Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1984 Rising Force
1985 Marching Out
1986 Trilogy
1988 Odyssey
1989 Trial By Fire , Live In ...
1990 Eclipse
1992 Fire And Ice
1994 The Seventh Sign
  I Can't Wait
1995 Magnum Opus
1996 Inspiration
1998 Facing The Animal
  Concerto Suite For El...
1999 Alchemy
2000 War To End All Wars
  Live!
  Anthology 1994-1999
2002 Attack!
  The Genesis
2005 Unleash The Fury
2008 Perpetual Flame
2010 Relentless
2012 Spellbound
2016 World On Fire
2019 Blue Lightning
2021 Parabellum

Yngwie MALMSTEEN - Rising Force (1984)
Par NESTOR le 30 Juillet 2021          Consultée 931 fois

En 1983, récemment arrivé de sa Suède natale, le jeune Yngwie J. MALMSTEEN fait dans un premier temps un passage rapide par les groupes STEELER et ALCATRAZZ. Une période qu'avec son humilité légendaire il analyse ainsi : 'C'était comme lorsque Jimi HENDRIX a débarqué à Londres : les ROLLING STONES et Eric CLAPTON venaient voir le phénomène, c'était la même chose avec moi' (Rock Hard, juillet 2021).

Mais rapidement, cela ne suffit pas au jeune poulain du producteur Mike Varney, qui décide dès l'année suivante de se lancer dans l’aventure solo pour monter son propre groupe, le Yngwie J. Malmsteen's Rising. Il faut dire que déjà au sein d’ALACATRAZZ, le jeune Suédois avait fait montre de son impressionnante dextérité à la six cordes. Le morceau "Hiroshima Mon Amour" ayant très certainement donné quelques cauchemars à bon nombre de guitaristes.
Mais au sein de ce premier album solo, il repousse les limites encore plus loin. Tout est magistral de bout en bout. Durant les 8 morceaux qui composent ce premier opus, six instrumentaux et deux titres chantés (un choix de sa maison de disque, Yngwie souhaitant inclure plus de morceaux chantés), le guitariste éclabousse l’auditeur de sa classe et de sa rapidité. En état de grâce, il pousse encore plus en avant la démarche initiée par Ritchie BLACKMORE et 'créé' un nouveau style musical, le Métal néo-classique, en mixant influences classiques puisées auprès de BACH et PAGANINI (qu’il remercie dans le livret, en toute simplicité, au même titre que J. HENDRIX d’ailleurs), et interprétation électrique.
Dès l’incroyable "Black Star", et son introduction à la guitare sèche qui annonce des soli planants, Yngwie plante le décor ; une alternance de passage ouvertement classiques et de soli hyper rapides, le tout enrobé d’émotion (si, si, à l'époque il en était capable).
L'album nous sert un festival de guitare, alternant les techniques : legato (technique proche du tapping et qui consiste à lier les notes en jouant uniquement avec la main gauche), trille (ornement musical, imaginé au 16ème siècle, qui consiste à alterner très rapidement la note principale et la note située au-dessus), sweep (attaque des cordes toujours dans la même direction, plutôt que d’utiliser l’aller-retour), sans jamais que cet étalage de dextérité ne se fasse au détriment de la mélodie ni de l'efficacité des compositions.
Que ce soit au travers de "Far Beyond The Sun", au rythme endiablé et aux duels guitare/clavier millimétrés, de "Evil Eye" dont on trouve déjà la trace sur le Live Sentence d’ALCATRAZZ, "Little Savage" et son alternance d’ambiances planantes et de clavier aux sonorités F.M, ou de "Icarus’ Dream Suite Opus 4", et son passage tiré de l’Adagio d’ALBINONI, chaque titre est une réussite.
Les deux morceaux chantés ("Now Your Ships Are Burned" et "As Above, So Below") ne dépareillent pas. Tout au plus peut on regretter le caractère un peu répétitif des paroles et le mixage un peu faible de la voix sur ce dernier titre. Mais Jeff Scott SOTO, alors âgé de seulement 18 ans, arrive à tirer son épingle du jeu grâce à son timbre de voix puissant et grave, bien que ses parties aient été enregistrées en une demi-journée.
En effet, loin de l’image de star égocentrique qui lui colle à la peau, le guitariste laisse ses musiciens s’exprimer. Ainsi, Jens Johansson, futur STRATOVARIUS, gratifie-t-il l’album de magnifiques parties de clavier ("Evil Eye", "Far Beyond The Sun").

Avec ce premier chef-d’œuvre, Yngwie J. MALMSTEEN, impose sa technique surhumaine et son talent de compositeur. Il est à ce titre le précurseur de toute une myriade d’ersatz, à l’instar de Tony Mc ALPINE et de Vinnie MOORE, pour ne citer que les plus talentueux ou intéressants. Mais également une source d’inspiration énorme pour tous les guitaristes de la vague néo-classique et true metal.
Les seuls points faibles de l’album sont peut-être à chercher dans la batterie au style un peu mécanique et dans le son qui manque parfois un peu de puissance (l’album aurait coûté moins de 49 000 € !).
Ce premier opus atteint la 60ème place des classements américains, chose assez exceptionnelle au regard du style proposé. Nominé aux Grammy dans la catégorie 'Best Rock Instrumental Performance', il propulse le jeune Suédois directement au rang de Dieu de la six cordes.
Alors pas d’hésitation, que vous aimiez ou non la guitare, que vous soyez fervent de technique ou que vous cherchiez de l’émotion, ce disque est fait pour vous. Est fait pour tous.
Loin des errances dans lesquelles le jeune prodige s'embourbera bien plus tard, ce Rising Force est d'une force et d'une fraîcheur incroyables.
Magistral !

A lire aussi en METAL par NESTOR :


ALICE COOPER
Brutal Planet (2000)
Alice déroutant, mais toujours au top




FAITH NO MORE
The Real Thing (1989)
Et le crapaud devint princesse


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Yngwie J. Malmsteen (guitare, basse, génie)
- Barriemore Barlow (batterie)
- Jeff Scott Soto (chant)
- Jens Johansson (claviers)


1. Black Star
2. Far Beyond The Sun
3. Now Your Ships Are Burned
4. Evil Eye
5. Icarus' Dream Suite Op. 4
6. As Above, So Below
7. Little Savage
8. Farewell



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod