Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The J. Geils Band , The J. Geils Band , Them
- Membre : Mick Jagger , The Pretty Things , Superheavy, Ron Wood , Sugar Blue, Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : New Barbarians, Keith Richards
 

 Site Officiel (1819)

The ROLLING STONES - December's Children (and Everybody's) (1965)
Par SASKATCHEWAN le 29 Juillet 2013          Consultée 2811 fois

December’s Children (And Everybody’s) est un objet un peu à part dans la discographie américaine des ROLLING STONES : pas vraiment album studio, pas vraiment compilation, il rassemble un single, deux chansons captées en live et les morceaux inédits de l’édition britannique d’Out of Our Head. En cadeau : une reprise issue du premier EP du groupe (« You Better Move on »), ainsi qu’un titre inédit (« Blue Turns to Grey »). Le tout est joliment empaqueté et livré en décembre 1965, histoire d’en fourguer quelques cartons avant Noël.

Les membres du groupe ont depuis renié cet objet étrange, lui consacrant à peine quelques lignes dans les discographies officielles. On comprend pourquoi, vu le côté hétéroclite de la chose. A l’opposé d’un Out of Our Heads cohérent et convaincant, December’s Children laisse un mauvais goût d’inachevé et une sale impression de mercantilisme poussé à l’extrême. On se serait bien passé, par exemple, du revenant « You Better Move on », sans doute la reprise la plus ridicule des STONES, une sorte de ballade sirupeuse affligée de paroles bien naïves. C’est d’autant plus dommage que cette bluette gâche complètement l’effet procuré par le rock tellurique « She Said Yeah » placé en ouverture.

Afin de préparer le terrain pour le premier album live des STONES, qui sortira aux Etats-Unis en 1966, un extrait de l’EP britannique Got Live If You Want It! a été collé à la fin de chaque face. Ce qui est rageant, c’est que les deux reprises choisies sont excellentes : « Route 66 », le classique parmi les classiques, composé par Bobby TROUP en 1946, et « I’m Moving on », un hit country de Hank SNOW… deux belles trouvailles gâchées par le son immonde et les hurlements déchaînés d’un public adolescent. C’était déjà le cas sur Out of Our Head, ça le sera également sur le Got Live If You Want It! de 1966 (l’album chroniqué en ces pages, pas l’EP).

Ce qui sauve December’s Children du désastre, ce sont les compositions originales de Jagger et Richards, dans la lignée de celles de l’album précédent. On ne présente plus « Get off of My Cloud », un rock nerveux et enlevé, qui, au même titre qu’un « (I Can’t Get No) Satisfaction », inaugure le nouveau style rageur des STONES. Toutes ces reprises de grands standards du rock’n’roll ont donc fini par laisser leur empreinte ! La face B du single, « The Singer not the Song », est une ballade sans prétention dominée par la guitare sèche. « Gotta Get Away », autre face B, celle de « As Tears Go by », renoue avec le style « mauvais garçon » si cher à Oldham. C’est toujours mieux que le single en question, avec ses arrangements aux cordes terriblement clichés. Mais la véritable surprise de cet album, c’est l’inédit « Blue Turns to Grey », une ballade sincère où Jagger l’acrobate chante sur un fil, entre tristesse désespoir.

De manière symbolique, December’s Children contient une bonne reprise de Chuck BERRY (« I’m Talking About You ») et un hommage appuyé à Muddy WATERS (« Look What You’ve Done »), les deux figures tutélaires de la mythologie STONES. C’est la fin d’une période, la dernière page d’un roman d’apprentissage version swinging sixties. Ceux qui s’intéressent aux sources de la déferlante pop incarnée par les BEATLES et consorts seraient bien inspirés d’aller fouiller dans la masse de standards repris par les STONES, histoire de redécouvrir ou de faire découvrir des rockeurs et bluesmen noirs injustement méconnus.

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


Ronnie HAWKINS
Ronnie Rocks (2008)
Un pionnier du rock'n'roll avec les futurs band




Elvis PRESLEY
Elvis (1956)
Elvis devient le King


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Mick Jagger (chant, harmonica)
- Keith Richards (guitare, choeurs)
- Brian Jones (guitare, harmonica, claviers, choeurs)
- Bill Wyman (basse, choeurs)
- Charlie Watts (batterie)
- Ian Stewart (piano)
- Mike Leander (invité, arrangements cordes)
- Jack Nitzsche (invité, claviers, percussions)


1. She Said Yeah
2. Talkin' About You
3. You Better Move On
4. Look What You've Done
5. The Singer, Not The Song
6. Route 66
7. Get Off Of My Cloud
8. I'm Free
9. As Tears Go By
10. Gotta Get Away
11. Blue Turns To Grey
12. I'm Moving On



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod