Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Trance Visionary (1998)
Par ERWIN le 20 Novembre 2019          Consultée 432 fois

Je vous vois l'air interdit... La pochette fait peur il est vrai, et le titre n'incite nullement à l'espoir. Quand je vous dirai que cet album a positionné plusieurs titres dans le Top 100 des dance charts... Oui, chers camarades, vous avez bien lu le gros mot : Dance ! Diantre mais que s'est-il passé ? Le nom WISHBONE ASH appartient toujours à Andy Powell, et l'habituel jeu de chaises musicales des musiciens s'est poursuivi puisque mis à part le retour du batteur Ray Weston, on note l'arrivée à la twin guitar de Mark Birch, et à la basse de Bob Skeat. OK, on s'en fout là... De la Dance donc. Ya pas de raisons on est dans les années nonante après tout ! Tout de même, quelle histoire ! Un dinosaure des seventies qui se transformerait en FRONT 242 ou pire en ILLUMINATUS ? Que ha pasado ?

Bah, une rencontre toute bête toute simple avec Mike BENNETT, un des ténors de la techno, DJ et producteur. C'est donc son arrivée dans l'entourage d'Andy Powell qui lance ce nouveau chantier presque invraisemblable. Le jeune musicien de 35 ans a un CV dingue sous le bras, il a débuté avec TOYAH, puis entres autres pointures a produit SHAM69, les BANANARAMA, les STRANGLERS, il a fait partie de l'équipe de Kim Fowley, pas le plus recommandable du showbiz, mais au savoir faire évident, EMERSON LAKE and POWELL, The SPECIALS et même Ringo STARR. Bref, c'est le cas de le dire, le gars connait la musique. On reste interloqué, mais à se battre sans danger, on triomphe sans gloire, allons-y !

Allons ce n'est pas si grave, on reconnaît la gratte légère de Andy sur "Numerology", s'y ajoute juste un beat de batterie technoïsé mais non dévastasteur, c'est juste un peu lounge avec le synthé léger et le coté lancinant. Ce n'est pas même choquant si on fait abstraction du nom du groupe. Oui, c'est tout de même un brin répétitif. En revanche, on est circonspect avec "Wonderful Stash", de la drum'n'bass avec le thème de "Spiderman" sur un lalala féminin. Un petit coté jazzy avec cette basse véloce mais tellement éloignée du ASH. La gratte nous arrive enfin au bout de près de 4 minutes, mais c'est une gratte indus. Et donc, ce titre a eu du succès sur les dance floors ? Je gage que pas un seul d'entre vous ne le saviez, non, moi non plus ! On trouve un poil plus de WISHBONE ASH sur "Banner Headlines", le lick de guitare est plus expressif, mais diable que c'est répétitif ! La flying V rugit un tout petit peu par instant.

Bref, les écoutes se suivent et n'attirent pas beaucoup l'oreille ! 4 notes de gratte sur un titre ambient, c'est "Heritage", "Flutterby" est de la même veine mais avec seulement 3 notes... Vue la simplicité des interventions d'Andy, on se demande un peu – beaucoup – à quoi il sert dans ce projet, voyez donc sur "Trance Visionary", c'est presque indélicat de lui faire jouer des trucs pareils, et "Powerbright Voilation" n'est pas plus convaincante. Ah, nous avons un riff et un beat de drum sur "Powerbirght", des nanas qui causent, de la techno basique et peu originale avec "Narcissus Visionary", le riff revient ; allez, on note une belle portion acoustique à la fin de "The Loner", enfin un instant de musique qui tient la route damned, ça faisait un bail !

Il faudrait faire analyser ceci par un fan de techno, mais ma faible expérience me susurre que tout cet aréopage de titres ne vaut pas tripette, malgré un succès certain en boite. Je ne sais que vous dire de plus, essayez peut-être les titres que j'ai le moins descendu, on ne sait jamais. Dieu seul sait quelle mouche a piqué Andy Powell pour ainsi faire verser dans une autre dimension la musique de son groupe. Pas une twin guitare, pas un gros son, pas une ligne de chant. Voila qui est bien étrange, et j'ai toutes les difficultés du monde à encaisser le choc. Je suppose que notre Andy était tout fragilounet à cette époque et que l'aspect gourou de Mike BENNETT a fait le reste. C'est bien entendu, un 1 pointé négatif sur l'échelle de notation.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Mat BASTARD
Loov (2017)
Mat le bâtard !




SKIP THE USE
Can Be Late (2012)
Casser la baraque !!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare)
- Mark Birch (guitare)
- Bob Skeat (basse)
- Ray Weston (batterie)


1. Numerology
2. Wonderful Stash
3. Heritage
4. Interfaze /
5. Powerbright
6. Remnants Of A Paranormal Menagerie
7. Narcissus Visionary
8. Trance Visionary
9. Flutterby
10. Banner Headlines
11. The Loner
12. Powerbright Violation
13. Gutterfly
14. Wronged By Righteousness



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod