Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Spoon Can (1047)

CAN - Soundtracks (1970)
Par ONCLE VIANDE le 16 Octobre 2006          Consultée 5303 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Entre 1969 et 1970, Can se voit confier la réalisation de séquences musicales pour le cinéma. Les propositions s’étendent aux registres les plus variés, allant du film d’auteur au court métrage (« Mädchen mit gewalt », « Cream » ou encore « Deep end »).
Le groupe ne se pliera pas aux impératifs cinématographiques mais restera fidèle à l’esthétique rock, tout en s’appliquant néanmoins à s’adapter aux atmosphères imposées.
Can marque donc une pause dans ses recherches et prend tout le monde par surprise en signant ici un disque de chansons. Remarquablement écrites et interprétées, exemplaires de sobriété et d’élégance, elles permettent de découvrir une facette inédite du groupe : sensible et mélancolique.
Si l’on excepte « Mother Sky », qui poursuit la tradition des transes élastiques, le reste de l’album fait preuve d’une facture pop traditionnelle, lorgnant parfois sur le blues (« She brings the rain », « Soul desert ») ou le folk (« Tango Whiskyman »)
De sonorités et de tonalités voisines, les titres semblent être liés par un fil secret, si bien que les séparations inhérentes aux films sont totalement abolies. Au final, ce patchwork qu’est Soundtracks sonne bel et bien comme un album à l’unité irréprochable.
Le triptyque initial est une pure merveille, le groupe fusionnant le couplet de « Deadlock » au refrain de « Tango Whiskyman » pour reconstituer un générique instrumental.

S’il ne paie pas de mine, Soundtracks, à l’instar du « More » de Pink Floyd, n’est en vérité pas avare en qualités. Le parallèle avec son homologue britannique s’avère riche en similitudes : un album certes mineur mais qui dévoile un autre visage du groupe, lui permettant de parfaire sa cohésion instrumentale tout en lui accordant le temps de gestation nécessaire à la réalisation de son grand œuvre.

L’autre fait marquant de l’année 1970 sera le remplacement de Malcolm Mooney, alors en pleine dépression, par le japonais Damo Suzuki. Sa voix féline, presque féminine, se substituera avec bonheur aux éructations bluesy de l’américain, et Soundtracks constitue le seul enregistrement sur lequel on puisse entendre alternativement les deux chanteurs. Rencontre évidemment virtuelle, puisque les deux hommes n’ont jamais appartenu au groupe au même moment. Un album frais et authentique qu'on aurait tort de sous-estimer.

A lire aussi en POP par ONCLE VIANDE :


Todd RUNDGREN
A Wizard, A True Star (1973)
Haut débit




TALK TALK
Spirit Of Eden (1988)
L'arbre des songes


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
   STREETCLEANER
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- Holger Czukay (basse)
- Michael Karoli (guitare)
- Jaki Liebezeit (batterie)
- Malcolm Mooney (chant sur 5 et 7)
- Irmin Schmidt (claviers)
- Damo Suzuki (chant sur 1, 2, 4, 6)


1. Deadlock
2. Tango Whiskyman
3. Deadlock (générique)
4. Don’t Turn The Light On, Leave Me Alone
5. Soul Desert
6. Mother Sky
7. She Brings The Rain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod