Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Bona Fide (2002)
Par ERWIN le 24 Novembre 2019          Consultée 543 fois

Arf ! Trois longues années se sont écoulées depuis le dernier album en date du ASH, souvenez-vous, il s'agit de l'acoustique Bare Bones... cela dit il était précédé par les deux albums de collaboration techno avec Mike BENNETT. IL faut donc se rendre à l'évidence, voilà le premier véritable album du groupe de Torquay depuis 6 ans ! Ce n'est pas rien. Je vous sens réticent à regarder les crédits et le line-up ; bien sur qu'il y a eu du changement. Bob Skeat est solide à la basse depuis quelques temps déjà, et Ray Weston semble inamovible. En revanche, le guitariste finnois Ben Granfelt a pris en main la seconde twin guitare. La pochette n'est pas terrible mais Andy est derrière la console, on devrait avoir un joli boulot sur les grattes !

On débute sur les chapeaux de roue avec "Allmighty Blues", une espèce de "La Grange" à la sauce WISHBONE ASH, un blues rock qui déménage carrément ! on reconnaît la voix d'Andy et les licks incessants de guitare sont on ne peut plus agréables. Voila qui est plus conforme au légendaire groupe ! Une superbe mise en bouche en guise d'introduction à ce nouveau siècle, c'est fort sympathique !.C'est une composition du nouveau venu Granfelt, qui a aussi ramené deux instrumentaux : "Bona Fide" est un bon vieux Hard rock des familles, en mode light mais avec des grattes superbes et une ambiance gaie et pleine de verve ! C'est vraiment chouette ! Enfin, "Peace" nous passe en mode slow pour achever cette livraison, les twins cinglent tout du long, et les solos sont enquillés tel des perles de nacre, la classe !

Les compos d'Andy : "Enigma" nous replonge dans des effluves AOR prog d'assez belle allure, un joli bridge en twin et Beaucoup de guitares cristallines. Puis nous avons un lick orientalisant sur "Ancient Remedy", ce n'est pas la première fois, tout ceci est doux et élégant, puis le beat répétitif nous amène vers une intervention solaire d'Andy. On reconnaît la patte du leader du ASH en permanence, signe qu'il semble aller bien. "Shoulda Coulda Woulda" propose un nouveau riff tout doux mais efficace quasi rocksteady du demi dieu de la flying V.

Les deux guitaristes doivent bien s'entendre puisqu'ils signent plusieurs titres ensemble : "Faith Hope And Love", l'ensemble a belle allure, avec quelques réminiscences de PINK FLOYD sur le beat de claviers. Les guitares rugissent bien, et Granfelt abat un travail conséquent. On jurerait à nouveau ZZ TOP sur "Changing Tracks", c'est diablement efficace, et la voix d'Andy le fait super bien ! Notre émigré en terre de l'oncle Sam s'est bien adapté ! C'est presque dommage de ne pas avoir le révérend Billy GIBBONS sur ce genre de titre en featuring, je serai preneur d'un échange de solo entre ces deux là ! "Difference In Time" est le seul titre chanté par Ben, nous sommes à la lisière du pop rock, mais cela reste de bon aloi, avec un refrain réussi. "Come Rain Come Shine" nous renvoie aux premières années de WISHBONE ASH, l'ex blondin a du sentir des ailes lui repousser pour ainsi repartir vers des délires du début des seventies. La flûte rend le tout un brin médievalisant. Les twins sont là, ainsi que le Hammond, d'ailleurs il y a des tiroirs, le bridge du milieu repart sous d'autres cieux, plus véloces avec une basse nucléaire, Il y a du RUSH et du GENESIS dans cette ritournelle.

Ah mais que ceci fait plaisir ! Pas une véritable résurrection mais pas si loin car on ne s'embête pas un seul instant sur ce Bona Fide. L'apport de Ben Granfelt est conséquent, tant au niveau des compositions que des lives, son niveau n'a pas à rougir face à celui d'Andy Powell, il ramène un peu de sang frais et a provoqué le réveil de son aîné, cela semble évident ! On sera donc tenté de mettre un 4 à cet album ou l'attitude est diablement positive ! Je le conseille chaudement, Andy n'a jamais aussi bien chanté et les guitares sont célestes.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Chris ISAAK
Forever Blue (1995)
Le meilleur d'Isaak




Rod STEWART
Never A Dull Moment (1972)
Rod s'éclate


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare-chant)
- Ben Granfelt (guitare-chant sur 8)
- Bob Skeat (basse)
- Ray Weston (batterie)


1. Almighty Blues
2. Enigma
3. Faith Hope And Love
4. Ancient Remedy
5. Changing Tracks
6. Shoulda Coulda Woulda
7. Bona Fide
8. Difference In Time
9. Come Rain Come Shine
10. Peace



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod