Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (308)

KISS - Lick It Up (1983)
Par TOMTOM le 19 Octobre 2013          Consultée 1784 fois

Quand j’étais petit, j’étais vachement fan de Lick It Up. Je foutais des photos de Vinnie VINCENT en profil MSN, je me repassais le clip de « Lick It Up » en boucle et étais à deux doigts d’acheter les mêmes bottes léopard que Paul STANLEY. Le coup du premier album démaquillé, je trouvais ça dingue, une foutue bonne idée. Le hair/glam metal, c’était un truc qui me bottait. Et voir Kiss rejoindre la horde des groupes eighties apparus dans le sillage de Mötley Crüe, c’était un truc qui me bottait encore plus.

Dans un sens, je m’étais pris le merchandising de Kiss en pleine tronche. Si j’avais été là en 1983, j’aurais sans aucun doute été prêt à renier Ace FREHLEY et Love Gun. C’est exactement ce que Gene SIMMONS et Paul STANLEY cherchaient à faire : malgré ses qualités, Creatures Of The Night n’avait pas marché des masses et il fallait marquer le coup, faire revenir les gosses dans les stades. Sur le fond, la marge de manœuvre était limitée. Tout au plus pouvait-on adoucir le bourrin Creatures Of The Night pour pouvoir passer à la radio. La forme n’était plus que le seul facteur sur lequel on pouvait agir de manière assez forte pour que ça se remarque. Le 18 septembre 1983, direction MTV donc, où le monde entier découvre pour la première fois les bouilles de Paul STANLEY, Gene SIMMONS, Eric CARR et Vinnie VINCENT.

L’interview est faite de bric et de broc (les fondus maquillages – vraies têtes hilarants, Gene SIMMONS et son laïus : « les maquillages étaient une extension de notre personnalité » blablabla) mais son impact est non négligeable : le nouveau Kiss commence là, le cap est fixé pour dix ans.

Parlons un peu musique maintenant. Lick It Up aurait pu être très bon : Vinnie VINCENT est un guitariste de génie, réellement impliqué dans le boulot de composition et en parfaite harmonie avec la frappe d’Eric CARR. Ses solos sont assez dingos (« Fits Like A Glove ») et le gars est en grande partie responsable des très bons riffs de l’album (« Not For The Innocent », « Dance All Over Your Face »…).

Problème : Lick It Up manque trop de punch, est un peu trop mou pour prétendre au titre d’album réussi, encore moins à celui de classique. Même des titres enlevés et directs comme « Gimme More » ou « Young And Wasted » se révèlent plats et monotones à la longue. « Exciter » et « Fits Like A Glove » ne sont pas des bonnes chansons quoi qu’on en dise et « Dance All Over You Face », malgré un titre bad ass comme je les aime et un bon riff, s’égare dès son refrain. Toute la bonne volonté de Kiss n’y fait rien : on s’ennuie ferme pendant la moitié du disque.

Dommage, Lick It Up ne manquait pas de pépites. La chanson titre bien sûr et qui, même en étant pas originale pour deux sous, sans solo, monorythmique, remplit parfaitement le contrat. « Lick It Up » est la chanson ultime du Kiss eighties, cheval du bataille du bisou en live et dont les textes très portés sur l’entre-jambe en font la digne héritière de « Love Gun ». Au moyen « Not For The Innocent », on préférera au rayon Gene SIMMONS le très bon « And On The 8th Day » et son refrain irrésistible. De son côté, Paul STANLEY fait des merveilles sur « A Million To One » (le hard FM dans toute sa splendeur) mais surtout sur « All Hell’s Breakin’ Loose » parfaitement servi par sa basse rutilante, son solo vicelard et ses chœurs en rut. Assurément, le deuxième excellent titre de l’album avec « Lick It Up ».

La tournée 83-84 sera un bordel monstre. Si on exclue le jeu de scène absurde de Gene SIMMONS qui continuera de grimacer comme s’il avait toujours son maquillage, l’élément perturbateur s’appelle Vinnie VINCENT. Loin d’être aussi docile et discret qu’Ace FREHLEY, le guitariste à la gueule d’ange se sent sur scène comme un requin dans un bain à aquabiking et n’en fait qu’à sa tête : un solo par-ci, un solo par-là et vas-y que je monopolise les spotlights. Il est le guitariste star qui vole la vedette à ses patrons dans les scènes coupées du film Spinal Tap. Le gamin sera viré après moult sommations. Dommage, il aura été la meilleure trouvaille de Kiss dans toutes les années 1980…

Note : 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


DEEP PURPLE
Live In Montreux 1969 (1969)
Graines de violence




KISS
Love Gun (1977)
Ace Frehley chante

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Eric Carr (batterie, choeurs)
- Vinnie Vincent (guitare solo, chant)


1. Exciter
2. Not For The Innocent
3. Lick It Up
4. Young And Wasted
5. Gimme More
6. All Hell's Breakin' Loose
7. A Million To One
8. Fits Like A Glove
9. Dance All Over Your Face
10. And On The 8th Day



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod