Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1984 Opium
1986 What Do You Know Deutschland ?
1988 Don't Blow Your Top
1989 Uaioe
1990 Naive
1992 Money
1993 Angst
1995 Nihil
1996 Xtort
1997 Symbols
1999 Adios
2002 Attak
2003 Wwiii
2005 Hau Ruck
2007 Tohuvabohu
2009 Blitz
2011 Wtf!?
2013 Kunst
2014 Our Time Will Come
2017 Hell Yeah
2019 Paradise
2022 Hyena
 

1984 Opium
2014 Our Time Will Come

KMFDM - Symbols (1997)
Par ERWIN le 12 Novembre 2022          Consultée 227 fois

Le dixième album, cela compte dans une carrière. Les teutons sidérurgiques parviennent déjà à ce chiffre au bout de treize années de bons et loyaux services. La situation de crise est passée et En Esch est de nouveau présent avec son collègue Sascha Konietzko pour nous pondre de nouveaux riffs technoïdés et survitaminés. Nous assistons aussi au retour de l’anglais Raymond Watts ainsi que de l’introduction de plusieurs membres pour les trois albums à venir. Ne soyez pas surpris par le titre, il s’agit de la seule manière de le prononcer puisque ces coquins de Konietzko et Esch ont placé cinq onomatopées de BD en guise de titre, d’où ce Symbols. Cette couverture de Brute!, très violente, n’est pas sa meilleure, mais prouve que le groupe souhaite toujours en découdre.

"Megalomaniac" introduit l’opus à coup de sequencers bien timbrés. L’ambiance club techno est lancée par un beat très rythmé; les vocoder enrobent les voix de Sascha et d’En; la gratte se lance dans une rythmique endiablée; l’ensemble a une bonne gueule de défonce au coeur de la nuit; les telluriques synthés à la FRONT 242 sont de la partie. Cool ! La sidérurgie reprend ses droits sur la reptative "Mercy", nantie d’un refrain de l’espace sur des grattes d’acier chromé "What Do You Mean By That" ? C’est vraiment réussi, et l’ambiance de B.O qui plane là-dessus est superbement évocatrice. La force de cette composition est bluffante, il faut l’écouter très fort et sans arrière-pensée, c’est direct 'In Your Face' comme KMFDM sait le faire, le top de cette livraison.

La guitare SHADOWS typée sixties de "Stray Bullet" s’agrège aux sequencers et l’ensemble a une belle gueule d’hymne crépusculaire. Le refrain s’insère dans le cortex avec la facilité d’un shoot d’adrénaline. On a très vite envie de le chanter avec Sascha, un chouette moment assez original dans la discographie du groupe. Le mélange synth-pop et metal lourd trouve une belle symbolique dans la construction de "Leid Und Elend", chantée en allemand. On peut y voir une tentative de suivre l’évolution des collègues de RAMMSTEIN, dont nous sommes ici très proches, puisque la langue de Goethe est désormais reconnue comme d’utilité publique dans la monde de la musique.

Le nouveau venu Nivek Ogre, chanteur de SKINNY PUPPY, amène les lyrics de "Torture" dans sa besace, un morceau alambiqué et très synthétique qu’il chante lui-même. Pas désagréable mais pas au niveau de la puissance habituellement développée par KMFDM. Les lyrics de "Anarchy" signés Tim Skold reflètent la volonté de Sascha d’abandonner pour quelque temps sa totale main de fer sur le géant industriel. La voix douce de Tim passe fort bien et impose une identité plus axée post punk new-wave. Cornemuse et lalala punky en ouverture de "Down And Out", on y entend la bassiste Abby Williams pour la première fois. Le titre est pour moi un brin brouillon, mixant beaucoup d’élements divers qui empêchent une certaine unité, à défaut d’identité. Qui plus est, il n’explose pas et reste dans la retenue. "Waste" qui ne me convainc pas plus garde une certaine réserve, avec à nouveau la voix agressive de Abby.

Raymond Watts s’est pointé avec deux titres écrits de son côté, non issus de collaboration avec le deus ex machina du groupe Sascha Konietzko. L'Anglais susurre "Spit Sperm" ou le growle, comme il aime à le faire. C’est lent et assez sympa, sans déployer l’intensité ni la puissance allemande, de bon aloi cependant. Bien sûr, le leader reste à la composition comme il se doit. Ray est aussi à la baguette sur la rampante "Unfit", un titre glauquissime qui rappelle pas mal MINISTRY. Je vous l’accorde, cette comparaison n’est guère convaincante.

La présence de trois titres de très belle facture ne masque en rien le fait que Symbols est l’album le plus fragile de KMFDM depuis un paquet de temps. L’adjonction du sang neuf ne se fait pas sans conséquence. Les arrivées de Raymond, Tim, Nivek et Abby, bien que revigorant les prestations live du groupe, ont aussi le défaut de devoir les imposer rapidement. C’est donc un léger retrait des forces habituelles de conduction du géant industriel ; Sascha et En Esch, bien que présents tout du long, laissent ici à mon sens trop de liberté à leurs sbires. Ca ne leur ressemble guère et le résultat est légèrement moins bon qu’à l’accoutumée.

A lire aussi en INDUS par ERWIN :


KMFDM
Naive (1990)
Ebm metal indus




KMFDM
Angst (1993)
S'il ne faut en retenir qu'un


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Sacha Konietzko (chant-batterie-claviers)
- En Esch (chant-guitare-basse-claviers)
- Gunther Schultz (guitare-chant)
- Raymond Watts (chant-guitare)
- Abby Williams (chant-basse)
- William Riefflin (batterie)
- Michel Bassin (guitare)
- Ogre Nivek (chant)
- Tim Skold (chant)


1. Megalomaniac
2. Stray Bullet
3. Leid Und Elend
4. Mercy
5. Torture
6. Spit Sperm
7. Anarchy
8. Down And Out
9. Unfit
10. Waste



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod