Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (383)
 Guide Laibach (215)

LAIBACH - Slovenska Akropola (1987)
Par JOVIAL le 20 Juin 2013          Consultée 814 fois

Découvrir la discographie de LAIBACH est parfois un vrai chemin de croix, c'en est presque effrayant. Entre les rééditions remastérisées incluant parfois plus de morceaux inédits que d'originaux, les titres qui passent du slovène à l'allemand suivant les versions (lorsqu'ils ne sont tout bonnement pas inversés entre eux), les compilations diverses qui n'apportent bien souvent strictement rien de neuf ou encore les bootlegs soi-disant mythiques qui ressortent sous un couvert officiel, je peux vous assurer qu'on ne rigole pas tous les jours. Sérieusement, on dirait que LAIBACH s'en fout, ne fait pas franchement gaffe à ce qui sort en dehors de ses albums live et studios. À titre d'exemple, un morceau comme « Apologija Laibach » sur Baptism s'intitulera « Herz-Felde » sur Opus Dei et enfin « Raus ! » sur Slovenska Akropola, alors qu'il demeure parfaitement identique dans les trois cas ! Non mais dites donc mes beaux Slovènes, c'est 'hachement pratique pour nous tout ça !

Slovenska Akropola justement, parlons-en. À la vue de la liste des titres, on voit quelques noms inconnus et on s'écrie immédiatement « chouette de l'inédit », alors on fonce dans le mur, joyeusement en plus, pauvres d'esprits que nous sommes. Et puis rien. On connaît déjà tout, alors forcément c'est moins marrant.

Slovenska Akropola donc, est sorti à une époque où les autorités yougoslaves avaient un peu lâché du lest et ont commencé à comprendre que LAIBACH n'était aucunement fasciste, mais seulement outrageusement provocateur. Le groupe a donc, comme il l'avait fait avec Nova Akropola destinée à l'Europe de l'Ouest, décidé de profiter de cette nouvelle liberté pour concevoir une compilation qui les ferait cette fois-ci mieux connaître en Yougoslavie même.

Pauvres Yougoslaves : Slovenska Akropola est naze. Les titres pris sur Krst Pod Triglavom et les Peel Sessions de Nova Akropola ne s’accommodent pas du tout entre eux. Le passage d'un ambient glauque et neuronal à des sonorités moins propres, plus brutales, empêchent toute entrée durable dans l'univers de totalisme musical dont LAIBACH se réclame. C'est d'ailleurs assez dommage car qu'ils proviennent des Peel Sessions comme de la bande originale de la pièce de Scipion Nasice, les morceaux sont tous plutôt bons. Mais non, la mayonnaise ne prend pas, et le fait que (hou je me répète) la quasi-intégralité du disque soit déjà connue de l'auditeur renforce la déception.

« Die Größte Kraft », présent en version longue sur Krst Pod Triglavom, console tout de même notre petit cœur brisé par une performance sublime, d'une beauté à laquelle LAIBACH ne nous avait que peu habituée à cette époque, amputant volontairement à l'originale « Crtomir, Jelengar » sa partie la plus violente pour n'en garder que ces imposants synthétiseurs royaux et ces voix féminines étonnamment lumineuses, préfigurant par ailleurs la fameuse « Across the Universe » sur Let It Be.

Deux inédits ont enfin été sournoisement glissés lors de la réédition du disque en 1995, « Noordlung » et « Kapital », appartenant au registre de Sturm und Klang, side-project de LAIBACH dans les années 90, et qui malheureusement se révèlent comme deux morceaux d'un vide absolu. Musique électronique sans arrangements potables, pourtant réalisée à l'époque de l'excellent Kapital, on a l'impression que LAIBACH s'est juste amusé à rajouter des samples (dont quelques-uns du loto français !) sur des beats invariablement mous et aseptisés, sans prendre le soin d'y ajouter au moins un élément mélodique comme à son habitude. Bref, deux « bonus » dont on aurait allégrement pu se passer, tout comme, soyons francs, l'ensemble de cette compilation que le groupe présente pourtant lui-même comme un complément indispensable à Nova Akropola. Ce qui, évidemment, me fait doucement rigoler.

1,5/5

A lire aussi en INDUS par JOVIAL :


LAIBACH
Opus Dei (1987)
Chef d'oeuvre dictatorial.




LAIBACH
Krst Pod Triglavom - Baptism (1986)
Laibach au sommet de son art


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



Non disponible


1. Nova Akropola
2. Krvava Gruda - Plodna Zemlja
3. Vade Retro Satanas
4. Raus!
5. Die Liebe
6. Vojna Poema
7. Apologija Laibach
8. Krst Pod Triglavom
9. Die Größte Kraft
10. Noordung
11. Kapital



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod