuvre d’un authentique groupe et qu’ensuite cette entité s’est réduite à son seul vocaliste
** Michael Bruce, Dennis Dunaway et Neal Smith, Glen Buxton étant excusé pour cause de décès en 1997
*** Hollywood Vampires est le groupe fondé par ALICE et Johnny Depp

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


MÖTLEY CRÜE
Too Fast For Love (1982)
Un pavé dans la mare




URIAH HEEP
Demons And Wizards (1972)
Heep heep heep... hourra !!!


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



Non disponible


- Cd Paranormal

1. Paranormal
2. Dead Flies
3. Fireball
4. Paranoaiac Personality
5. Fallen In Love
6. Dynamite Road
7. Private Public Breakdown
8. Holy Water
9. Rats
10. The Sound Of A

- cd Bonus

1. Genuine American Girl
2. You And All Your Friends
3. No More Mr Nice Guy (live May 6 2016)
4. Under My Wheels (live May 6 2016)
5. Billion Dollar Babies (live May 6 2016)
6. Feed My Frankenstein (live May 6 2016)
7. Only Women Bleed (live May 6 2016)
8. School's Out (live May 6 2016)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod