Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (308)

KISS - Paul Stanley (1978)
Par MARCO STIVELL le 5 Juillet 2016          Consultée 529 fois

1978 est l'année de non-retour pour KISS, au sens propre comme au figuré : ils n'iront plus aussi loin dans leurs excès (le film !) et ils ne tournent pas afin de s'occuper de leurs albums en solo. S'ils s'étaient mieux entendus, c'eût été tellement sympa qu'ils eussent formé un backing-band/groupe accompagnateur pour chaque oeuvre respective, avec la discrétion nécessaire quand ce n'était pas le leur. Suis-je le seul au monde à le penser ?

"OH YEAH !" "ALRIGHT !". Que Paul STANLEY pense comme moi ou pas (certainement pas, en fait !), on s'en fout. Il arrive, il est là dans la place, on l'écoute. Guitare en main et ampli chauffé à bloc, l'Enfant des Etoiles s'amène en se dandinant sur ses platform boots, lui que la Nature n'a pas doté d'une grande carrure. Grande voix par contre, une putain de grande voix !

Du groupe KISS, le plus indépendant, c'est peut-être lui Stanley Eisen, le faux Paul du groupe -le vrai, c'est Ace, alias Paul Frehley, l'Homme de l'Espace ! Pendant que ce dernier part toujours plus à l'ouest, pendant que Gene SIMMONS et Peter CRISS font venir moult cuivres et choeurs sur leurs enregistrements respectifs, Paul peaufine son disque rock, le plus proche de l'esprit KISS, et paradoxalement celui qui aurait été le plus long à terminer.

Indépendant comme une femme, celle qu'il incarne, avec son attitude et son rouge à lèvres. Pourtant, l'Enfant des Etoiles livre un album bien couillu en termes de son, à défaut de l'être d'un point de vue stylistique. Il ne prend pas autant de risques que ses trois autres compères et son écriture n'est pas aussi variée que ce qu'il a soumis à KISS auparavant ("Black Diamond", "Hard Luck Woman", "God of Thunder", "I Stole Your Love"...).

Il ne prend pas non plus trop de choeurs (quelques-uns féminins justement sur le dynamique "Move On"), ni d'autres musiciens. Son groupe n'est pas fixe sur l'ensemble du disque, mais Paul STANLEY se contente de peu. C'est d'abord lui qui fait tout, depuis l'écriture jusqu'à la guitare et au chant. Sa voix grandiose et surpuissante peut émouvoir dans la douceur ("Ain't Quite Right") ou alors, et en tant qu'auditeur/auditrice, nous contraint à porter un caleçon ou une culotte largement humidifiés après écoute ("It's Alright"), et pour le restant de la journée.

À la guitare, notons quand même la présence de Bob Kulick, aux interventions idéales chaque fois que Paul ne souhaite pas trop en dire lui-même. Kulick est un recalé des premières heures de KISS, lorsque STANLEY, SIMMONS et CRISS cherchaient un soliste, poste qui est revenu à Ace FREHLEY. Son frère Bruce Kulick, on le sait, intègrera KISS pendant une dizaine d'années à compter de 1985.

Pour l'heure, Bob fait quelques étincelles sur "Move On" et "Wouldn't You Like to Know Me", hymnes fédérateurs, autant que peut l'être "Tonight You Belong to Me" en introduction, toutes guitares dehors. Et on s'y attend, ça parle beaucoup de "love", de "girls". On connaît la touche Paul STANLEY au niveau des textes, pas forcément représentatifs de l'Enfant des Etoiles dans la vraie vie, un amoureux qui se dit fidèle et ne court pas les mini-jupes, contrairement à Gene SIMMONS.

Pas étonnant donc à ce que l'on entende de belles guitares acoustiques en arpèges au début des morceaux, le premier déjà. Pareil pour les slows ("Hold Me, Touch Me...", qui ne sera pas au goût de tout le monde !) ou encore les ambiances rêveuses et les montées lyriques comme sur l'excellent "Take Me Away (Together as One)", martelé judicieusement par Carmine Appice à la batterie (ex-VANILLA FUDGE et frère de Vinny, futur batteur de BLACK SABBATH).

Le sommet reste néanmoins ce "It's Alright" où Paul STANLEY met toutes ses tripes, en bon gueulard qu'il est. One, two, three, four, oh yeah... Jouissif. Il devient très difficile d'expliquer l'insuccès de ce disque, un super album de rock. Tout comme il est forcément dur de dégager une oeuvre solo de KISS favorite parmi les quatre de 78, mais pour ma part, je pense que c'est Paul. De peu devant Ace, et Peter, et ensuite Gene.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


LITTLE STEVEN
Born Again Savage (1999)
Springsteen, U2 et Led Zep en trio... ou presque !




BLUEHORSES
Dragons Milk And Coal (1999)
Le hard-rock celtique dans toute sa splendeur

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Paul Stanley (chant, guitares rythmiques)
- Bob Kulick (guitares solo)
- Steve Lacey (guitare sur 8)
- Steve Buslowe, Eric Nelson (basse)
- Craig Kampf, Richie Fontana (batterie)
- Carmine Appice (batterie sur 5)
- Doug 'gling' Katsaros (piano, claviers et choeurs sur 7)
- Maria Vidal, Peppy Castro (choeurs)
- Diana Grasselli, Miriam Naomi Valle (choeurs)


1. Tonight You Belong To Me
2. Move On
3. Ain't Quite Right
4. Wouldn't You Like To Know Me
5. Take Me Away (together As One)
6. It's Alright
7. Hold Me, Touch Me
8. Love In Chains
9. Goodbye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod