Recherche avancée       Liste groupes



      
REPRISES IRLANDAISES  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Renaud Chanteur (1913)
 Le Hlm Des Fans De Renaud (1506)

RENAUD - Molly Malone - Balade Irlandaise (2009)
Par GEGERS le 24 Décembre 2009          Consultée 6252 fois

RENAUD aime l'Irlande. Il s'agit, après plusieurs écoutes, de la seule chose à retenir de ce nouvel album du bonhomme. Car malgré tout l'amour qu'il semble porter à ce pays, il lui rend à travers Molly Malone – Balade Irlandaise, un bien piètre hommage. RENAUD aime l'Irlande, et ce n'est pas nouveau. Que ce soit musicalement (notamment sur l'album Marchand de Cailloux) ou dans sa vie privée (ses trèfles tatoués sur le corps, le prénom Malone donné à son fils), l'artiste a, à plusieurs reprises, fait montre de son intérêt pour le Tigre Celtique. Molly Malone, ce nouvel album, n'est donc pas un album facile pour un artiste en manque d'inspiration. La volonté d'adapter certains traditionnels irlandais trottait dans la tête de RENAUD depuis plus d'une vingtaine d'années. Tout comme ces albums d'adaptations et reprises ont toujours fait partie du paysage discographique de l'artiste : Le P'tit Bal du Samedi Soir et Autres Chansons Réalistes (chansons populaires du XIXème et début XXème siècle), Renaud Cante El' Nord (chansons traditionnelles du Nord chantées en ch'ti), Renaud Chante Brassens (reprises du célèbre moustachu) sont autant d'albums qui ont vu l'artiste se faire plaisir tout en faisant redécouvrir un patrimoine parfois oublié. En ce sens, Molly Malone est un album logique, issu d'une démarche respectable et louable. Car si les Français ont majoritairement oublié qu'ils sont, eux aussi, issu d'une culture celte qui peine à perdurer, RENAUD prend à cœur de le leur rappeler à travers ces 13 adaptations fort bien écrites, le bonhomme parvenant à adapter à la langue de Molière sans les dénaturer de leur sens ces traditionnels irlandais, dont certains remontent au 17ème siècle.

Ayant rappelé pour l'occasion certains musiciens ayant joué sur l'album le plus « celtisant » de RENAUD, Marchand de Cailloux, l'artiste parcourt ainsi un patrimoine musical irlandais avec force d'instruments traditionnels, violons, accordéons et flûtes en tête. Et si l'album tient la route musicalement, il est difficile d'en dire autant de la voix usée jusqu'à la corde de RENAUD, qui rappelle de plus en plus celle de Jeanne MOREAU ! Certes, RENAUD n'a jamais été un chanteur et n'a jamais prétendu l'être, mais malgré toute sa bonne volonté, il est ici incapable d'apporter une interprétation correcte à ces morceaux qui auraient mérité un meilleur sort. Abordant des termes aussi variés que l'industrialisation, le chômage, la désertification des campagnes, la guerre, autant de témoignages d'une Irlande à l'histoire mouvementée, RENAUD annihile ses propos à cause de dégénérescences vocales très avancées. L'écoute de l'album se révèle sérieusement handicapée par le chant catastrophique du bonhomme. "Adieu à Rhondda", et surtout "La fille de Cavan" cristallisent cette déchéance, ces deux morceaux étant difficilement écoutables dans leur intégralité tant la voix de RENAUD est fausse et d'une laideur repoussante frôlant la pathologie. Ainsi, et lorsque arrive "La ballade nord-irlandaise", titre-phare de l'album Marchand de Cailloux transcendée par l'artiste sur l'album du même nom, c'est avec une tristesse infinie que l'auditeur assiste à un sabordage dans les règles de l'art. Pourtant arrangé musicalement de fort belle manière par Pete BRIQUETTE et Thomas DAVIDSON NOTON (déjà présents sur Marchand de Cailloux), ce titre perd ainsi toute l'émotion originale qui s'en dégageait pour ne devenir qu'une copie très pâle de la version précédente.

Malgré tout, et si cet album pourrait être distribué par les buralistes aux fumeurs à l'occasion d'une nouvelle campagne anti-tabac, RENAUD parvient, à de rares moments, à rendre l'écoute de cet opus presque agréable. La ballade "Je reviendrai" (Where the two countries meet), traitant de l'exil des Irlandais partis tenter leur chance aux USA, s'avère une agréable surprise, tout comme "Incendie", dont l'introduction rappelle les compositions d'un Mark KNOPFLER. Mais ça sera tout. Totalement rabaissé par un RENAUD en dessous de tout, le talent des musiciens passera à la trappe. De cet album hommage à l'Irlande reste simplement l'envie de remettre la main sur ses albums des POGUES et des DUBLINERS.

A l'occasion d'un rare éclat de génie, RENAUD a décidé d'agrémenter la version limitée de Molly Malone d'un deuxième CD regroupant les 13 morceaux en version uniquement instrumentale. Si vous êtes amateurs de musique Irlandaise, et par simple respect pour le patrimoine de cette verte contrée, c'est bien entendu vers cette version qu'il faudra vous tourner. Pour le reste, Molly Malone est un album à oublier très rapidement. Car si RENAUD auteur-compositeur reste très actif (comme en atteste la qualité de Rouge Sang, sont dernier opus en date), RENAUD interprète semble malheureusement les deux pieds dans la tombe... en attendant la suite?

A lire aussi en DIVERS par GEGERS :


Les FATALS PICARDS
Pamplemousse Mécanique (2007)
Fourre-tout parodique made in picardie




Michael SCHENKER
Thank You 2 (1998)
Michael schenker : sa muse l'habite


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Renaud (chant)
- Terry Woods (guitare)
- Paul Harrigan (cornemuse)
- Emer Mayock (violon, flûte)
- Robbie Harris (percussions)
- Geoffrey Richardson (viole)


1. Vagabonds
2. Belfast Mill
3. Johnston's Motor Car
4. Je Reviendrai
5. Adieu à Rhondda
6. La Fille De Cavan
7. Te Marie Pas, Mary !
8. A Carlingford
9. La Ballade Nord-irlandaise
10. Dubliners
11. Willie Mcbride
12. Incendie
13. Molly Malone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod