Recherche avancée       Liste groupes



      
IMPRO / METAL / AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Van Der Graaf Generator, Henry Cow, Sleepytime Gorilla Museum
- Membre : Robert Fripp , Andy Summers & Robert Fripp, Theo Travis & Robert Fripp , Bad Company, Porcupine Tree, Swans, Ministry, Uk, Giles, Giles And Fripp, Talking Heads, Camel, Yes, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Alan Simon , Asia, Frank Zappa

KING CRIMSON - Thrakattak (1996)
Par ONCLE VIANDE le 10 Janvier 2008          Consultée 5732 fois

S’il faut retenir une chose de la période « Thrak », c’est le retour en force des improvisations. King Crimson retrouva l’audace des concerts de 72/74 en gratifiant le public des vertiges du direct. Le titre THRAK donna lieu à des développements apocalyptiques. Leur publication fut une façon de rattraper l’échec relatif du double trio avant sa métamorphose en « ProjeKcts ».

THRaKaTTaK est un montage d’improvisations jouées fin 1995 aux Etats-Unis et au Japon. Il permettra à ceux qui en ont le courage de tâter de l’impro crimsonnienne sous sa forme la plus extrême. Ni jams ni solos, ici c’est la jungle, le chaos. Le mode d’improvisation est le même que celui pratiqué durant l’âge d’or. Les clins d’oeil à « Starless and bible black » sont d’ailleurs évidents. Néanmoins le résultat sonne beaucoup plus déstructuré et anarchique que les prestations de 1973. Les musiciens ne sont plus quatre mais six, et l'époque offre un éventail de sonorités incomparables. Marimba, violon, chœurs et piano échantillonnés surpassent le mellotron, et les soundscapes apportent une touche atmosphérique dont le Crimson 70's était dépourvu.
Le jeu collectif repose sur des rencontres fortuites de sons, de notes, d'idées, et met en avant le feeling et l’intuition. Les six musiciens tâtonnent, se trouvent, se perdent. Il en émerge des esquisses auxquelles l’oreille tentera de se raccrocher avant qu’elles ne s’évanouissent. King Crimson ne cache pas ses intentions. Créer la tension maximum, fouiller les viscères de ses instruments pour en extirper les sons les plus terrifiants. Raclements de cordes, grognements de basses et guitares tronçonneuses s’entretuent dans un bain de sang. Un massacre d’autant plus jouissif qu’il est purement gratuit.
THRaKaTTaK est la bande son d’un film d’épouvante. C’est d’abord un disque atmosphérique plus malsain que violent où les soundscapes finissent toujours par avoir raison des moments de boucherie. Son écoute prolongée peut rendre dépendant. Le besoin d'y poser des repères y ramène inlassablement. Le voyageur régulier finira par en dissiper les ténèbres pour en apprécier les moments clés.

Je vais encore passer pour un masochiste à faire l’éloge d’un tel disque. Je pense pourtant que le Roi n’a rien fait d’aussi intense depuis « Starless and bible black », et rien d’aussi culotté de toute sa carrière. Les esprits ouverts pour qui la musique ne se limite pas à la notion réductrice de mélodie, découvriront ici les potentialités du rock une fois libéré de ses carcans. THRaKaTTaK est l’antithèse du progressif auto-satisfait. Il pourra intéresser les blasés ou les âmes en mal d’obscurité. Le bad trip, le vrai.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ONCLE VIANDE :


Frank ZAPPA
One Size Fits All (1975)
Impro / metal / ambient




CAN
Monster Movie (1969)
Une première livraison sans concession

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare, soundscapes)
- Adrian Belew (guitare)
- Trey Gunn (guitare warr)
- Tony Levin (basse électrique)
- Pat Mastelotto (percussions acoustiques et électroniques)
- Bill Bruford (percussions acoustiques et électroniques, marimbas)


1. Thrak
2. Fearless And Highly Thrakked
3. Mother Hold The Candle Steady While I Shave The Ch
4. Thrakattak (part 1)
5. The Slaughter Of The Innocents
6. This Night Wounds Time
7. Thrakattak (part 2)
8. Thrak (reprise)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod