Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (308)

KISS - Psycho Circus (1998)
Par TOMTOM le 15 Décembre 2015          Consultée 941 fois

Existe-t-il dans l’histoire de la musique un groupe qui ait plus arnaqué son public que Kiss ? Si vous avez des exemples, ne vous gênez pas, la section « commentaires » est faite pour ça. Non mais sans blague, Kiss nous aura tout fait : des concerts pipotés, un single disco, des poupées, une série B, un album prog, un album avec quinze guitaristes, des brosses à dents, un album avec des synthés dégueus, etc. On ne peut pas reprocher aux boys de vouloir se diversifier, mais il y a des limites. En 1998, la dernière arnaque de Kiss s’appelle Psycho Circus.

Pour ceux qui auraient loupé un épisode (la dernière chronique, en somme), Kiss s’est reformé après le MTV Unplugged. Kiss, LE Kiss. Celui avec Ace et Peter, celui avec le maquillage et le rouge à lèvre, celui qui fut, un temps, le plus grand groupe du monde. 1996 - 1997, la troupe sillonne le globe, écrase les foules en délire avec une set-list où ne figure aucun titre des années 80. Power pop rock ’n roll everywhere. Et des millions de dollars récoltés.

Fallait-il s’y attendre ? En tout cas, au moment d’enregistrer Psycho Circus, les quatre membres du groupe ne se supportent (déjà) plus. Et nous voilà repartis comme en 78 - 80 : Ace boude, picole et fait ses trucs tout seul. Il joue de la guitare sur deux titres (!). Peter, de son côté, n’est même pas convié aux sessions, si ce n’est pour poser sa voix à droite à gauche. Sur tout l’album, c’est un obscur musicien de session, Kevin Valentine, qui joue de la batterie à sa place…

Il est beau, l’album du grand retour ! Fatalement, les compositions sont aussi délétères que l’ambiance qui règne dans le studio. A quelques exceptions près. « Psycho Circus » notamment est un titre immense, dense, épique, 100% rock ’n roll circus. Le passage à deux guitares avant le solo n’est d’ailleurs pas sans rappeler « Detroit Rock City ». Du grand Kiss, une grande performance de Paul Stanley. Et un grand solo de Tommy Thayer, il faut le dire. Deuxième pépite de ce disque lâche : « Into The Void », une composition d’Ace Frehley. C’est du hard rock ’n roll qui tourne rond, un riff tout à fait Spaceman et un refrain irrésistible. C’est aussi le seul titre où les quatre Kiss sont réunis. Comme quoi.

Pour le reste, c’est un peu du grand n’importe quoi. « I Pledge Allegiance... » n’a aucune mélodie. La production a beau être gonflée à bloc, la mayonnaise vire aigre la plupart du temps. C’est bizarre en fait, comme si Kiss se forçait à « sonner », à « composer » seventies tout en y ajoutant des éléments piquées aux eighties (les refrains) et aux nineties. Deux exemples : « Raise Your Glasses », sorte de parodie de Weezer et « Journey Of 1,000 Years », sorte de grunge guimauve. Ils auraient pu nommer l’album « Schizo Circus ».

« Dreamin’ » n’est pas mal, je vous l’accorde. Structure grunge et méchante à souhait. Elle s’égare néanmoins au moment fatidique du solo. Curiosité pop, « We Are One » est gentille tout plein mais un peu hors sujet sur un album de Kiss. Par contre, « You Wanted The Best » (où tout le monde chante) est une catastrophe, à la limite de la caricature. « Dreamin’ », une démo avec Bruce Kulick à la guitare, est un sale plagiat du « I’m Eighteen » d’Alice Cooper… cet album est en roue libre je vous dis. Logiquement, c’est Peter Criss qui se tape la ballade mielleuse du disque. Marrant comment le mec (immense chanteur au demeurant) s’est enfermé depuis « Beth » dans le rôle du chanteur pour midinettes. Alors que sa meilleure performance restera à jamais « Black Diamond ». Mais bon, si on aime le genre, « I Finally Find My Way » est plutôt agréable à écouter.

Sans réelle direction, avec seulement deux coups d’éclat et une tripotée de chansons médiocres, Psycho Circus est un album qui prend l’eau de toutes parts. Si les quatre Kiss jouaient vraiment sur le disque, on aurait pu mettre l’argument historique et l’indulgence du fan dans la balance. Mais là, non. Cet album est celui de Gene et Paul. Ace et Peter ont bien reçu le carton d'invitation, mais pour une place pas trop loin de la sortie. 2,5/5

Note : pour les fans, une version de Psycho Circus existe avec un CD bonus, un live six titres enregistré fin 98 à Terre Haute et Indianapolis. C’est loin d’être indispensable, un peu brouillon, mais ça relève un peu la note. Dedans, une version incendiaire d’ « Into The Void », avec le méga solo à la fin.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


KYUSS
Blues For The Red Sun (1992)
L'été meurtrier




BLACK SABBATH
Master Of Reality (1971)
Noir c'est noir

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Ace Frehley (par-ci, par-là, guitare solo, chant)
- Peter Criss (par-ci, par-là, batterie, chant)


1. Psycho Circus
2. Within
3. I Pledge Allegiance To The State Of Rock & Roll
4. Into The Void
5. We Are One
6. You Wanted The Best
7. Raise Your Glasses
8. I Finally Found My Way
9. Dreamin'
10. Journey Of 1,000 Years



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod