Recherche avancée       Liste groupes



      
AOR  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Illuminations (1996)
Par ERWIN le 19 Novembre 2019          Consultée 421 fois

Vous avez vu la date ? Il s'en sont passées des choses en cinq ans ! Souvenez-vous, Martin Turner est éjecté du vaisseau amiral suite à la sortie du précédent album, puis Ted Turner met les voiles lui aussi deux ans plus tard. Depuis, tout s'est plutôt mal passé entre Andy et les deux Turner. Toujours est-il que le blondin (désormais chauve comme un œuf) est désormais seul en charge du ASH. Il s'entoure alors d'une nouvelle équipe pour présider à la destinée du dinosaure, puis se tourne vers les ressources naissantes d'internet pour trouver des financements via les fans. Voilà un mec qui vit avec son temps ! Il déniche donc Roger Filgate, son nouvel alter ego six cordiste aux compos et à la production. Mike Sturgis à la batterie et Tony Kishman au micro et à la quatre cordes complètent le nouveau line-up. La pochette énigmatique mais mystique n'est guère réussie.

Une introduction en forme d'hymne progressif, puis une ambiance AOR avec un chant très américanisé sont les principaux trademarks de "Mountainside", premier contact avec ce tout nouveau WISHBONE ASH. Le refrain est réussi, avec de belles guitares. Les moments phares sont peu nombreux. On signale notamment les belles guitares acoustiques qui attaquent "The Ring", on retient ce joli riff très addictif comme le meilleur moment de cet opus. Puis on retrouve plus notre monstre sur la clôture instrumentale de l'album "The Crack Of Dawn". Les grattes sont ciselées et l'ambiance nous renvoie un peu vers Argus et There's the Rub.

C'est bien foutu, pas de doute : "On Your Own" reste dans cet état d'esprit. On peut toutefois reprocher un brin de mollesse et un certain manque d'originalité. Cependant, la flying V d'Andy est belle et bien là, rendant un morceau lambda en moment d'anthologie le temps des quelques secondes du solo. Et puisqu'on en parle, le seul titre chanté par Andy Powell est "No Joke", on y retrouve ses fameux licks de guitare, disséminés un peu partout et ses solos flamboyants, seules vraies valeurs ajoutées de la compo. On s'endort dès qu'il reprend le mike. Que nous disent les 10 minutes de "Tales Of The Wise" ? On aurait pu pencher vers une atmosphère progressive, mais en l'occurence, c'est plus soft rock qu'autre chose. Les guitares tiennent la baraque, notamment pendant la longue et magnifique section des solo, mais on a tendance à s'assoupir le reste du temps.

Globalement donc, tout ceci sonne soft rock/OR. On nage en pleine pop sur "Another Time", mais le rythme est agréable. Si La voix de Kishman, bien que limpide, ne m'emballe pas vraiment sur les compos du ASH, mais ce titre est vraiment sympa. Hélas, on erre dans une pop mainstream très larmoyante sur "Top Of The World ", puis c'est toujours mollasson sur "A Thousand Years", même si une humeur guillerette se détache de la compo. On croirait JOURNEY ou FOREIGNER sur "Mystery Man", pas l'aspect que je préfère du ASH. La voix de Tony y est pour beaucoup et ne rappelle pas les ambiances habituelles. Il faut systématiquement attendre la guitare d'Andy pour retrouver le groupe britannique, mais le refrain se laisse écouter. Enfin, les guitares sont aimables sur "Wait Out The Storm", mais la compo ne nous transporte pas vers les sommets, c'est du soft rock sympa sans plus.

Difficile de retrouver le style du ASH sans las habituelles contributions vocales de Turner et de Powell. La voix de Tony Kishman est bonne, mais nous emmène loin des élans classiques auxquels le groupe nous avait habitués. En gros, cela ne sonne plus comme WISHBONE ASH... Quand vous êtes fans, vous avez deux options, soit vous réagissez en négatif et refusez d'un bloc tout ceci, soit vous vous donnez un peu de peine et vous trouvez quelques aspects positifs. Donc pour les die hard, je conseille l'écoute de "The Ring"... pour les autres, passez votre chemin !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Hubert Felix THIEFAINE
Le Bonheur De La Tentation (1998)
Le démon l'emporte sur l'ange.




Dave STEWART
The Ringmaster General (2012)
Exemple d'intégration !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare-chant sur 4)
- Tony Kishman (chant-basse)
- Roger Filgate (guitare)
- Mike Sturgis (batterie)


1. Mountainside
2. On Your Own
3. Top Of The World
4. No Joke
5. Tales Of The Wise
6. Another Time
7. A Thousand Years
8. The Ring
9. Comfort Zone
10. Mystery Man
11. Wait Out The Storm
12. The Crack Of Dawn



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod