Recherche avancée       Liste groupes



      
ACOUSTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Bare Bones (1999)
Par ERWIN le 23 Novembre 2019          Consultée 421 fois

Andy Powell s'est souvenu du monde réel et a ouvert les yeux, tel le dormeur de Dune. Il le fallait , on n'aurait pas supporté que WISHBONE ASH s'enferre plus dans la techno ! Nous voici donc désormais face à une livraison... acoustique ! Je sais, notre guitariste ne tient pas en place, il a visiblement besoin de challenges permanents pour asseoir son existence artistique. Bref, ne perdons pas le décompte : il s'agit de la vingtième livraison pour le groupe du Devon ! La discographie devient pléthorique, tout en partant dans tous les sens ! Vous serez néanmoins surpris et rassuré d'apprendre que le line-up n'a pas bougé !

Bien sûr, on joue ici à l'album le plus repris ! Mais ne pariez pas, malheureux, vous en seriez pour vos frais. On imagine Andy choisissant des titres des premiers albums et un hitlist d'Argus ? Bah nan ! Pas un ! C'est l'album Strange Affair, pas le plus mémorable du ASH, qui est le plus repris avec trois titres. Andy a certainement dû se concentrer sur ses propres titres et ceux qu'il a l'habitude de chanter. Cette version piano roots de "Hard Times" tient bien la route cependant et en remontrerait à l'originale ! "Strange Affair" ne ressemble plus du tout à un hymne AOR, loin s'en faut. On dirait presque du country rock ainsi vêtu d'atours acoustiques. "Wings Of Desire" sonnait new wave ? Elle est désormais pop à donf avec sa petite mandoline et son refrain qui marque le cortex !

Nous avons ensuite deux titres tirés de Just Testing, le dixième opus des boys. J'avoue une nette préférence pour "Living Proof" dans la vie de tous les jours, et cette version très lente et rappelant les ambiances d'Argus se fond parfaitement dans le concept ici déployé. Le chant d'Andy se tient avec des harmonies plutôt réussies. Le classique n'est pas violenté et les guitares sont cristallines, tout va bien. "Master Of Disguise" est aussi présente, soient les deux meilleurs moments de l'album. La rythmique posée et dominante toute en douceur d'Andy fait là encore le boulot. Le chant est remarquablement dosé, les guitares ciselées de main de maître. L'ambiance générale me rappelle celle du classique de John MELLENCAMP, The Lonesome Jubilee. Quel écart, non ?

Seuls deux titres sont issus des premiers albums : "Everybody Needs A Friend", tiré du four et qui s'étalait sur une monumentale plage de solo, se retrouve ici, avec à nouveau des interventions superbes bien que plus courtes d'Andy Powell. "Errors Of My Way", chantée par Mark Birch, sort du premier album. On y retrouve cette propension du groupe à composer des airs médievaux "sans en avoir réellement l'air". Ils sont les seuls dans ce cas. La chanson reste digne de l'originale de bout en bout, avec l'apport de plusieurs instruments extérieurs, dont un violon et un accordéon.

Il nous reste donc quatre compositions originales : "You Won't Take Me", à nouveau chantée par Mark, propose une ambiance noirâtre, un refrain de belle allure. Andy reprend le micro sur "Love Abuse" qui se présente comme un pastiche de blues roots avec Harmonica. Ca sonne pas mal et les choeurs soul renforcent l'aspect cru du titre. D'ailleurs, c'est une reprise surprise de Solomon BURKE qui nous attend maintenant : il s'agit de "One More Chance", sympathique mais réelle chance de briller face à l'originale, il faut être juste : Andy n'est pas Solomon. On termine sans brio avec "Baby I Don't Mind".

On ne va pas révolutionner le monde de la musique avec cet album. Récréation ? Détente ? Besoin de gagner du temps ? Ou Tout simplement la recherche d'un autre public, plus facile à convertir dans les rangs des faithfulls ? Allez savoir, Andy n'est pas la plus prolixe des rock stars ! Toujours est-il que cet opus se défend fort bien et que la plupart des titres trouvent ici une seconde jeunesse. On le recommande donc aux amateurs d'easy listening pour s'introduire à la disco de WISHBONE ASH. Pour les fans die hard en revanche, pas trop de surprises à attendre ici, on reste sur un 3 positif.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Axel BAUER
Personne N'est Parfait (2000)
Imparfait mais sonne bien




Chris REA
God's Great Banana Skin (1992)
La fameuse peau de banane


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare-chant)
- Mark Birch (guitare-chant sur 2 et 4)
- Bob Skeat (basse)
- Ray Weston (batterie)


1. Wings Of Desire
2. Errors Of My Way
3. Master Of Disguise
4. You Wont Take Me
5. Love Abuse
6. One More Chance
7. Baby Dont Mind
8. Living Proof
9. Hard Times
10. Strange Affair
11. Everybody Needs A Friend



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod