Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1984 Opium
1986 What Do You Know Deutschland ?
1988 Don't Blow Your Top
1989 Uaioe
1990 Naive
1992 Money
1993 Angst
1995 Nihil
1996 Xtort
1997 Symbols
1999 Adios
2002 Attak
2003 Wwiii
2005 Hau Ruck
2007 Tohuvabohu
2009 Blitz
2011 Wtf!?
2013 Kunst
2014 Our Time Will Come
2017 Hell Yeah
2019 Paradise
2022 Hyena
 

1984 Opium
2014 Our Time Will Come

KMFDM - Hell Yeah (2017)
Par ERWIN le 26 Novembre 2022          Consultée 139 fois

Brute! S’est encore fendu d’une pochette rigolote : une petite mise en abîme tellement révélatrice de nos époques ou le portable devient le compagnon privilégié de chaque instant de décérébration radicale ! Il fallait le souligner, et ce n’est pas moi qui vais accuser le coquin Sascha Konietzko de fustiger ainsi l’engin roi de notre époque. Il s’agit du vingtième opus pour la bande des teutons rois de l’industriel inclassable, un sacré score pour un groupe qui n’était à la base qu’un projet de Happening et de performance. Qui eut cru au début des annés 80 qu’un jour, l’iroquois allait se retrouver à la tête d’une telle œuvre ?

Dès l’introductive "Freak Flag", on sent la volonté d’alléger quelque peu le propos, même la voix de Lucia est plus calibrée. Le son reste bien dense, mais les guitares sont passées a l’arrière plan au profit de la puissance des sequencers, bruitages et collages en tout genre. La composition est agréable mais n’emporte pas mon adhésion totale. Puis nous sommes back dans la batcave gothique chère à BAUHAUS dans "Murder My Heart", avec des synthés que YAZOO n’aurait pas renié. Notre jolie Lucia y est superbe d’aisance. Mais le titre évolue de bout en bout avec un solo final de Hammond inqualifiable dans un endroit pareil… Toute la folie de Sascha Konietzko en un seul titre.

Blast beat technoïdien et sequencers en avant, tel un KILLING JOKE allemand, "Hell Yeah" penche vers une quasi pop ne serait ce les grosses grattes du refrain. Vous me direz c’est un peu la marque de fabrique de KMFDM… Ok je vous l’accorde, les grattes emportent tout sur leur passage. Très gros son et ambiance plutôt dance club. Sascha est super agressif sur "Burning Brain", qui voit les grattes prendre le pouvoir avec une puissance folle, cette rythmique en mitraillette n’a rien de simple a jouer. Le bridge et le refrain sonnent fort, avec un son dantesque. La fusion techno/Metal bat son plein sur la conclusion de "Glam Glitz Guts & Gore", c’est rapide violent et basique, de quoi en foutre plein la tronche a quiconque doutera de la puissance du groupe. On repart dans un délire technoïde sur "Fake News" jusqu’à l’immixtion d’un refrain aux consonances presque pop.

L’étrange début et fin des "Oppression 1/2  et 2/2" remet le dub au centre des débats, alors que Sascha semblait avoir oublié une de ses influences premières… Oui mais c’est raté puisque le titre se transforme en ersatz de Thrash metal sur "Total State Machine", avec une rythmique à décorner les plus gros bœufs. On évolue entre EBM et industriel tout du long, avec des inserts metallisés… De l’inclassable KMFDM quoi… Mais si on n’a pas compris le message "The Government hates you" répété à l’envie...ça c’est fait, avec un riff de synthé psychiatrique fait pour entrer le message dans la caboche, efficace non ?Et le dub reprend d’ailleurs ses droits sur "Rip The System 2,0", plus mainstream mais avec toujours des percussions de l’enfer sidérurgiques et un rythme binaire débilitant.

Bruitage et slap d’enfer accompagnant Lucia qui flowe plutôt bien sur "Rx 4 The Damned", avec Doug Wimbish de LIVING COLOUR à la compo. Je parlais de YAZOO… écoutez donc l’intro de "Shock"… Certes Lucia n’est pas Alison MOYET mais la comparaison n’est pas si foireuse que ça. L’ensemble sonne donc très new wave. Très peu de guitare dans le coin. Voyez donc cette incongruité : Lucia chante en mode slow avec bruitages et collages en tous genre, suivie par un orgue liturgique, "Only Lovers" dispose donc d’une troublante identité très originale dans la discographie de KMFDM. Un titre ambitieux qui mérite quelques écoutes.

Comme son prédécesseur, ce Hell Yeah ne bénéficie pas de la fabuleuse aura des meilleurs opus de KMFDM. Difficile d’en vouloir à Sascha Konietzko d’être moins brillant qu’auparavant sur ses compositions. Le maestro KaptainK reste une bonne tête de con subversif qui prône toujours des messages bien envoyés à la tronche des états de notre monde comme sur "Total State Machine". Quelques titres sont toutefois de belle facture - "Only Lovers" ! -, je n’en vois pas susceptible d’intégrer le top 10 du groupe mais je vous encourage tout de même à l’écoute attentive de ceux qui m’ont accroché l’oreille. Je reste donc sur un trois pour cette livraison.

A lire aussi en INDUS par ERWIN :


STABBING WESTWARD
Chasing Ghosts (2022)
Retour réussi d'un grand de l'indus




RAMMSTEIN
Rammstein (2019)
Une bonne flambée

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Sascha Konietzko (chant-guitare-claviers)
- Lucia Cifarelli (chant)
- Andy Selway (batterie)


1. Hell Yeah
2. Freak Flag
3. Oppression 1/2
4. Total State Machine
5. Oppression 2/2
6. Murder My Heart
7. Rip The System 2.0
8. Shock
9. Fake News
10. Rx 4 The Damned
11. Burning Brain
12. Only Lovers
13. Glam Glitz Guts & Gore



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod