Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (317)

KISS - Hot In The Shade (1989)
Par TOMTOM le 1er Décembre 2014          Consultée 1022 fois

Hot In The Shade, curieux album… Parmi les plus inutiles de la discographie de Kiss. Bah oui : personne ne découvre le groupe avec ce disque. Pourquoi iriez-vous acheter un skeud avec une pochette pareille (surtout si celle de Love Gun trône à côté) ? Et puis de tous les albums de Kiss, Hot In The Shade est celui qui déchaîne le moins les passions. Les claviers de Crazy Nights rendaient fou, mais au moins ils provoquaient quelque chose. Là, il ne se passe pas grand-chose. Ça s’écoute, et c’est à peu près tout. Essayons quand même de trouver quelque chose à dire.

1989, le métal eighties est en train de sombrer. "Too Much Too Soon" avaient dit les autres. Trop de conneries, trop d’excès, trop de laque qui attaque le cerveau… Inévitablement, les groupes se vautrent les uns après les autres, le cataclysme grunge approche.

De son côté, Kiss a vendu plein de Crazy Nights mais décide malgré tout d’abandonner les synthés pour retrouver un son « normal », rock et c’est tout. Fini les conneries, Paul STANLEY et Gene SIMMONS veulent nous vendre l’ « album de la maturité ». A l’image du groupe posant sur la pochette arrière, Hot In The Shade sera un disque sobre, sérieux et travaillé. Pourquoi pas.

Une chose est sûre, c’est que Kiss s’est appliqué. Sur les 15 titres proposés ici, partout on trouve de bons riffs, des mélodies accrocheuses, de bonnes idées. Le groupe joue bien (KULICK est au top), STANLEY chante bien et SIMMONS s’offre quelques petites capsules pop fort recommandables (l’autobiographique « Cadillac Dreams », le très mélodique « Somewhere Between Heaven And Hell »…).

C’est bien… mais c’est tout. Comme un kebab sans sauce samouraï. A aucun moment on ne se dit : « Tiens, mais ne suis-je pas en train d’écouter un putain de bon album ? ». Pire, à aucun moment on ne se dit qu’on est en train d’écouter un « album » tout court. Les chansons s’enchaînent sans passion, le son des instruments n’a aucun relief (sauf pendant les solos), la production (signée STANLEY/SIMMONS) fait passer le disque pour un album de démos torchées à la va-vite. Le groupe ajoute des trucs à sa musique, sans qu’on comprenne vraiment pourquoi et sans que ça apporte quoi que ce soit (ça doit être l’effet Pump d’Aerosmith) : de la slide au début de « Rise To It », des chœurs féminins à la fin de « Silver Spoon », une guitare bizarre au début de « King of Hearts », etc.

Et puis si, comme je l’ai dit, il y a de très bonnes compositions, il n’y a pas non plus de « killer track », le titre qui vous reste en mémoire à jamais. L’hymne kissien quoi. Bon ok, il y a bien « Forever », une des ballades les plus connues du répertoire de Kiss. Le problème de cette chanson, c’est qu’elle est horriblement surchargée. D’accord Paul STANLEY chante merveilleusement bien, mais on dirait le générique d’un soap opéra. La version d’Alive III sera un peu mieux.

En ce qui concerne les deux autres singles de l’album, « Rise To It » et « Hide Your Heart », le premier est bon mais inoffensif (le refrain est d’une platitude…) et le second est très bon mais moins bon que la version qu’en donnera Ace FREHLEY quelques mois plus tard sur son album Trouble Walkin’ (le comble).

« Little Ceasar », chanté par ERIC CARR, est sûrement le titre le plus badass (le seul ?) de l’album. C’est du bon hard rock eighties, pas très original mais sympa. « Boomerang » et « You Love Me To Hate You » (hein ?), par contre, sont les abominations de l’album.

Vous l’aurez compris, Hot In The Shade n’est pas vraiment un album indispensable. C’est un disque plus pop rock qu’autre chose. Toujours sympa à redécouvrir, mais une fois par an seulement. Dommage, alors que le métal US est en train de sombrer, on aurait apprécié un bon coup de pied au cul, ce qu'a fait Mötley Crüe un mois plus tôt avec son géant Dr Feelgood, le testament du genre. Ici, on est loin. De fait, l'album du Crüe avait enterré Hot In The Shade avant même sa sortie.

L’info en plus : Tommy Thayer, guitariste actuel de Kiss, coécrit deux titres sur ce disque. Ce qui en fait n’apporte pas grand-chose.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


LED ZEPPELIN
Physical Graffiti (1975)
Amen

(+ 1 kro-express)



KISS
Alive! (1975)
You wanted the best?


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Eric Carr (batterie, chant)
- Bruce Kulick (guitare solo)


1. Rise To It
2. Betrayed
3. Hide Your Heart
4. Prisoner Of Love
5. Read My Body
6. Love's A Slap In The Face
7. Forever
8. Silver Spoon
9. Cadillac Dreams
10. King Of Hearts
11. The Street Giveth And The Street Taketh Away
12. You Love Me To Hate You
13. Somewhere Between Heaven And Hell
14. Little Caesar
15. Boomerang



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod