Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (308)

KISS - Love Gun (1977)
Par TOMTOM le 1er Mars 2013          Consultée 2505 fois

1977, c’est un peu l’année où tout fout le camp. Sur le continent européen vieillissant, la jeunesse s’est acoquinée une année plus tôt avec une poignée de groupes qui veulent tout péter, comme si une génération toute entière venait de se rendre compte de la suffisance et du confort dans lesquels venaient de tomber les groupes de ses aïeux. A l’été 1977, tout est peu ou prou terminé. « No Fun » prophétise bientôt Johnny ROTTEN, profondément conscient de l’amas de conneries dont la vague punk est à l’origine, des pochettes des Damned à la morosité persistante de Joy Division. Tout le monde est aujourd'hui d’accord : le punk n’était pas marrant.

Assurément, Gene SIMMONS conchie Johnny ROTTEN, peut-être autant que le chanteur des Sex Pistols le conchie lui. Avec son groupe, le bassiste a trouvé la recette miracle pour faire triper les banlieusards : un hard rock'n’roll fêtard qui se joue en stade et à grand coup de feux d’artifices, des paroles outrageuses assénées sur une musique communicative, etc. Kiss, plus que n’importe qui, avait pigé les leçons du grand Alice COOPER : le rock c’est pour de faux, autant y aller à fond. C’est ici que le marketing arrive : poupées, bandes dessinées, t-shirts, posters, etc., tout est fait pour que les kids vivent le délire jusque chez eux. Et pour ce qui est de décliner le fun sur scène et sur vinyle, Kiss est passé maître, fort de ses incroyables succès que sont Destroyer et Rock And Roll Over. Le groupe est rodé, machine de guerre ayant conquis les USA en deux petites années. Et l’Amérique le leur rend bien : le 22 juin 1977, un sondage intronise Kiss groupe n°1 aux USA, devant Led Zeppelin et Aerosmith.

Love Gun arrive ici : au sommet de la Kissmania, philosophiquement l’exacte opposée de la vague punk. Album d’un groupe conquérant, qui assume sa frime jusque dans sa pochette, Love Gun présente Kiss au sommet de son art et reste aujourd’hui la production la plus absolument aboutie des New-Yorkais, rien que parce qu’il pousse à son paroxysme une idéologie développée depuis le premier album en 1974.

Grâce à un de ses textes les plus explicites (« tu presses la détente de mon flingue d’amour »), Paul STANLEY devient avec la chanson titre l’icône glam ultime, avec tout ce que cela entend de postures porno chic. Avec « Christine Sixteen », Gene SIMMONS enfonce le clou et établit la filiation avec les textes à double sens de ses patriarches rock'n'roll des fifties, Chuck BERRY en tête. Deux décennies de textes graveleux uniquement vouées à faire peur aux vieux et qui ne saurait oublier les années 60 : l’incroyable reprise du « Then He Kissed Me » des Crystals est là pour ça.

Si on limitait Love Gun à ses paroles, on ne tiendrait rien d’autre qu’un best of de chansons paillardes. Au contraire, en rois du décalage permanents, les quatre zozos y ajoutent des compositions à haute distorsion ajoutée, des titres implacables forgés dans le chaudron béni du hard rock. « I Stole Your Love » est de ceux là, à ranger aux côtés des autres chefs d’œuvres que Kiss a pu produire dans le même registre : « Detroit Rock City », « C’mon And Love Me » et « Calling Dr. Love ». Et avec le fédérateur « Tomorrow And Tonight », le groupe donne finalement l’écrin de violence qu’aurait dû mériter « Shout It Out Loud » une année auparavant.

Et puis il s’agirait de ne pas oublier la pièce maîtresse de l’édifice Love Gun tout entier : Ace FREHLEY. Non content de dérouler ses gammes comme personne sur « Love Gun », d’imposer définitivement sa marque de fabrique avec des solos monumentaux sur tous les titres, de tutoyer les frontières du réel sur « Almost Human » (une des compositions les plus fascinantes du groupe, soit dit en passant), le guitariste prodige se mue le temps d’un « Shock Me » en chanteur incroyable. 35 ans plus tard, le titre en question n’a plus rien à prouver : techniquement irréprochable, il reste une des contributions les plus inoubliables d’Ace FREHLEY à la cause Kiss.

Album de la consécration, pilule anti-punk par excellence, Love Gun sera un succès absolu. En imposant ses codes au public américain et en remettant le fun et le spectacle auditif au cœur de tout, Kiss pave définitivement la voie au glam metal eighties, beaucoup plus en vogue de ce côté de l’Atlantique que les flagorneries new wave des britanniques. Bien sûr, il y en a beaucoup qui vous diront que Love Gun n’est pas le meilleur album de Kiss, arguant que Peter Criss n’en fout pas une, que « Got Love For Sale », « Hooligan » ou « Plaster Caster » traînent un peu en longueur. Certes. Mais ceux qui vous diront ça n’ont pas conscience d’une chose : si Kiss est plutôt productif en termes de bons albums depuis 1974, Love Gun est d’autant plus à souligner qu’il sera le dernier.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


MONTROSE
Paper Money (1974)
Le feu sacré




KISS
Alive! (1975)
You wanted the best?


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, guitare)
- Ace Frehley (guitare solo, chant)
- Peter Criss (batterie, chant)


1. I Stole Your Love
2. Christine Sixteen
3. Got Love For Sale
4. Shock Me
5. Tomorrow And Tonight
6. Love Gun
7. Hooligan
8. Almost Human
9. Plaster Caster
10. Then She Kissed Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod