Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1984 Opium
1986 What Do You Know Deutschland ?
1988 Don't Blow Your Top
1989 Uaioe
1990 Naive
1992 Money
1993 Angst
1995 Nihil
1996 Xtort
1997 Symbols
1999 Adios
2002 Attak
2003 Wwiii
2005 Hau Ruck
2007 Tohuvabohu
2009 Blitz
2011 Wtf!?
2013 Kunst
2014 Our Time Will Come
2017 Hell Yeah
2019 Paradise
2022 Hyena
 

1984 Opium
2014 Our Time Will Come

KMFDM - What Do You Know Deutschland ? (1986)
Par ERWIN le 29 Octobre 2022          Consultée 271 fois

Après un premier album plus arty que réellement musical, Sascha Koitezko remet le couvert deux ans plus tard et compte bien assaisonner le monde de la musique de la puissance de son esprit déraisonnable. Désormais le dessinateur Brutel sera aux commandes des pochettes de tous les albums de KMFDM, ce qui n’est pas rien car en matière de visuel le groupe se pose la, l’identité du groupe s’en trouve renforcée, la pochette est d’ailleurs troublante à cet égard, on sent toute la puissance – toujours controversée - de la terre germanique alors que le mur de Berlin ne tombera que trois ans plus tard. Un deuxième album attendu par les amateurs du genre, sans réellement savoir quelle direction la musique va prendre.

Quelques titres sont quasim ent des chansons cette fois : si on excepte la gratte distorsionnée, le reste de "Kickin Ass" pourrait presque sonner new wave avec des sonorités à la DEPECHE MODE époque Vince Clarke. Puis Sascha Konietzko lache sa voix sur "Me I Funk", ce qui augure de futurs débordements plus violents. Sur ce titre, une basse et des percussions plus froide tu meurs forme ne ossature frustre jusqu’à l’arrivée d’une guitare raidasse très punky. Une forme d’indus technoïdé, nanti de quelques portions incongrus d’une chanson de TREX "Ballrooms Of Mars", étrange association. Enfin, un petit peu de mélodie avec "Luthans", qui voit une belle distorsion prendre le pouvoir dans un ensemble bien noirâtre proche des thèmes de KILLING JOKE question puissance ou de JOY DIVISION question ambiance, tout ceci sur de l’allemand « chantée ».

Le reste nous rapproche des tentatives bruitistes du premier opus. Toujours ces extraits de discours et d’interviews sur "What Do You Know", cela donne à l’ensemble une identité "performer", élément qui sera toujours clé dans la créativité de Konietzko. Ca s’écoute mais c’est bien raide à déguster… ça a aussi pris un petit coup de vieux ! "Zip" nous emmène vers des paysages plus funky avec une basse et une guitare plus groovy… Encore que dire groovy pour parler de musique indus… c’est troublant ! Bruitage percussifs, extraits de discours, babasse bodybuildée et gratte bien crasseuse, "Conillon" impose déjà les prémices d’un industriel bien chromé.

Il semble clair que pour le moment le KMFDM de Sascha Konietsko est plus un acte de performing, la musique est au second plan. L’impact sur les futurs mouvements techno ne doit cependant pas être pris à la légère, nous ne sommes après tout qu’en 1986. On repart vers des contrées technoïdes avec "Itchy Bitchy", sequencers et percussions beat en première ligne, tel un FRONT 242 de fière renommée. Certes intéressant mais peu mémorable en terme de son. La dance version nous amène au plus près du pré carré du groupe belge précité, ainsi que de EINSTURZENDE NEUBAUTEN, sans décoller pour autant malgré des beat sympas. Les bruitages évoquent un DEPECHE MODE meet KRAFTWERK sur "Deutsche Schuld", c’est bien sur original et très expérimental,mais peu qualitatif pour le moment.

Raymond répète à l’envie le titre "The Unrestrained Use Of Excessive Force", comme pour nous l’enfoncer dans la caboche, du performing , sa voix de crécelle porte bien sur cette ambiance délétère et mortifère qu’on imagine bien en BO d’un monde apocaliptyque sacrément merdique. "Positiv" avec ses discours sans queues ni têtes se positionne dans le même axe, En et Sascha y hurlent et growlent. La très percussive « Sieg Sieg » ne voit guère le jour au niveau mélodique, et évoque des combats de rue, des tirs, des bombes.

Pas facile à rentrer la dedans à moins que vous ne soyez un maniaque des collages de son. Sascha Konietzko expérimente a donf sur ce deuxième album. Pour l’instant, la musique est difficilement recommandable car surtout à base de percussions et de collages divers. Les technoïdes en auront pour leurs frais ainsi que pour leurs oreilles ! Pour tous les autres et surtout les metaleux amateurs de gros son, passez votre chemin, tout ceci est difficilement écoutable. Je reste toutefois sur un deux, il faut reconnaître la patte de l’artiste en pleine gestation.

A lire aussi en INDUS par ERWIN :


RAMMSTEIN
Rammstein (2019)
Une bonne flambée

(+ 1 kro-express)



RAMMSTEIN
Herzeleid (1995)
Rrrrrrammm------steinnnnnnnn !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- En Esch (guitare-batterie-chant)
- Sascha Konietzko (claviers-chant-guitare-basse)
- Raymond Watts (chant)


1. Kickin Ass
2. Me I Funk
3. What Do You Know
4. Zip
5. Conillon
6. Itchy Bitchy
7. Deutsche Schuld
8. Sieg Sieg
9. Positiv
10. Luthans
11. Itchy Bitchy Dance Version
12. The Unrestrained Use Of Excessive Force



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod