Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK PROGRESSIF  |  COFFRET

L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Membre : Peter Gabriel , Guaranteed Pure, Gtr, Daryl Stuermer , Squackett, Stiltskin, Brand X, Mike & The Mechanics, Mike Rutherford , Anthony Phillips , Tony Banks , Cut_, Phil Collins , Ray Wilson , Steve Hackett , Frank Zappa

GENESIS - Archive Vol 2 (2000)
Par MARCO STIVELL le 31 Mars 2011          Consultée 2982 fois

1976-1992… Une autre époque. Comment les GENESIS s’y sont-ils pris pour étaler tant d’années sur trois CDs seulement ? La réponse est simple : il y a, contrairement à la période 70-75, beaucoup de chansons enregistrées et demeurées inédites jusqu’à la sortie du coffret. Et puis au milieu, le groupe nous offre plein de versions de morceaux déjà connus en live, prélevées sur différentes tournées. De l’inédit et du live majoritairement donc.

Commençons par les inédits, car il n’y a presque que des points positifs de ce côté-là. Le presque, c’est parce que sur l'ensemble ces chansons sorties de l’ombre de leurs faces B ou de leurs EP, le groupe a quand même osé nous priver de deux d’entre elles, pas forcément les plus marquantes, mais cela reste tout de même regrettable : "Me And Virgil" et surtout "Match of the Day", pour la bonne et simple raison que Phil n’en aime pas les paroles ! Du reste, on passe de l’excellent à l’excellent, voire à l’excellentissime. Car oui, les années 80-90 ont aussi engendré leurs trésors, mine de rien. Mais faisons d’abord la fin des seventies car il y en a un peu moins. Je ne comprends toujours pas pourquoi "It’s Yourself" n’a pas pu trouver sa place sur A Trick of the Tail, tant elle est empreinte de la limpidité acoustique qui coule à travers d’autres chansons de l’album, avec un petit côté expériemental inédit chez GENESIS. Et puis notons aussi que le début de la partie instrumentale est repris en intro de "Los Endos". De l'EP Spot the Pigeon, on retient surtout "Inside And Out" et son décollage salvateur. De même pour les deux inédits d’And Then There Were Three qui n'ont pas à rougir à côté des titres de ce superbe album : le mordant "The Day the Light Went Out" et la ballade "Vancouver" (un hommage à Phil et ses problèmes de l'époque), qui collent tellement avec l’esprit de l’album que c’en est désarmant.

Du reste, les inédits des années 80 sont placés dans un ordre singulier. On passe de la pop cuivrée de "Paperlate" à la bankserie seventies de "Evidence of Autumn", de la pop sautillante de "I’d Rather Be you" à l’instrumental quasi-jazz "Naminanu". Mais chacun des morceaux de ce premier disque ou presque à sa petite étincelle de génie (efficace, aisément ou non), y compris "Submarine" qui est plus une pièce d’ambiance, mais toute en crescendo. La légende veut qu’elle et "Naminanu" formaient à la base une suite avec "Dodo" et "Lurker" pour l’album Abacab… Mais il y a encore mieux que tout cela : les inédits d’Invisible Touch et de We Can’t Dance. "Feeding the Fire" est une chanson très dense, tandis que "Do the Neurotic" fait penser à une jam-session, dans laquelle les trois compères se lâchent complètement. Et ça donne une vraie tuerie, un morceau de bravoure, notamment d’un point de vue personnel la partie centrale avec les fausses percussions. Enfin de We Can’t Dance, on retient surtout "On the Shoreline" qui, si elle ne méritait peut-être pas de figurer sur l’album, est en passe de devenir une des meilleures chansons du groupe de cette époque. Les claviers étincellent particulièrement, on sent bien de qui vient l’idée de la chanson.

Les morceaux live maintenant. Certes le son n’est pas parfait partout, et l’on comprend que tous les titres n’aient pas été mixés à la suite. Mais nom de dieu, pourquoi ce fade-out à la fin de "Man on the Corner", alors que "Who Dunnit ?" se trouvait enchaînée avec elle. Je sais bien que ce n’est pas la chanson préférée des fans, m’enfin elle avait sa chance de mieux passer en live qu’en studio. Car oui, pratiquement chacune de ces versions live est au moins aussi bonne que son originale et ce pour des raisons diverses. "Deep in the Motherlode" a été ralentie, mais il y a la folie du concert en plus (et les petits rajouts à la fin). Même remarque pour "Illegal Alien", "The Lady Lies", "Duke’s Travels" (avec "Duke’s End" non indiquée sur la boîte à la fin), "Burning Rope"… "It’s Gonna Get Better est encore magnifiée ainsi (bien qu’il manque "Keep it Dark" juste avant, grrr), principalement grâce à Phil qui a abandonné la voix de tête au profit de sa voix normale, et que c’est encore plus fort. "No Reply at All", même débarrassée de ses cuivres, devient incontournable. De plus Phil s’égosille, tout comme sur "Man on the Corner", ce qui les rend encore meilleures. Le synthé (et tout l'arrangement) de "The Brazilian" est plus flamboyant qu’en studio, la guitare plus mise en valeur. "Dreaming While you Sleep" voit sa mélodie de marimba changée, mais est encore plus percutant… En bref, il n’y a que deux petits points bancals. Le premier c’est "Your Own Special Way" : bien que toujours beau, ceux qui trouvent la chanson mièvre en original ne seront guère plus convaincus par l’arrangement de cordes avec lequel elle est ici enrobée. Pour la petite histoire, elle a été prélevée sur une date austalienne, or selon un décret instauré, le groupe ne pouvait jouer sur ce territoire avec l’absence de musiciens du pays sur scène. Le second point, c’est "Entangled", très belle aussi, mais il manque la pureté et l’intensité de la version studio, et les frissons sont ainsi amoindris. N’en reste pas moins que dans l’ensemble, ces versions live sont absolument énormes et s’avèrent indispensables, autant que les inédites.

Pourtant, si le premier coffret est exempt de "reproches", il n’en est pas de même pour celui-ci. J’en ai déjà fait un ou deux, mais ce n’est pas ce qu’il y a de pire. Au beau milieu de ces inédits et de ces titres live, on trouve les remixes de chansons "récentes". Tous sont intéressants (surtout "I Can’t Dance"), avec de bonnes parties instrumentales et un certain dynamisme en plus, mais n’aurait-il pas mieux valu les regrouper sur un disque à part du coffret, comme l’a fait Phil pour son "No Jacket Required ? Surtout que tout ce que gagnent ces pauvres remixes, c’est le fait d’être systématiquement zappés, demandez aux fans. Les plus indulgents s’attarderont sur l’excellente version "en travail" de "Mama" (plus longue, plus légère, plus improvisée…).

Et encore ce n’est pas vraiment ça le point le plus négatif. Non, c’est que comme son sous-titre l’indique, le coffret s’arrête à 1992. Et Calling All Stations alors ? Quand on ouvre la boîte, on est frustré parce qu’il y a une bande noire vide, un emplacement où aurait pu figurer un quatrième CD, avec tous les (superbes) inédits du dernier album du groupe, voire quelques titres live, mais non, Tony et Mike ont déjà choisi de bouder cette époque… C'est limite un manque de respect, mais bon, c'est bien le seul point noir dans l'histoire de GENESIS.

C’est un détail, mais qui veut dire beaucoup de choses et c’est franchement dommage. D’autant plus qu’en dehors de ça, on obtient encore un magnifique objet, indispensable bien sûr, rempli de trésors (presque) à ras bord.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


CUT_
Millionairhead (1999)
Prometteur mais éphémère




MOSTLY AUTUMN
Glass Shadows (2008)
Verre bien poli


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Tony Banks (claviers, guitare 12 cordes)
- Phil Collins (chant, batterie, percussions)
- Mike Rutherford (guitares, basse)
- Steve Hackett (guitares)
- Daryl Stuermer (guitares, basse)
- Chester Thompson (batterie, percussions)
- Bill Bruford (batterie, percussions)
- Cuivres D'earth, Wind & Fire
- Tom Tom 84 (arrangements des cuivres)


1. On The Shoreline
2. Hearts On Fire
3. You Might Recall
4. Paperlate
5. Evidence Of Autumn
6. Do The Neurotic
7. I’d Rather Be You
8. Naminanu
9. Inside And Out
10. Feeding The Fire
11. I Can’t Dance 12'
12. Submarine

1. Illegal Alien (live)
2. Dreaming While You Sleep (live)
3. It’s Gonna Get Better (live)
4. Deep In The Motherlode (live)
5. Ripples (live)
6. The Brazilian (live)
7. Your Own Special Way (live)
8. Burning Rope (live)
9. Entangled (live)
10. Duke’s Travels (live)

1. Invisible Touch 12'
2. Land Of Confusion 12'
3. Tonight Tonight Tonight 12'
4. No Reply At All (live)
5. Man On The Corner (live)
6. The Lady Lies (live)
7. Open Door
8. The Day The Light Went Out
9. Vancouver
10. Pigeons
11. It’s Yourself
12. Mama (work In Progress)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod