Recherche avancée       Liste groupes



      
INSTRUMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Nouveau Calls (1988)
Par ERWIN le 14 Novembre 2019          Consultée 419 fois

Dans le méli-mélo incessant que sont les changements de personnel au sein de WISHBONE ASH, on n'est guère surpris d'apprendre le départ du solide Laurie Wisefield qui va désormais offrir ses services de requin au plus offrant, puis celui du bassiste chanteur Mervy Spence. Retour à la case départ pour Upton et Powell. Et puis, le coup du destin : leur ex-manager Miles Copeland se met en tête de leur proposer un album instrumental pour son nouveau label, et de réunir le quatuor initial du ASH ! Imaginez un peu la réaction des fans ! Un album purement instrumental avec des tonnes de grattes partout ! Ô joie ! Les deux Turner acceptent de réintégrer le vieux dinosaure et nous voici en studio pour un album instrumental. J'en rêvais !

"Tangible évidence" débute par un beat de synthés, une basse virevoltante et quelques grattes maigrichonnes. Voilà qui n'est guère convaincant, en plus d'être déconcertant. Un petit solo sympa de Ted, profitez-en car il ne va pas beaucoup se rappeler à notre bon souvenir sur cet opus puisqu'il ne propose pas la moindre compo. Des cuivres et un esprit presque lounge règnent sur un "Flags Of Convenience" guère passionnant. Et que dire du ton orientalisant de "Arabesque" ? La basse est certes véloce, mais le résultat final est… étonnant, pour ne pas dire perturbant ! Mais où est le déluge de gratte promis bordel ? Tous ces synthés partout, voilà qui a tendance à me les briser menu.

"Clousseau" propose un petit riff entêtant, des bridges rocksteady et un esprit très pop au final, on pioche un peu partout. La basse de Martin tient la baraque et on retrouve des petits licks de synthé un peu partout. Pas désagréable, mais tellement loin du pré-carré habituel – enfin habituel il faut le dire vite avec WISHBONE ASH ! -, ça sonne comme une musique d'ambiance très eighties, seuls les solos ont belle allure. "In The Skin" pioche dans l'A.O.R, un brin plus de guitare, mais tout ça n'a rien de flamboyant ! Un chouette solo d'Andy, puis on retourne vers des sonorités bluesy sur le final incongru. Un son Shadows sur "From Soho To Sunset", voilà qui est sympa. Ce qui l'est moins en revanche, c'est l'esprit inconsistant de cette nouvelle composition, bâtie sur un unique riff de gratte plutôt simpliste. Alors certes, parfois c'est gagnant, mais là, on se perd un peu en conjectures. Après la mode des shredders de Mike Varney deux ans auparavant, le titre "Something Happening In Room 602" semble bien léger : un peu de SHADOWS, un peu de GILMOUR, mouais, on continue de rater le cassage de brique, et ça ne paye pas le paquet de caramels mous tout ça !

Les trois derniers morceaux sortent de la Gibson flying V de ce cher Andy : "The Spirit Files free" n'est pas trop naze, avec une jolie guitare comme on les aime, même si on se demande un peu d'où sort le banjo. En revanche, "A Rose Is A Rose" est trop ambient, trop molle, trop banale pour réellement briller. Enfin, "Real Guitars Have Wings" achève le disque avec son mix de sons cyber et de belles guitares acérées à la WISHBONE ASH, enfin ! C'est bien la seule fois du disque ! Même au fond du trou, Andy Powell reste le maître !

Enfin, un titre à retenir de cette livraison ! Voilà qui n'est pas bien reluisant. On met donc celui-là de côté pour les lives et autres best of, tout le reste ne sert à rien. On atteint péniblement un 2 bien mollasson. Quelle déception ! Alors que tout fan du ASH rêvait d'un opus instrumental, c'est une vraie catastrophe. Dieu merci, la tournée de la reformation qui s'ensuit remporte un succès conséquent et permet au groupe de continuer l'aventure sous les meilleurs auspices. Il va le falloir pour redresser la barre !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Stevie NICKS
Bella Donna (1981)
La colombe s'envole




Chris REA
On The Beach (1986)
Forever on the beach


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (guitare)
- Ted Turner (guitare)
- Martin Turner (basse)
- Steve Upton (batterie)


1. Tangible Evidence
2. Clousseau
3. Flags Of Convenience
4. From Soho To Sunset
5. Arabesque
6. In The Skin
7. Something Happening In Room 602
8. Johnny Left Home Without It
9. The Spirit Files Free
10. A Rose Is A Rose
11. Real Guitars Have Wings



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod