Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ FRANÇAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michel DELPECH - Photos Souvenirs (2021)
Par MARCO STIVELL le 3 Août 2021          Consultée 1424 fois

Cinq années et demie plus tôt, nous quittait Michel DELPECH. Même si à cette époque son temps doré de chanteur-vedette était loin derrière lui, il a laissé dès le 2 janvier 2016 un grand vide dans le monde de la chanson française.

Pour une raison ou l'autre, en cette période estivale, la grande maison Fontana-Universal publie un disque inédit, Photos Souvenirs, fait de reprises, autant de chansons, interprétées par d'autres vedettes françaises, que DELPECH a enregistrées vers la fin des années 90, destinant le tout à des albums 'Various-Artists', sessions habillées puis compilées par les très talentueux Régis Ceccarelli (musicien principal, directeur musical) et Dominique Blanc-Francard (ingénieur du son, patron du studio Labomatic).

Session en petit comité : outre le technicien-magicien qui a largement fait et refait ses preuves depuis la grande époque du château d'Hérouville, Régis Ceccarelli joue lui-même toutes les parties de batterie, percussions, claviers (hors piano) et même certaines guitares, tandis que le duo Laurent Vernerey/Sébastien Chouard se charge des parties basse/six-cordes, et qu'un quatuor à cordes participe la moitié du temps. Ce n'est peut-être pas la meilleure réalisation de Blanc-Francard (une poignée de titres souffre un peu d'étouffement), mais c'est nettement au-dessus de ce que DELPECH a produit dans sa propre carrière à la même époque (albums Le Roi de Rien et Cadeau de Noël).

Dans l'ensemble, on est heureux de découvrir que le chanteur à la belle voix s'est de nouveau essayé à la reprise quelques vingt ans après la sortie de 5000 Kilomètres (1979). Contrairement à ce dernier qui tentait laborieusement de traduire des chansons anglo-saxonnes, DELPECH s'est ici concentré sur du français pur jus. Avec une préférence pour William SHELLER doublement présent (rappelons que Paul SIMON avait eu triple hommage en '79 !) venus de deux périodes différentes : l'une ("Photos souvenirs"), caractéristique de son premier trio d'albums chantés entre 1975 et 77, est difficile d'écoute mais pas forcément pour de bonnes raisons, tandis que l'autre se révèle un peu plus attendue.

"Photos souvenirs", malgré une ambiance plus soft, latino et sympathique qu'à l'origine, les cordes s'y baladant avec élégance, n'est toutefois pas dans le haut du panier, à cause du son et d'un débit de paroles (les villes énumérées dans le texte) mal maîtrisé. Au rang des réserves, Michel DELPECH a beau faire, mais il est difficile d'oublier Serge GAINSBOURG sur "Je suis venu te dire que je m'en vais", tout en désinvolture mélodique, malgré un réarrangement des plus intéressants (ce hammered dulcimer et autres sons cristallins, miam !).

Il en est de même de "Quelque chose de Tennessee" de Johnny HALLYDAY, avec au départ un beau vibrato dans le chant, mais DELPECH ne peut sonner aussi rock-ailleux que l'ancienne Idole, et notamment lors de l'envolée finale, même si le solo nerveux de Sébastien Chouard tente de rattraper la chose. Pour le reste, c'est joli. On note qu'il a fallu attendre ce disque et cet enregistrement de "Tennessee" pour que Michel soit rejoint par sa chère et tendre Geneviève, remplaçante de Nathalie Baye durant la courte introduction, et avec (tiens donc !) une intonation très significative de la medium qu'on l'imagine être sans l'avoir connue.

On note donc, à travers des orchestrations plutôt fidèles, une ou deux touches 80's dans ce qui demeure une sélection plutôt années 70's. Avec une voix parfois rauque sur "Dites-moi" de Michel JONASZ ou alors une prestation très agréable sur "J't'aime bien Lili" de Philippe CHATEL avec effet d'écho vocal comme il aimait en user voire abuser entre 1969 et 1973, monsieur "Pour un flirt" et "Wight is Wight" prouve une fois de plus et d'une manière inédite, en humbles hommages, ses qualités d'interprète, à travers une sélection relativement juste. Et un habit musical des plus seyants fait de belles rythmiques, de mélodies blues romantiques et de guitares folk en arpèges.

"Quelques Mots d'Amour", emprunt de choix à Michel BERGER, moins lyrique, mais plus doux et jazzy, met l'accent sur le rapport piano-cordes, résonances pures de guitare électrique, batterie aux balais par Ceccarelli et même un solo de saxophone inattendu par Pierre Bertrand, tout en douceur. C'est l'un des exemples où j'avoue préférer l'interprète de la reprise à celui d'origine. Dans le même ordre d'idée, à mon sens, Michel DELPECH s'approprie totalement et fort bien "Fais-moi une place" du chevrotant Julien CLERC. La batterie plus country par moments, rendant le slow plus pimenté, y est un délice.

Très chic, cette idée de rendre gloire aussi bien à Alain SOUCHON ("Ultra Moderne Solitude", sax soprano de Chris White remplacé par un solo de synthé vraiment chouette) qu'à son confrère Laurent VOULZY ("Le Coeur Grenadine"), chant oscillant à merveille entre grave et falsetto pour la première, et voix "soufflée" avec vibrato léger pour la seconde. Et ces choeurs féminins doux que l'on ne connaîtra jamais !

Le bijou véritable de l'album et qui n'enlève rien à son essence première, c'est "Un homme heureux" de SHELLER, chantée moins haut, et mieux là encore. Beaucoup d'amateurs reconnaissent que la voix de William n'est pas son point le plus fort. DELPECH joue le désabusé certes, mais quelle âme dans cette interprétation, en sachant ce qu'il a traversé ! Et ce choix de piano moins classique, ce clavier-cordes discret en fond, ah ! Cela aurait pu se terminer là pour notre regretté chanteur, mais il y a encore, et pour ne pas classer ce disque en simple tribute, une reprise personnelle, celle du tout premier tube en 1966 : "Chez Laurette". Piano, jazz à trois temps, vibraphone, surtout absence de choeurs, d'effet variété à l'ancienne, pour une redécouverte idéale de ce très beau morceau. Et une manière distinguée de boucler la boucle, en post-scriptum et post-mortem.

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par MARCO STIVELL :


Alain SOUCHON
Toto 30 Ans, Rien Que Du Malheur... (1978)
Souchon et Bretons




Jacques DUTRONC
Jacques Dutronc (il Est Cinq Heures) (1968)
Pop-rock français


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michel Delpech (chant)
- Régis Ceccarelli (batterie, claviers, guitares, choeurs)
- Laurent Vernerey (basse)
- Cyril Barbessol (piano)
- Sébastien Chouard (guitares)
- Christophe Guiot, David Naulin (violon)
- Marie Chilemme (alto)
- Jean-philippe Audin (violoncelle)
- Pierre Bertrand (saxophone)


1. J't'aime Bien Lili
2. Photos Souvenirs
3. Dites-moi
4. Quelque Chose De Tennessee
5. Ultra Moderne Solitude
6. Je Suis Venu Te Dire Que Je M'en Vais
7. Fais-moi Une Place
8. Le Coeur Grenadine
9. Quelques Mots D'amour
10. Un Homme Heureux
11. Chez Laurette



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod