Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ FRANÇAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Nicolas PEYRAC - Seulement L'amour (2003)
Par MARCO STIVELL le 7 Janvier 2023          Consultée 576 fois

Franchement déçu et ulcéré de l'accueil frileux (en dehors de quelques chroniques positives) réservé à son dernier album Autrement, dû à une promotion tirant vers le néant et d'autant plus injuste au regard de la qualité artistique indéniable, Nicolas PEYRAC écrit son nouvel album dans l'urgence mais prend son temps pour le réaliser. Entretemps, opportunité lui vient de signer un contrat durable chez BMG et de renouer avec une équipe de fidèles amis.

En 2003 donc, si Seulement l'Amour apparaît comme un album désabusé, c'est parce qu'il parle de filles, de blessures et de ruptures exclusivement dans sa première partie. Le ton est moins revanchard qu'attendu, d'abord parce que l'artiste reconnaît lui-même que ce n'est pas en accord avec ce qu'il veut être, préférant un album simple destiné à tout le monde. Ensuite, grâce à la présence d'une véritable bonne équipe qui croit au projet, dans les bureaux comme dans les studios.

PEYRAC se rapproche notamment de Bruce Gaitsch, son ami guitariste à Nashville sur qui il a si souvent pu compter depuis au moins quinze ans, et qui envoie (Internet aidant désormais) ses parties enregistrées à distance. Pour la réalisation, Annette Wyle d'un côté plus créatif, de l'autre Fabrice Gratien et Olivier Kowalski (ex-KOMINTERN, MALICORNE etc) au studio Davout permettent une continuité des plus appréciables avec l'excellent et infortuné Autrement. Christophe Gratien, frère de Fabrice, tient toujours la batterie, tandis que les claviers reviennent cette fois à Marc Davidovits. D'autres guitaristes complètent le panel : Eric Paque, Patrick Manouguian et surtout Antoine Delecroix.

Si Seulement l'Amour donne effectivement parfois l'impression d'un disque rapidement conçu, ne serait-ce que dans certaines formes de sonorités (boîte à rythmes, cuivres au synthé sur un couple de titre), ce sentiment est vite tempéré par ce qui apparaît avec évidence par une belle forme de complicité, d'adaptation entre musiciens talentueux. Les chansons écrites avec Annette Wyle sont déjà toutes plus ou moins convaincantes, à commencer par "J'écrirai", rempli de ces "Greta Garbo de glace", ces filles-femmes à la fois supérieures dans le ton mais soumises à de 'vréz'hommes'. Nicolas PEYRAC, éternel doux sensible, s'en plaint mais ne change pas, autre vraie force.

Les ballades vaporeuses telles "C'est d'Quel Côté les Îles", "T'en Fais Pas" et "Elle Veut Qu'Tu T'en Ailles" gardent les éléments du passé, avec l'envie d'évasion traduite en exotisme musical, ou alors des sonorités 90's encore toutes fraîches, marque de fabrique de ce nouvel album pourtant issu du nouveau millénaire. En dehors des nappes de synthétiseurs, de jolis riffs de guitare Rickenbaker made in Nashville/Gaitsch, des bugles et trompettes en velours concoctés par Fabrice Gratien.

La qualité est donc présente une nouvelle fois, même si peut-être légèrement moins qu'en 1999. On se délecte fort bien des "On Court", titre latino nostalgique dédié à l'insatisfaction, la recherche de l'impossible ; de "Laisse-les Dire", pop-rock californienne efficace qui incite à passer outre les moqueries et autres méchancetés. Avec de beaux moments chantés en voix de tête, "Rendez-Vous" nous propose une forme de nouvelle version du Nicolas PEYRAC ancien, le plus caractéristique.

Les guitares d'Antoine Delecroix, les plus mordantes, débarquant souvent comme des extraterrestres et forçant ainsi la surprise à plus d'un titre, sont remarquables au sein d'un album vanté comme simple. Tout comme par exemple, les refrains rock du sincère et poignant "On n'Oublie Jamais Rien", l'orgue ronronnant de "Seulement l'Amour Qui Vaille la Peine", premier single de l'ensemble et titre très important pour Nicolas PEYRAC qui affirme par là son désir de continuer. Cette très belle écriture, avec des accents éperdus, profonds, il est vrai, justifie à elle seule que l'on continue de soutenir un artiste de sa trempe.

Note réelle : 3,5

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par MARCO STIVELL :


Alain SOUCHON
Toto 30 Ans, Rien Que Du Malheur... (1978)
Souchon et Bretons




Gilles SERVAT
La Liberté Brille Dans La Nuit (1975)
Chanson bretonne à la sauce parisienne


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Nicolas Peyrac (chant, guitares, basses, claviers, choeurs)
- Fabrice Gratien (claviers, bugle, trompette, basses, choeurs)
- Christophe Gratien (batterie)
- Marc Davidovits (claviers)
- Eric Paque, Patrick Manouguian (guitares)
- Bruce Gaitsch (guitares)


1. J'écrirai
2. Elle Veut Qu'tu T'en Ailles
3. On Court
4. S'aimer Encore ¼ D'heure
5. Seulement L'amour Qui Vaille La Peine
6. Laisse-les Dire
7. C'est D'quel Côté Les Îles
8. C'est Ta Vie
9. T'en Fais Pas
10. On N'oublie Jamais Rien
11. Rendez-vous



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod