Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1974 Kiss
  Hotter Than Hell
1975 Dressed To Kill
  Alive !
1976 Destroyer
  Rock'n Roll Over
1977 Love Gun
  Alive Ii
1978 Double Platinum
  Ace Frehley
  Gene Simmons
  Paul Stanley
  Peter Criss
1979 Dynasty
1980 Unmasked
1981 Music From The Elder
1982 Creatures Of The Nigh...
1983 Lick It Up
1984 Animalize
1985 Asylum
1987 Crazy Nights
1988 Smashes,thrashes & Hits
1989 Hot In The Shade
1992 Revenge
1993 Alive Iii
1994 Kiss My Ass Tribute
1996 Greatest Kiss
  Kiss Unplugged
1997 Carnival Of Souls
1998 Psycho Circus
2001 Konfidential & X_treme C...
  The Box-set
2003 Kiss Symphony : Alive Iv
2005 Gold 1974-1982
  Rock The Nation Live
2006 Alive : The Millenium Co...
  Kissology, Volume 1: 197...
2007 Kissology, Volume 2: 197...
2008 Ikons
  Alive 35
2009 Sonic Boom
2012 Monster
2016 Kiss Rocks Vegas
 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (381)

KISS - Exposed (1987)
Par TOMTOM le 22 Mai 2018          Consultée 662 fois

Le but premier de cette chronique était de faire du clic grâce à des vannes à base de femmes à poil. « Et là, le majordome passe un coup de plumeau sur la nana ivre morte qui pionce sur le fauteuil… » Et puis je me suis dit qu’on pouvait tout aussi bien profiter de ces quelques lignes pour tenter de réhabiliter le KISS eighties. Mais il y a vraiment un majordome qui époussette une nana. C’est drôle. Non ?

Rappel : KISS, au départ, c’est un groupe de super-héros chargé ras-la-gueule de chansons dinguissimes. Et puis ça a sévèrement dérapé, du film dans le parc d’attractions à Music For The progueux, toujours plus loin dans le malaise. On aurait pu s’arrêter là. Mais Gene et Paul se sont accrochés, pour le meilleur (parfois) et pour le pire (souvent).

Cette VHS, c’est KISS dans les années 80 : c’est une grosse blague. La sonnette du manoir de Paul Stanley joue « Rock And Roll All Nite » version ding-dong quand on appuie dessus ! Génie. Je veux dire, quand vous êtes une rock star et que vous vous essayez à ce genre d’exercice, le meilleur moyen pour que l’on se foute de votre gueule, c’est de le faire sérieusement (cf. Kiss contre les fantômes). Mais faire l’andouille du début à la fin, ça vous évite les emmerdes. Cette VHS, c’est le moyen qu’a trouvé KISS en 1987 pour échapper encore un peu au monde réel.

Des nanas à poil, donc. Non, en fait, en maillot de bain. Topless tout au plus, quand elles sont au bord de la piscine. Celles qui sont dans le plumard de Paul Stanley ont des numéros. Et la blague est COMPLÈTEMENT assumée. Il y a même un chimpanzé dans le lit, fringué comme Don Johnson. Il est 8h du mat’ et qu’est-ce que ces dames ont envie de faire ? Regarder le clip de « Uh! All Night » ! Chouette alors.

Car oui, c’est bien ça le sujet du jour : entre deux passages idiots « reportage vérité dans le quotidien lolilol de Paul et Gene », on passe les clips de KISS. Avec la petite intro qui va bien à chaque fois, du genre : « Les filles, on vous enduit avec une tonne de chocolat, on fait quoi après? Lick It Up !! »

Les clips hard/glam, c’est un peu ce que les années 80 ont fait de mieux. 1983, en pleine mode Mad Max, KISS sort « Lick It Up » et « All Hell’s Breaking Loose ». Avec, bien sûr, le décor post-apocalyptique : des flammes, du cuir serré et des gonzesses. 84-85, c’est la période « Heaven’s On Fire » avec les tenues zébrées et les gonzesses. Et le clou du spectacle : 1986, les clips de « Who Wants To Be Lonely » et « Uh! All Night ». Là, on ne pouvait plus rien faire pour eux. Paul se trémousse avec une casquette de capitaine de bateau et des gants Mapa fluos. Et il y a des gonzesses. N’empêche : ces cinq titres, c’est le best of du KISS eighties, une suite de méga-tubes méga-parfaits. On enlève « Tears Are Falling », parce que faut quand même pas déconner.

Retour à la maison KISS. Paul Stanley verse de la root beer dans ses céréales pour le petit dej’. Gene a des candélabres dans sa chambre. Le reporter lui demande si le clip de « I Love It Loud » n’est pas un peu facho sur les bords (si si). Réponse de Gene : « En fait, c’est un clip pour maigrir. Les filles obèses regardent et elles transpirent ». Paul Stanley, logiquement, nous parle ensuite de sa vidéo de fitness, simple prétexte pour passer dix secondes de « I Was Made For Loving You ». J’avoue, j’ai ri.

Il y a quand même un moment où toute cette bouffonnerie s’arrête, quand Gene et Paul descendent à la cave. L’endroit est un joyeux bordel, rempli de trucs collectors à faire baver les fans. Exemple : LA CASQUETTE DU CLIP DE UH ALL NIGHT !! Et des poupées Ace, le piano utilisé pour « Christine Sixteen », les disques d’or !!! Sans oublier la collection de cassettes de Paul et Gene : « Deuce » capté live en 75, un « Strutter » de 76 au Cobo Hall et un « I Stole Your Love » de la tournée 77 avec les escaliers d’Alive II. Les images du concert au Maracana avec Vinnie Vincent (1983) sont démentielles. Forcément, les extraits de la tournée Unmasked en Australie sont moins réjouissants (Ace Frehley avec une cape ?) mais finiront, comme tous les autres, sur les coffrets Kissology sortis il y a quelques années. Ce qui rend cette VHS (ressortie en DVD en 2002) totalement inutile.

KISS, ça a toujours été ça : de l’esbroufe. Comme quand Gene raconte que le groupe a loué une limousine pour arriver à son premier concert dans un hôtel de passes. Du chaud-business, du maquillage et des gonzesses, il n’a toujours été question que de ça. Sauf que quand vous revoyez ces extraits de concerts des années 70, ce que vous avez sous les yeux, c’est un putain de vrai groupe : les solos d’Ace Frehley, Peter Criss seul face au public pour chanter « Beth », Gene Simmons et Paul Stanley qui, à eux deux, ont plus de présence sur scène que tous les DJs de la planète réunis. Les mêmes Gene et Paul obligés, en cette année 1987, de tapiner au milieu de gonzesses en maillot de bain pour montrer qu’ils sont encore là.

Le moment malaise, c’est quand l’interviewer interroge Gene et Paul sur les « anciens membres » de KISS. Et Paupaul de boulechiter tout le monde avec un : « Vous savez, KISS, c’est comme un mariage, mais à quatre : c’est compliqué et quand ça ne marche plus, il faut se séparer. » « Rock And Roll All Nite », générique, fin. Mais, euh, Bruce Kulick et Eric Carr, on ne les a pas beaucoup vus finalement ? Quoi, cinq secondes chacun ? Bon, au moins ils ont droit à leur photo sur la jaquette. Avec le singe fringué comme Don Johnson.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


MOTÖRHEAD
No Sleep 'til Hammersmith (1981)
Repose en pièces




CAPTAIN BEYOND
Captain Beyond (1972)
L'infini et l'au-delà.


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (chant, guitare)
- Gene Simmons (chant, basse)
- Eric Carr (batterie)
- Bruce Kulick (guitare solo)
- Ace Frehley (chant, guitare solo)
- Peter Criss (chant, batterie)
- Vinnie Vincent (guitare solo)
- Mark St. John (guitare solo)


1. Who Wants To Be Lonely
2. Uh! All Night
3. I Love It Loud (live)
4. Deuce (live)
5. Strutter (live)
6. Beth (live)
7. Detroit Rock City (live)
8. Tears Are Falling
9. Lick It Up
10. All Hell’s Breakin’ Loose
11. I Love It Loud
12. I Stole Your Love (live)
13. Heaven’s On Fire
14. Ladies Room (live)
15. Rock And Roll All Nite (live)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod