Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Strange Affair (1991)
Par ERWIN le 18 Novembre 2019          Consultée 376 fois

Si vous croyez que les choses se sont stabilisées de manière durable pour le dinosaure des seventies, vous rêvez ! En effet, le batteur Steve Upton qui jusqu'à présent faisait figure de bon élève est parti à son tour vers d'autres cieux. Les remplaçants se bousculent au portillon et le choix finit par se porter sur le requin de studio écossais Ray Weston. En revanche, c'est bien Martin Turner qui produit l'engin, et on assiste au retour attendu d'Andy Powell, enfin sorti des problèmes personnels qui l'avaient éloigné de sa chère Flying V. Voilà qui est une bonne nouvelle pour cette seizième livraison de WISHBONE ASH qui n'a désormais plus rien à prouver à quiconque en ce début des nineties. La pochette laisse présager un état d'esprit ludique en tout cas.

Après quelques années d'attente, on retrouve enfin la voix douce et mélodieuse d'Andy Powell sur du vinyle ! C'est avec l'éponyme "Strange Affair" qu'il reprend contact... avec les affaires ! Il s'agit d'un titre rock AOR sympa, avec un joli solo clair et un petit rythme bien tendu. Andy qui a en outre composé la moitié des titres de cet album laisse Martin et Ted se partager le chant sur "Wings Of Desire", qui penche plus vers une new-wave poppy, avec un petit beat polisson et sympathique mais en aucun cas "classique". "Renegade" est un brin moins mainstream, plus bluesy. Le chant d'Andy est sympa, dans un esprit un peu southern sur les bords, avec un joli solo de Ted. Je suis en revanche moins fan du traitement très AOR apposé à "Dream Train", titre ayant clairement mal vieilli. Nous avons enfin un morceau qui déménage avec "Hard Times"où Andy Powell pour le coup se fend d'un éclair de fun avec ce rock'n'roll qui déchire et swingue drôlement bien. La lap-steel de Ted est lumineuse : les petites interventions en twin sont de retour enfin, et cela change vraiment la donne !

Il y a trois compositions de Ted Turner sur cet opus. On l'y retrouve donc au chant et aux interventions en solo. Hélas, on débute par un "Say You Will" d'une mollesse redoutable, avant de revenir à des rythmes bontempi avec "Rollin" que j'ai bien du mal à expliquer comment notre Ted en est venu à écrire ce genre de titres synth-pop. Qui plus est, le rythme est trop rock pour permettre à la compo de briller, même avec un solo sympa. Dieu merci, Ted nous pond un titre carrément pêchu avec "Standing In The Rain" qui propose une ambiance toujours un peu matinée des aspects eighties qu'il aime à positionner dans ses compos, mais cette fois, l'aspect épique est aussi présent et donne à l'ensemble une fort belle allure. Tout ici évoque pour moi le BLUE OYSTER CULT du début des eigties. Cela dit, les points communs sont souvent nombreux entre les deux groupes.

L'unique contribution de Martin à cet album est "You". Comme souvent, les influences du bassiste chanteur transparaissent, comme celle de BOWIE, et de bonnes idées jaillissent de-ci, de-là. Le chant n'est guère à la hauteur car un brin sous mixé. Mais il s'agit sans nul doute d'un des titres intéressants de cette livraison. Enfin, un piano entame "Some Conversation", chantée par Martin sur une composition de l'Ecossais Matt Irving. Mais le style ne correspond pas du tout à celui du ASH. La mélodie se laisse écouter, mais je trouve qu'on se perd en route.

Cet énième album d'un des groupes majeurs des seventies, qui se laisse pas mal écouter, propose plusieurs morceaux de qualité. Malgré les éternels changements de line-up et les épreuves de la vie, WISHBONE ASH continue d'exister envers et contre tout, faisant preuve d'une belle constance au final. Pourtant, Martin Turner quitte le groupe quelques mois après la sortie de cet opus, fragilisant à nouveau le fier vaisseau britannique. Pas toujours simple, le destin de rock star. Un 3 solide.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Rod STEWART
Never A Dull Moment (1972)
Rod s'éclate




SKIP THE USE
Little Armageddon Tour (2015)
Ch'ti pois sauteur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare-chant sur 1,3,4,9)
- Ted Turner (guitare-chant sur 2,6,7,10)
- Martin Turner (basse-chant sur 2,5,8)
- Ray Weston (batterie)


1. Strange Affair
2. Wings Of Desire
3. Renegade
4. Dream Train
5. Some Conversation
6. Say You Will
7. Rollin
8. You
9. Hard Times
10. Standing In The Rain



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod