Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, MÖtley CrÜe, Biters
- Membre : Ace Frehley
- Style + Membre : Black Sabbath
 

 Site Officiel (317)

KISS - Alive Iii (1993)
Par TOMTOM le 7 Juillet 2015          Consultée 764 fois

Putain, 16 ans. 16 ans que les fans de Kiss attendaient le retour des boys en live et en disque. 16 ans qu’Alive I et II tournaient sur la platine. 16 ans qu’on se passait le mot en loucedé, effrayé à l’idée de se faire choper par un fan de Maiden : Kiss était le plus grand groupe live au monde. Alive I était un mythe, Alive II sa suite hystérique… Alive III ne serait qu’un disque live, rien de plus.

Faut pas trop en vouloir à Kiss, tous les enregistrements de cet été là sont des contre-performances : le Live At Donington d’Iron Maiden au son affreux, le Live & Loud d’Ozzy, le live de Van Halen avec Sammy HAGAR… rien de bien transcendant. Sont cons en même temps d’avoir attendu si longtemps. Pourquoi ne pas avoir sorti les bandes du Animalize Tour ? Là au moins, on aurait rigolé. Revenge quoi, merde. Mais bon, après tout, l’album avait bien marché, Kiss avait réussi à faire oublier sa période fantasque et avec un peu de chance on allait pouvoir faire passer ça pour un concert de métal. Dommage quand même.

La deuxième remarque liminaire concerne la set-list. Cela ne vous aura pas échappé, les deux premiers Alive comportaient uniquement des titres des trois albums précédents, aucun doublon entre les deux. Habile, ça obligeait les gens à sortir deux fois leur larfeuille. Mais surtout, Alive I et Alive II étaient les instantanés d’une époque : la période hard rock'n'roll pour le premier, la période power-pop grand-guignol pour le deuxième. Sur Alive III, on a la set-list de n’importe quel concert de la tournée 1992. Deuxième dommage. D’abord, les mecs sont sûrs de se planter, le « Detroit Rock City » de 92 étant logiquement inférieur au « Detroit Rock City » de 77 (léger contre-exemple avec « Watchin’ You »). Ensuite, un Alive III avec les meilleurs titres des eighties aurait eu de la gueule, une portée un peu plus historique qu’un concert tout simple.

Je fais le ronchon, mais il y a un moment où je redeviens honnête. Alive III n’est pas le live de la décennie, mais c’est un bon live. Perso, je le commence toujours à la cinquième chanson. « Creatures Of The Night » est un bon titre, mais un peu hors sujet en ouverture. « Deuce » est bien exécuté, mais logiquement inférieur à ses versions live précédentes. « I Just Wanna » et « Unholy » sont sympas en studio (surtout quand on s’est tartiné toutes les bouses des années 80) mais souffrent ici d’une trop grosse concurrence pour être totalement pertinents.

« Heaven’s On Fire » en revanche tient toutes ses promesses. Magnifique intro (« Here’s a soooooong »), grosses guitares, grosse basse, le passage avec le public où Paul STANLEY en fait des caisses, etc. Tout est là. Arrive un « Watchin’ You » lifté, violent et funky à la fois. Les solos de Bruce KULICK sont formidables, de l’hystérie en barre. Le grand délire continue avec « Domino », beaucoup plus relevé ici que dans sa version studio. Eric SINGER roulent ses baguettes comme un pro, KULICK balance un solo d’anthologie de plus. En sortie, Gene SIMMONS pointe « that bitch over there ». Le public hurle à la mort, c’est du grand art.

Passons sur « I Was Made For Lovin’ You », chanson disco-rock que le groupe essaie de faire passer ici pour un hymne métal. C’est un peu pompeux et le refrain est insupportable. Même remarque pour « I Still Love You ».

Débarque ensuite la chanson que tout le monde attend. « Ain’t bullshit when you say ROCK AND ROLL ALL NITE AND PARTY EVERY DAY ». Tchick tchick tchick… tintintintintintiiiiin… Ça ferait danser n’importe qui. Une bonne version power-métal, légèrement accélérée par rapport à l’originale. Sans surprise, KULICK suit le modèle du solo immortalisé par Ace FREHLEY sur Alive !

Pas le temps de se reposer, Kiss enchaîne sur « Lick It Up ». Comme « Rock And Roll All Nite », le titre prend toute sa dimension sur scène. Le solo (rajouté) est démentiel, Paul qui rajoute ses « I wanna lick you », ses « Get down » et autres… Cela aurait pu être le meilleur moment de l’album sans la double pédale de SINGER et s’il n’y avait pas eu « Take It Off » un peu plus loin.

Bizarrement, « Take It Off » avait été effacé de certaines versions de l’album, placé en chanson bonus sur les versions internationales. D’accord c’est graveleux, d’accord il y a des nanas qui se désapent sur scène, mais on est à un concert de Kiss, merde ! Je ne sais pas ce que les mecs avaient pris à ce moment là du concert, mais le groupe est déchaîné. Reconnaissance éternelle à Paul STANLEY pour cette prestation. C’est magnifique.

J’ai oublié « Forever », la deuxième ballade du disque, meilleure que sa version studio, j’ai déjà eu l’occasion d’en parler. Passons au final. L’enchaînement « I Love It Loud » / « Detroit Rock City » passe bien. Même si « Detroit » perd au passage sa patine old-school qui faisait une grande partie de son charme. « God Gave » placé en fin de concert… mouais. Ca se chante en choeur, ça fait redescendre la pression, tout le monde il est content. Ok, d’accord. L’hymne américain à la guitare par contre là, non. Fashion faux-pas.

Si vous avez lu jusqu’au bout, vous avez compris qu’Alive III est à moitié très bon. Pour les fans, il faut l’avoir, c’est sûr. Pour les autres, Alive III vaut surtout pour les titres les plus récents, « Lick It Up », « Heaven’s On Fire » et « Take It Off » étant particulièrement excellentes. Dommage, encore une fois, qu’il n’y ait pas plus de titres des eighties : « Uh! All Night », « All Hell’s Breakin’ Loose », ou même des titres idiots de Crazy Nights, pour rigoler.

Reste la question de la véracité de cet enregistrement « live », inhérente à tous les disques de Kiss enregistrés « en public ». Y’avait-il au moins quelqu’un dans la salle ? Les voix ont-elles été trafiquées, les guitares réenregistrées ? Honnêtement, ces débats sont un peu vains. Et après avoir vu Kiss sur scène en 2015, je me dis qu’un petit coup d’overdub de temps en temps ne fait pas de mal.

A lire aussi en HARD ROCK par TOMTOM :


MONTROSE
Paper Money (1974)
Le feu sacré




BLACK SABBATH
Sabbath Bloody Sabbath (1973)
Bagatelles pour un massacre

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   TOMTOM

 
  N/A



- Paul Stanley (guitare rythmique, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Bruce Kulick (guitare solo)
- Eric Singer (batterie)


1. Creatures Of The Night
2. Deuce
3. I Just Wanna
4. Unholy
5. Heaven's On Fire
6. Watchin' You
7. Domino
8. I Was Made For Lovin' You
9. I Still Love You
10. Rock And Roll All Nite
11. Lick It Up
12. Forever
13. Take It Off
14. I Love It Loud
15. Detroit Rock City
16. God Gave Rock 'n' Roll To You Ii
17. The Star-spangled Banner



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod