Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - There's The Rub (1974)
Par ERWIN le 17 Octobre 2019          Consultée 845 fois

Bien des choses ont changé pour le ASH ces derniers temps, Ted Turner s'en est allé, pour les habituelles raisons de divergence musicale. Laurie Wisefield a donc été recruté pour la seconde guitare, il aurait été inimaginable de laisser WISHBONE ASH sans une paire de twins guitares. Toujours est-il que la situation est au beau fixe, et le groupe tourne peu à peu ses yeux vers le marché américain qu'il souhaite conquérir. Ce cinquième opus est d'ailleurs enregistré sur les terres de l'oncle Sam, à Miami. Je vous dois une explication sur cette pochette absconce : Il s'agit d'un joueur de cricket qui frotte sa balle sur son pantalon pour lui donner des qualités de "vol" en la chauffant. Et nous voici réunis pour un autre moment de grâce guitaristique !

Débutons donc par la grâce ! "F.U.B.B." débute par une basse rondelette puis quelques tierces de guitare twins, un gros riff. Tout est en place pour un titre légendaire. Car c'est ce qu'est "Fucked Up Beyond Belief" ; pour les non initiés, ça signifie en gros "Pire que fracassé", et fait référence à leur collègue Ozzy de BLACK SABBATH. En fait un énorme prétexte pour aligner mélodies suaves sur des gros riffs et pondre des tonnes de solos plus élégants les uns que les autres à la suite. C'est donc super génial, super agréable et sans la moindre trace de mauvais goût, les p'tits gars d'IRON MAIDEN ont du s'en abreuver. Bon cela dit, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, le niveau spatial d'Andy Powell ne serait être comparé avec celui du gentil Davey Murray.

Ah ! "Persephone" ! Rien que le titre déjà est légendaire, l'épouse de Hadès, dieu des enfers, imaginez ça ! De quoi provoquer de belles émotions. Et ça ne rate pas, puisque ce titre va devenir un des grands classiques du groupe. C'est un slow mid tempo aux intonations folk. De belles harmonies vocales, un hammond discret, un brin de mandoline par Laurie, et Andy qui s'adjuge des solos étincelants, je connais certains Adrian et Dave – toujours les mêmes ouais - qui ont du en bouffer du "Persephone" pour apprendre à créer des chorus, en twins comme en solo. Quelle classe !

"Silver Back" nous replonge dans l'ambiance Argus avec un joli riff, mais le calme de la composition évoque plutôt certains élans progressifs à la PINK FLOYD, notamment dans le chant velouté de Martin Turner. On retient le refrain entraînant, dans la droite continuité de la douceur du ASH. C'est une main de fer dans un gant de velours, un autre groupe a-t-il jamais si bien symbolisé cette maxime ? "Lady Jay" narre l'histoire célèbre et tristounette de Kitty Jay, une légende du Devon sur une jeune fille qui se serait suicidé et dont on aurait retrouvé le corps pendu longtemps après, empêchant son enterrement dans un cimetière chrétien. Toujours les ambiances d'Argus, c'est doux, folky, presque prog.

"Don't Come Back" est foncièrement plus métalisée que ses petites consoeurs. On se dit que l'arrivée de Wisefield à la seconde guitare twin a du pousser Andy Powell à durcir quelque peu son son. Laurie en tous cas ne s'en laisse pas compter par le blond leader du groupe et cela renforce la vigueur du groupe. Enfin, on dirait presque du southern rock sur "Hometown", avec les constantes interventions en solo des guitaristes et le chant clair de Martin. Le son est certes plus light en général, mais on n'aurait aucun mal à vendre le groupe comme américain avec un titre pareil, on se situe entre le west coast et les élans sudistes...

C'est superbe de bout en bout, un des sommets du ASH, incontestablement. La capacité créatrice du groupe n'a nullement souffert du départ de Ted Turner. Le son du groupe s'est un peu étoffé grâce à la production de Bill Szimczyk, mais ne sombre pas pourtant dans la facilité ou le mainstream. "Persephone" et "F.U.B.B." sont désormais des standards intemporels et sont autant de faits d'armes à l'actif d'Andy Powell et de Laurie Wisefield. L'opus se vend fort bien et reste aujourd'hui l'un des classiques du groupe.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


COLD CHISEL
The Perfect Crime (2015)
Le hold up parfait




MIDNIGHT OIL
10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 (1982)
Les "oils" prennent le pouvoir en australie


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Martin Turner (chant-basse)
- Andy Powell (guitare)
- Laurie Wisefield (guitare)
- Steve Uptown (batterie)


1. Silver Shoes
2. Don't Come Back
3. Persephone
4. Hometown
5. Lady Jay
6. F.u.b.b.



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod