Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (2 / 7)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen I
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
  Live At The Rainbow '74 ...
  Live At The Rainbow '74 ...
1975 A Night At The Opera
  A Night At The Odeon [20...
  A Night At The Odeon [20...
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1981 Greatest Hits
  Rock Montreal [2007]
  Rock Montreal [2007]
1982 We Will Rock You
  On Fire - Live At The Bo...
  On Fire - Live At The Bo...
  Hot Space
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley '86 [199...
  Live At Wembley Stadium ...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Hungarian Rhapsody: Quee...
  Live Magic
1989 The Miracle
  At The Beeb
1991 Innuendo
  Greatest Hits Ii
1992 Classic Queen
  The Freddie Mercury Trib...
1995 Made In Heaven
1996 In Nuce
1997 Rocks
2014 Queen Forever
2016 On Air
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses
- Membre : Freddie Mercury , Brian May , Roger Taylor , Free, Tony Iommi , Bad Company
 

 Queenrock : Le Site Sur Queen (2737)

QUEEN - A Day At The Races (1976)
Par MR. AMEFORGEE le 26 Janvier 2005          Consultée 13611 fois

Une Journée aux Courses, cinquième tête couronnée de la dynastie et petite soeur de la bien-aimée Nuit à l’Opera, née le 10 décembre 1976. Leurs parents, aimant les films des Marx Brothers, leur donnèrent ces noms en hommage aux films éponymes (ANATO : 1935 ; ADATR : 1937). La petite Journée aux Courses était plus sage que son aînée, un peu plus fleur bleue aussi, mais poursuivit son œuvre avec brio, asseyant son pouvoir de reine comme d’autres s’assoient sur une chaise : avec grâce.

Mais laissons là le sempiternel rituel de l’introduction absurde pour nous concentrer sur les faits : A Day at the Races, à défaut de vouloir imiter l’album précédent (et heureusement !), comme bon nombre de personnes le croient, apparaît comme son complémentaire, la deuxième face de la pièce de monnaie, aussi sûrement que le jour et la nuit se complètent dans le petit cycle d’une journée terrestre.
On s’en rendra compte, cet album est excellent, mais paraît plus mature, ou du moins plus mesuré que sa grande sœur. On y retrouve une ambiance chatoyante et luxueuse, mais dont le coup de folie a légèrement diminué (à ce titre, on ne retrouvera pas de morceau fleuve comme le Prophet’s Song ou de titre totalement insipide et linéaire comme la Bohemian Rhapsody ;-)). Ce qui pourra paraître paradoxal, à l’image de la pochette, c’est que l’ambiance semble plus sombre. Alors qu’ANATO, censément nocturne, affichait une clarté décomplexée, ADATR se pare de la teinte vespérale d’une tenue de soirée.
Reste que A Day At the Races garde la grande classe et possède des atouts, entre pop et hard rock, qui ont de quoi séduire.

Or donc, on entre dans l’album, passée la courte introduction de rigueur, sur le très rentre-dedans Tie Your Mother Down, grande leçon de hard rock accrocheur et ironique (« Take your little brother swimmin‘ with a brick, that’s allright… »), qui ne pâlit absolument pas, d’ailleurs, face à un Death On Two Legs dans le même genre. Ce serait même plutôt le contraire. Ensuite on enchaîne avec une sérénade aux accents de complainte feutrée, You Take My Breath Away, qui prouve, s’il y en avait encore besoin, que Freddie Mercury peut faire frissonner avec de simples accords de piano pour le soutenir.
Autre joyau sur la couronne, The Millionaire Waltz, qui, comme son nom l’indique, adopte le rythme ample de la valse, mené d’abord au piano, puis ensuite à la guitare et soumit à de subtiles variations, comme tel passage introspectif ou telle explosion de riffs, avec un bonheur certain.

On peut évoquer aussi le célèbre Somebody to Love, dont les chœurs prennent des inflexions gospels, Good Old-Fashioned Lover Boy, délicieusement rétro (tout est dans le titre) où Freddie s’improvise crooner ou encore les agréables pop-rock Long Away (chanté par May) et You and I. Notons pour finir le hard rock White Man et l’introspectif Drowse (interprété par Roger), un peu moins marquants, mais qui s’apprécient malgré tout comme des morceaux charnières. Et l’album s’achève alors sur l’excellente ballade Teo Torriate, qui joue sur la montée en puissance et les chœurs, avec une mélodie et deux refrains (dont le second est en japonais) des plus accrocheurs.
A effectuer un tel inventaire, on se rend compte qu’il n’y a rien à jeter sur cet album : il tient la distance et il ne cherche pas, dans une vaine tentative, à renouveler l’expérience d’ANATO ; apprécions-le à sa juste valeur : un petit bijou trop souvent sous-estimé dans la longue discographie de Queen (car manquant de tubes, sans doute).

En conclusion, A Day at the Races est donc plutôt riche émotionnellement, moins délirant que son prédécesseur, mais peut-être plus homogène, outre le côté romantique davantage observé, et à mon avis, l’auditeur n’y perd pas tant que ça au change. Le groupe va de l’avant, évolue et c’est tant mieux, comme le prouveront encore les albums suivants, à chaque fois différents.
Un indispensable du groupe.

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


Bob DYLAN
Blonde On Blonde (1966)
Une pierre de plus à la légende




STARBOARD SILENT SIDE
Today Again Tomorrow (2011)
Like two young dreamy vagabonds


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Freddie Mercury (chant, piano)
- Brian May (guitares, chant)
- John Deacon (basse)
- Roger Taylor (batterie, chant)


1. Tie Your Mother Down
2. You Take My Breath Away
3. Long Away
4. The Millionaire Waltz
5. You And I
6. Somdebody To Love
7. White Man
8. Good Old Fashioned Lover Boy
9. Drowse
10. Teo Torriate (let Us Cling Together)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod