Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1987 Opus Dei
1996 Jesus Christ Supersta...
 

 Site Officiel (586)
 Guide Laibach (343)

LAIBACH - The Sound Of Music (2018)
Par JOVIAL le 5 Mars 2019          Consultée 399 fois

En 2015, LAIBACH est devenu le premier groupe occidental à avoir joué en Corée du Nord. Ce n'est pas une plaisanterie, la formation slave a réellement donné deux concerts les 19 et 20 août 2015 à Pyongyang, à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération du pays. On imagine encore le tollé général que cette nouvelle n'a pas manqué de produire. En tête de gondole, les médias français ont encore brillé par leur ignorance du sujet. Il faut dire que les Slovènes n'ont rien fait pour calmer le jeu en déclarant que la Corée du Nord faisait d'excellentes bières et restait un endroit particulièrement libéral en ce qui concerne le cannabis. De nouveau, on vous laissera le choix d'apprécier ou non ce sens de l'humour pour le moins déroutant.

La première ébauche d'une reprise de The Sound of Music de Richard RODGERS et Oscar HAMMERSTEIN a vraisemblablement été esquissée lors de cette même tournée au pays du Juche. Cette comédie musicale, jouée pour la première fois en 1959 à Broadway puis sortie au cinéma en 1965, n'a pas été choisie au hasard. Pour LAIBACH, c'est avant tout un film qui a fortement marqué l'enfance de chacun de ses membres, au point de les entendre déclarer que sans lui, le groupe n'aurait probablement jamais existé. Difficile en effet pour la jeunesse slovène des années 1960 de ne pas tracer de parallèles entre les montagnes autrichiennes et leurs petites sœurs juliennes, entre l'Anschluss et le Silence Rouge, entre les rêves brisés de la famille von Trapp et les chimères chuchotées dans l'ombre de Josip Broz. Quant à la Corée du Nord, La Mélodie du Bonheur y est ironiquement l'un des rares films étrangers autorisés et sert de support pour l'apprentissage de la langue anglaise. Aussi, le dessein de LAIBACH est transparent, quoique encore assez alambiqué. Il s'agit de reprendre une œuvre anti-totalitaire, hymne à la liberté, dédicacée au peuple autrichien, elle-même reprise pour la propagande de l'un des régimes les plus répressifs de cette planète, dont la vacuité et les contradictions se dévoilent alors aisément tandis que le groupe la dédicace à son tour au peuple nord-coréen, reproduisant sans ciller les gestes et postures du totalitarisme. La démonstration s'achève d'ailleurs sur l'édifiant discours d'un officiel nord-coréen, filmé à Pyongyang (1), qui dénonçait alors le danger que représenterait la venue des Slovènes pour le régime socialiste.

À l'exception d'un titre, The Sound of Music a néanmoins été enregistré en Europe. Seul "The Sound of Gayageum" est ici le fait de musiciens nord-coréens, étudiants de la Kum Song Music School de Pyongyang. Pas de chant sur cette dernière, mais une étonnante démonstration de gayageum, instrument typiquement coréen, entrecoupée de passages plus kitschs aux synthés où l'on croirait presque déceler un clin d'œil au « Geburt Einer Nation » d'Opus Dei. Avant cela, LAIBACH reprend aussi le traditionnel "Arirang", chanson extrêmement populaire aussi bien en Corée du Nord qu'en Corée du Sud, que le groupe dédie à la réunification. Le morceau fut d'ailleurs pour la première fois diffusée le 12 juin 2018 à l'occasion du sommet de Singapour. Mais mis à part ces deux pistes, la formation slovène reprend donc exclusivement les principaux standards de la Mélodie du Bonheur.

Le style - est-il besoin de le préciser ? - évolue encore et toujours. Le retour aux sources d'Also Sprach Zarathustra ne fut guère qu'une passade, une autre, rien de plus. Le LAIBACH de The Sound of Music est désormais plus électro, voire électro-pop. Cette adaptation est aussi le fruit d'une collaboration avec SILENCE, groupe réputé de Ljubjana, dont le chanteur Boris BENKO intervient en duo aux côtés de Milan FRAS sur quasiment l'ensemble des titres. Plus en retrait, la jeune chanteuse Marina MÄRTENSSON fait également une apparition remarquable. Question musique, rien de plus simple : LAIBACH fait du LAIBACH. Comme d'habitude, l'esthétique est très soignée, les arrangement impeccables et les fausses notes absentes. Comme d'habitude, l'introduction d'éléments symphoniques et les envolées lyriques des chanteurs transforment l'innocence en arme de propagande. "Climb of Ev'ry Moutain" reprend même les vieilles bandes d'un discours de Mao Zedoung. Des chœurs d'enfants participent à la grand-messe. Les refrains naïfs des von Trapp se muent en hymnes passionnés et jubilatoires d'une grande justesse. De temps à autre, quelques rares éléments de musique asiatique rappellent discrètement le premier destinataire de l'œuvre, le peuple nord-coréen.

Projet ambitieux s'il en est, on se souviendra cependant certainement plus de The Sound of Music pour sa genèse que pour son contenu. Album relativement agréable et facile d'accès, il n'en demeure pas moins assez lassant sur la durée. Ces mélodies bienveillantes et ces voix douces laissent quelque peu perplexe. Le propos est évidemment éminemment sarcastique, mais rien n'y fait, LAIBACH perd peu à peu notre attention. Difficile alors d'y voir autre chose qu'un disque dont l'on parlera encore beaucoup à l'avenir, sans pour autant prendre la peine de le ressortir de son boîtier.

Note réelle : 2,75 / 5

(1) Tiré du film Liberation Day (2016) qui raconte l'histoire de cette tournée.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


BIOSPHERE / DEATHPROD
Stator (2015)
Sto, stare, steti, statum




HUORATRON
$$ Troopers (2008)
Bûcheron des tympans !


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Laibach (musique)
- Silence (musique)
- Boris Benko (chant)
- Alisa Tenzer (chant)
- Ana Damij (chant)
- Camie Ohain (chant)
- Lotta Zimmermann (chant)
- Marina Mårtensson (chant)
- Ole Zimmermann (chant)
- Tabea Tenzer (chant)
- Janez Gabrič (batterie)


1. The Sound Of Music
2. Climb Ev'ry Mountain
3. Do-re-mi
4. Edelweiss
5. My Favorite Things
6. The Lonely Goatherd
7. Sixteen Going On Seventeen
8. So Long, Farewell
9. Maria / Korea
10. Arirang
11. The Sound Of Gayageum
12. Welcome Speech



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod