Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (313)

KISS - Rock And Roll Over (1976)
Par TOMTOM le 9 Février 2013          Consultée 1909 fois

Rock And Roll Over est l’argument ultime contre ceux qui considère encore Destroyer comme le plus grand album de Kiss. Sans blague, si Paul STANLEY et Gene SIMMONS avaient été si satisfaits de leur précédent opus, pourquoi diable retourner à une production (assurée par Eddie Kramer, l’homme d’Alive !) et à des chansons dignes des premières heures du groupe ? Pourquoi opérer ce léger retour en arrière, cette quête inespérée vers la fraîcheur et la spontanéité d’antan ?

N’empêche, quel drôle d’album que celui-ci : moins de hits que dans n’importe quelle autre fourniture des New-Yorkais, des compositions alambiquées, pas toujours mémorables, mais néanmoins cette délicieuse impression de tenir là un grand album. Une sorte de revival d’Hotter Than Hell, la réussite et la pochette en plus.

Sur Destroyer la paire SIMMONS/STANLEY avait pris les choses en main, déclarant la guerre à Ace FREHLEY et donnant un os à ronger à Peter CRISS (« Beth »…) qui y délaissa par la même occasion son tabouret de grand batteur. Qu'à cela ne tienne, Ace arrête de faire semblant d’être bourré (son truc pour rater les répétitions et emmerder les autres) et revient en force en cette fin d’année 1976. Avec le gigantique « Calling Dr. Love » (qui est aussi un peu le sommet affectif de Gene SIMMONS), le guitariste à la Les Paul rouge-dorée balance ce qui est sans aucun doute le plus grand solo de sa carrière. A l’image du riff, en somme : bref, incisif, vicieux, implacable.

Peter CRISS n’est pas en reste. Outre un « Hard Luck Woman » pas si mal que ça, le batteur s’offre un petit moment de grâce kissienne avec ce « Baby Driver » de très bonne facture, un hard efficace et loin du rock n’ roll désuet des autres prestations du catman, « Black Diamond » exclue. Paul STANLEY, de son côté, s’offre les autres chefs-d’œuvre de l’album : « I Want You », l’infernal « Makin’ Love » et l’incroyable « Mr Speed » qui, à l’aide de chœurs fascinants (à la manière de ceux de « Calling Dr. Love ») et bien aidé par une intervention soliste d’Ace FREHLEY ma foi forte à propos, scotche littéralement l’auditeur.

On serait tenté de dire que le reste est un niveau en dessous. Reste que « Ladies Room » sauve les meubles malgré un « rendez-vous dans les chiottes des filles » moyennement raffiné. Idem pour « Take Me », « Love ‘em And Leave ‘em » ou "See you In Your Dreams" : on y trouve toujours quelque chose à garder, un break, un solo, un chœur, que sais-je…

En bref, Rock n’ Roll Over est sûrement l’album, avec le premier opus, sur lequel Kiss s’éclate le plus. Toujours un peu désuet, avec quelques temps morts, mais chaque fois rafraîchissant et fortement recommandable. Comme celle qui avait suivi Destroyer, la tournée sera monumentale. Pour un an encore, Kiss est le plus grand groupe de rock US. Suffisait de suivre la formule, en fait : « The first step of the cure is… a Kiss ! »

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


LED ZEPPELIN
Physical Graffiti (1975)
Amen

(+ 1 kro-express)



MONTROSE
Paper Money (1974)
Le feu sacré


Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Peter Criss (batterie, chant)
- Ace Frehley (guitare solo)


1. I Want You
2. Take Me
3. Calling Dr. Love
4. Ladies Room
5. Baby Driver
6. Love 'em And Leave 'em
7. Mr. Speed
8. See You In Your Dreams
9. Hard Luck Woman
10. Makin' Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod